Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » lun. mars 23, 2020 9:36 am

Première lecture
« Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (Ez 37, 12-14)

Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Je vais ouvrir vos tombeaux
et je vous en ferai remonter,
ô mon peuple,
et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.
Vous saurez que Je suis le Seigneur,
quand j’ouvrirai vos tombeaux
et vous en ferai remonter,
ô mon peuple !
Je mettrai en vous mon esprit,
et vous vivrez ;
je vous donnerai le repos sur votre terre.
Alors vous saurez que Je suis le Seigneur :
j’ai parlé
et je le ferai


Psaume
(Ps 129 (130), 1-2, 3-4, 5-6ab, 7bc-8)

R/ Près du Seigneur est l’amour,
près de lui abonde le rachat. (Ps 129, 7bc)

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive
au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur,
Seigneur, qui subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon
pour que l’homme te craigne.

J’espère le Seigneur de toute mon âme ;
je l’espère, et j’attends sa parole.
Mon âme attend le Seigneur
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.

Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
près de lui, abonde le rachat.
C’est lui qui rachètera Israël
de toutes ses fautes.


Deuxième lecture
« L’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous » (Rm 8, 8-11)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
ceux qui sont sous l’emprise de la chair
ne peuvent pas plaire à Dieu.
Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair,
mais sous celle de l’Esprit,
puisque l’Esprit de Dieu habite en vous.
Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
Mais si le Christ est en vous,
le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché,
mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts
habite en vous,
celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts
donnera aussi la vie à vos corps mortels
par son Esprit qui habite en vous.


Évangile
« Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11, 1-45)



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
il y avait quelqu’un de malade,
Lazare, de Béthanie,
le village de Marie et de Marthe, sa sœur.
Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur
et lui essuya les pieds avec ses cheveux.
C’était son frère Lazare qui était malade.
Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus :
« Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
En apprenant cela, Jésus dit :
« Cette maladie ne conduit pas à la mort,
elle est pour la gloire de Dieu,
afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare.
Quand il apprit que celui-ci était malade,
il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait.
Puis, après cela, il dit aux disciples :
« Revenons en Judée. »
Les disciples lui dirent :
« Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider,
et tu y retournes ? »
Jésus répondit :
« N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ?
Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas,
parce qu’il voit la lumière de ce monde ;
mais celui qui marche pendant la nuit trébuche,
parce que la lumière n’est pas en lui. »
Après ces paroles, il ajouta :
« Lazare, notre ami, s’est endormi ;
mais je vais aller le tirer de ce sommeil. »
Les disciples lui dirent alors :
« Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. »
Jésus avait parlé de la mort ;
eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil.
Alors il leur dit ouvertement :
« Lazare est mort,
et je me réjouis de n’avoir pas été là,
à cause de vous, pour que vous croyiez.
Mais allons auprès de lui ! »
Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
dit aux autres disciples :
« Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! »

À son arrivée,
Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
Comme Béthanie était tout près de Jérusalem
– à une distance de quinze stades
(c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –,
beaucoup de Juifs étaient venus
réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère.
Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus,
elle partit à sa rencontre,
tandis que Marie restait assise à la maison.
Marthe dit à Jésus :
« Seigneur, si tu avais été ici,
mon frère ne serait pas mort.
Mais maintenant encore, je le sais,
tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
Jésus lui dit :
« Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit :
« Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection,
au dernier jour. »
Jésus lui dit :
« Moi, je suis la résurrection et la vie.
Celui qui croit en moi,
même s’il meurt, vivra ;
quiconque vit et croit en moi
ne mourra jamais.
Crois-tu cela ? »
Elle répondit :
« Oui, Seigneur, je le crois :
tu es le Christ, le Fils de Dieu,
tu es celui qui vient dans le monde. »

Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie,
et lui dit tout bas :
« Le Maître est là, il t’appelle. »
Marie, dès qu’elle l’entendit,
se leva rapidement et alla rejoindre Jésus.
Il n’était pas encore entré dans le village,
mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.
Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie
et la réconfortaient,
la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ;
ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus.
Dès qu’elle le vit,
elle se jeta à ses pieds et lui dit :
« Seigneur, si tu avais été ici,
mon frère ne serait pas mort. »
Quand il vit qu’elle pleurait,
et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi,
Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé,
et il demanda :
« Où l’avez-vous déposé ? »
Ils lui répondirent :
« Seigneur, viens, et vois. »
Alors Jésus se mit à pleurer.
Les Juifs disaient :
« Voyez comme il l’aimait ! »
Mais certains d’entre eux dirent :
« Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle,
ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? »

