A leur tour, les Foyers de Charité.............

Vos réaction à ce qui fait la Une… ou pas assez.

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par hélios » ven. mai 15, 2020 8:36 am

On ne peut pas du tout juger le passé à l'aune de notre temps et de ses valeurs.

Les questions du prêtre par rapport à la sexualité des jeunes filles ou des jeunes garçons au cours de la confession à une époque n'apparaissaient pas comme intrusives.( les années 1920)

A ma connaissance, on ne sait rien sur la formation des prêtres sur le sujet. Mais, au séminaire, au cours de cette formation, les futurs prêtres devaient sans doute aborder le sujet de la sexualité des fidèles ( adultes ou enfants) avec leurs formateurs. Ce serait un sujet d'histoire très intéressant et qui n'a pas été abordé. Sans doute, il y avait des lignes directrices. Lesquelles ? Au cours de la confession certainement le prêtre pouvait être amené à évoquer des sujets intimes ( la limitation des naissances par exemple, donc la sexualité dans le couple).

Aujourd'hui,ces questions seraient qualifiées d'intrusives. Il y a 100 ans, elles ne l'étaient pas. C'était le secret de la confession.Même si, sans doute, une femme ou une jeune fille pouvait ressentir une certaine gêne car personne n'abordait ces sujets dans la plupart des familles sauf exceptions.

Je pense qu'une histoire de l'éducation des jeunes dans le cadre de l'Eglise est à faire.

L'Eglise catholique jouait un rôle important dans la formation des jeunes et elle était amenée à aborder des sujets que aucune autre instance sociale n'abordait. La sexualité en était un. Et jeunes prêtres et moniteurs faisaient ce qu'ils pouvaient.

L'éducation sexuelle dans les programmes de l'école ( école élémentaire et collège) est relativement récente.

Quant aux parents, il y a deux générations au mieux qu'ils abordent ce sujet avec leurs enfants et encore........! Je serais très curieux de savoir s'ils le font. Les femmes oui avec leurs filles et on en reste là.

Je ne justifie rien, je dis qu'on juge des actes avec nos yeux d'aujourd'hui, ceux de 2020, qui ne sont ni ceux de l'après 1968 ni ceux de 1920. Gabriel Matzneff n'avait jamais caché qu'il avait des relations avec des jeunes filles mineures. Tout le monde le savait et dans les années 1970 personne n'en avait cure ( voir une vidéo de l'émission de Bernard Pivot de ces années-là où Ce Monsieur avait été invité. Seule Denise Bombardier qui était présente avait "dézingué" Matzneff qui ,lui ,avait parlé de censure !).

C'est pourquoi, je pense que Blandine a raison : il faut écouter celles qui s'estiment victimes de ce prêtre mais ne pas dresser un tribunal complètement illégitime.

Hélios

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par booboon » ven. mai 15, 2020 10:34 am

Oui enfin Hélios, quand un surveillant d'internat envoie un enfant réfractaire à l'endormissement dans la chambre du frère pour punition en sachant très bien en quoi consiste la punition, ce n'est pas de l'éducation sexuelle.... que le surveillant et le frère soient morts ou non !

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par hélios » ven. mai 15, 2020 11:38 am

Blandine,

"envoie" vous utilisez le présent ?

Hélios

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par booboon » ven. mai 15, 2020 12:33 pm

C'est un présent de vérité générale (parce que même si j'espère qu'il y a eu quelques progrès, il y a encore des abus malheureusement...), ou de narration, au choix !

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par Jean Gauci » ven. mai 15, 2020 7:25 pm

hélios a écrit :
ven. mai 15, 2020 8:36 am

A ma connaissance, on ne sait rien sur la formation des prêtres sur le sujet. Mais, au séminaire, au cours de cette formation, les futurs prêtres devaient sans doute aborder le sujet de la sexualité des fidèles ( adultes ou enfants) avec leurs formateurs. Ce serait un sujet d'histoire très intéressant et qui n'a pas été abordé. Sans doute, il y avait des lignes directrices. Lesquelles ? Au cours de la confession certainement le prêtre pouvait être amené à évoquer des sujets intimes ( la limitation des naissances par exemple, donc la sexualité dans le couple).
Hélios
Mon cher Jean Hélios,