Jésus, repris par l’émotion,
arriva au tombeau.
C’était une grotte fermée par une pierre.
Jésus dit :
« Enlevez la pierre. »
Marthe, la sœur du défunt, lui dit :
« Seigneur, il sent déjà ;
c’est le quatrième jour qu’il est là. »
Alors Jésus dit à Marthe :
« Ne te l’ai-je pas dit ?
Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. »
On enleva donc la pierre.
Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit :
« Père, je te rends grâce
parce que tu m’as exaucé.
Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ;
mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure,
afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. »
Après cela, il cria d’une voix forte :
« Lazare, viens dehors ! »
Et le mort sortit,
les pieds et les mains liés par des bandelettes,
le visage enveloppé d’un suaire.
Jésus leur dit :
« Déliez-le, et laissez-le aller. »
Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie
et avaient donc vu ce que Jésus avait fait,
crurent en lui.


© AELF

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 24, 2020 10:39 am

La résurrection de Lazare

Dimanche, l"évangile de Jean aborde une page immense , la résurrection de Lazare.

Evidemment, cette page prend aujourd'hui une résonance particulière.


Tout de suite, je voudrais écarter l'argument: cet évangile on le lit depuis x temps... on le connaît par coeur.

Finalement, je me suis demandé ou je me demande : mais le lit-on, vraiment ?


Lire comme quand on demande à nos enfants : " Attention, tu lis mais en essayant de comprendre ce que tu lis ". Livre sur la table ou sur les genoux et ça tombe bien puisque nous avons du temps.

Je ne suis pas certain tout d'abord que beaucoup de chrétiens lisent ces passages de la Bible. Quand ils vont au culte ou à la messe, ils écoutent sagement puis entendent un commentaire. Du moins pour ceux qui encore aujourd'hui assistent au culte ou à la messe. Et ils sont une minorité de la minorité.

Si vous le voulez donc, je vous invite à lire ce passage magnifique mais très difficile de l'évangile de Jean et de relever tous les passages délicats où vous allez vous demander : qu'est-ce que cela veut dire ? Est-ce que ça ne serait pas possible d'échanger sur ces points précis puisque nous disposons de temps.

Je résume :

Lazare, frère de Marie et Marthe, ami de Jésus, est mort. Vraiment mort. Ce n'est pas une métaphore. Jésus, après beaucoup de tergiversations intervient enfin et ressuscite Lazare.

C'est un "signe" extraordinaire encore plus fort que la guérison de l'aveugle de naissance.

C'est ce signe très fort qui va décider les pharisiens à faire mourir Jésus. C'est à l'issue de ce passage que Jésus va vers sa Passion.


Comment comprendre tout cela aujourd'hui ?

Jean-Hélios

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par booboon » mar. mars 24, 2020 12:49 pm

Bonjour ! Merci Jean Hélios pour votre fidélité à mettre les textes dans ce forum....
Les évangiles, on a beau connaître certains passages par cœur, ils nous confient toujours quelque chose de nouveau selon le contexte, les gens avec qui on partage etc....on n'a donc jamais fini de les étudier et c'est heureux !!

J'ai déjà entendu sur ce texte qu'on ne pouvait parler de résurrection que pour le Christ Jésus parce que lui seul était ressuscité pour l'éternité. Lazare lui, a été réanimé mais re mourra un jour....qu'en pensez-vous ? Il ne faudrait pas que cette version nous laisse penser que Jésus a " juste" réveillé Lazare, il l'a bel et bien rendu vivant !!

Aujourd'hui je m'interroge sur Marthe et Marie : sont-ce les mêmes que la priante et l'active ?

Aujourd'hui je suis touchée par les larmes de Jésus : comme chaque être humain, il pleure son ami.....il pleure avant de le réanimer/ressusciter.....il aurait pu en effet empêcher Lazare de mourir comme il aurait pu se sauver lui même à la Croix.... mais non, il nous laisse passer par l'épreuve, la tristesse et s'y joint avec nous.....

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 24, 2020 6:39 pm

Bonjour Blandine et merci de votre contribution malgré l'immensité de votre travail avec votre grande famille. Respect.

Pour vos questions:

Lazare a bel et bien été ressuscité par Jésus et je ne sais pas d'où vient votre question sur le fait qu'il "re- mourait " un jour.

Quant à Marie et Marthe, les deux soeurs de Lazare, ce sont bien celles que vous définissez, la "priante et l'active".

On les trouve dans le récit de Luc ( 10 38-42) et dans Jean, le passage que nous lisons cette semaine.