Je suis allé au grand séminaire de 1954 à 1957 avant de passer 28 mois sous un autre uniforme, militaire celui-là. On ne parlait jamais de sexe, ni du sexe des séminaristes et des prêtres ni de celui des fidèles. On échangeait bien quelques plaisanteries entre nous, mais le sujet était tabou.Quand, avec nos directeurs spirituels, on évoquait nos "émotions juvéniles" on les mettait dans l'embarras. Ils nous recommandaient la prière, le sport, le combat contre la tentation...Le sexe, c'était le péché ! Le seul moment où était abordé " le péché de la chair" , c'était quelques semaines avant le sous-diaconat ou le diaconat. Ceux qui devaient être ordonnés sous-diacres étaient réunis pour recevoir du professeur de morale des informations "techniques" sur les diverses formes de péchés du sexe , le minimum sans doute pour ne pas être totalement dépourvus dans le confessionnal.
Parti avant de bénéficier de cette "révélation", je ne saurais vous dire ce qu'on pouvait apprendre. Mais quelques heures pour être éclairé sur la sexualité, celle des prêtres et celle des fidèles, c'était, dirons-nous, assez "sommaire" !!!
Le service militaire compensa assez largement notre naïve ignorance.

Le deuxième aspect de ce sujet, tient aux déviations de l'image du prêtre, sacré, intouchable, hors de toute sanction, de toute procédure judiciaire qui favorisait sans doute un sentiment d'impunité... Le cléricalisme pour tout dire. Quand un prêtre était pris " la main dans le sac", on le changeait de paroisse ou de diocèse. Pratique qui se poursuivit très longtemps puisque des évêques ont été condamnés récemment pour avoir simplement sanctionné les coupables en les changeant de lieu ou de fonctions.

Mais est-ce qu'une formation plus approfondie de la sexualité aurait changé quelque chose ? Non , bien sur. " Ventre affamé n'a pas d'oreilles "
je persiste à penser que le célibat des prêtres est une ascèse, impossible pour beaucoup? et qu'à force de tenter le diable, certains dérapent et gravement.

Claudi
Messages : 32
Inscription : lun. nov. 08, 2010 10:06 pm

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par Claudi » dim. mai 17, 2020 11:38 am

Il faut savoir que lorsqu’“il” confie à une autorité, prêtre, médecin ou patron ses misères et turpitudes (c’est le cas dans la confession) la personne réveille chez l’écoutant un désir sexuel plus ou moins maitrisé*. En psychanalyse on appelle ce phénomène : le transfert pour le parlant et le contre-transfert pour l’écoutant.

Il est clair que certaines autorités se sont fait piéger par ce phénomène. Je pense qu’elles n’étaient pas prêtes à écouter la parole de l’“Enfant”.
Pour ces enfants il y a eu une trahison parce qu’on leur a fait vivre physiquement un complexe d’Œdipe qui était resté dans l’inconscient alors que cela aurait dû être vécu de manière platonique. On peut dire aussi, la même chose de l’autorité qui a succombé à la tentation Œdipienne.

Le problème dans ces affaires c’est que la justice doit écouter les deux parties parce qu’avec le complexe d’Œdipe, les coupables peuvent aussi être victimes, mais pour cela il faut la présence des deux, ce qui n’est plus le cas dans l’affaire en question. Et, en plus, juger les morts hors du contexte de l’époque, ce n’est plus la justice.

Alors là, je sors ma philosophie archaïque à tout casser !… Pour vivre il faut accepter une part d’injustice du “SEIGNEUR” à l’origine de la vie et à la fin, et seulement entre les deux on peut juger. Il faut s’abstenir de sensiblerie “féminine”… Il y aura encore du gâchis…

* Je serais curieux de savoir ce qui se passe dans la partie du confessionnal réservée au prêtre, et aussi chez le psy. assis dans son fauteuil derrière le patient ou la patiente.

Françoise T. : Je me permets une précision. Si on lit le compte-rendu des témoignages entendus pour l'enquête, on se rend compte que c'est le P. Finet qui a suggéré aux jeunes filles des pratiques sexuelles dont elles ignoraient tout. Elles étaient très jeunes et, à l'époque, les jeunes filles étaient très peu instruites au sujet de la sexualité.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: A leur tour, les Foyers de Charité.............

Message par hélios » mar. mai 19, 2020 9:12 am

Merci beaucoup pour les commentaires de Claudi et Jean Gauci et la petite note de Françoise. C'est très très riche et intéressant. Je compte les relire dans la journée.

Merci encore et très bonne journée.

Hélios

Répondre