Béthanie est situé près de Jérusalem à 3 km à l'Est en direction de Jéricho. C'était une étape pour Jésus quand il allait à Jérusalem.

Mais évidemment, votre question sous-jacente est la résurrection. Jésus ressuscite Lazare avant d'être crucifié et ressusciter.

Très bonne soirée dans votre famille.

Vos enfants dans leur diversité d'âge vont-ils lire ce texte de Jean ?

Jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 24, 2020 7:29 pm

On pourrait se référer au texte qui précise bien au verset 2 :
Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur
et lui essuya les pieds avec ses cheveux.
Il est fait allusion ici à "l'onction " de Marie qu'on lira au chapitre 12 1-8. Ces précisions permettent de justifier la "demande " que vont faire les deux soeurs à Jésus pour leur frère qui est malade.

Si on continue au fil du texte on lit la réponse de Jésus :
« Cette maladie ne conduit pas à la mort,
elle est pour la gloire de Dieu,
afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Cette phrase est complexe. Jean veut dire qu'il ne faut pas envisager cette maladie par rapport à la mort, c'est-à-dire l'anéantissement du corps mais par rapport à "la gloire de Dieu ". Cette expression annonce le miracle qui va être fait ensuite. Le mot de "gloire" n'a pas le sens qu'on lui donne ordinaire comme quand on dit " un général glorieux".

La "gloire de Dieu" c'est la présence bienfaisante de Dieu dans la réalité humaine.

Et bien entendu cette "gloire" rejaillit sur son fils.

Voilà le lieu où se déroule cette histoire c'est Béthanie, les personnages ce sont les deux soeurs, Marthe et Marie et Lazare et Jésus.

Jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » mer. mars 25, 2020 7:22 pm

Nous voilà devant ce monument de difficultés qu'est ce récit de la résurrection de Lazare.

Oui, comment l'aborder ?

Au fil du texte ? Ou en dégageant des thèmes majeurs qui pourraient permettre de mieux lire ?

Je vais essayer de dégager des thèmes qui irriguent tout le texte :

il y a la maladie et la mort,

il y a la foi en Jésus, le Christ,

il y a enfin la résurrection,

le retour à la Vie.

En ces temps d'épidémie où tous ces thèmes sont tellement présents il peut paraître très difficile de lire ce texte.

Je pense que non et que, au contraire, il peut nous aider. Car le thème principal c'est la foi en Christ qui parcourt tout l'évangile de Jean.

On peut par exemple revenir au dialogue entre Jésus et Marthe qui est situé à peu près au centre du texte :
Jésus lui dit :
« Moi, je suis la résurrection et la vie.
Celui qui croit en moi,
même s’il meurt, vivra ;
quiconque vit et croit en moi
ne mourra jamais.
Crois-tu cela ? »
Elle répondit :
« Oui, Seigneur, je le crois :
tu es le Christ, le Fils de Dieu,
tu es celui qui vient dans le monde. »
Mais c'est ici que les mots, celui de vie, de mort, il faut les prendre en rapport avec la foi en Jésus, le Christ.

Qu'est-ce que c'est vivre ? Mais vivre en plénitude ? Si nous avons la foi, oui, cette "vie" est vraiment "vie", pleinement vie. Mais il y a des vies qui sont "la mort". La foi est une résurrection, un surgissement de la vie.

Et Jésus demande cela à Marthe : " Crois-tu cela ?" Marthe a tout compris :
« Oui, Seigneur, je le crois :
tu es le Christ, le Fils de Dieu,
tu es celui qui vient dans le monde. »
Ce dialogue précède la résurrection de Lazare qui est un triomphe sur la mort.

Il faut aller au-delà du sens des mots tels que nous les utilisons : et Jean "joue" avec cette ambiguïté du langage : Lazare s'est endormi. Il n'est pas mort. Il va donc se réveiller ou se relever.

Et donc, dans un temps si troublé c'est la foi en Jésus, le Christ qui nous sauve. Mais il est très difficile d'exprimer cela. Tous les jours il y a des hommes et des femmes qui ressuscitent, qui se "réveillent" au nom de la fraternité ou je ne sais quoi. mais plus personne n'a les mots. C'est une foi sans christianisme.....qui pourtant est là. Les racines sont loin mais présentes.

Jean-Hélios

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par francippo » mer. mars 25, 2020 9:12 pm

Je vous propose deux extraits trouvés sur Internet qui se rapportent à cet évangile:"Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11, 1-45)"

Premier extrait écrit par Fr Rémy Bergeret op.qui fait partie de la communauté dominicaine de Montpellier:

"Lazare celui que Jésus ressuscite ou plutôt ramène à la vie et il n’est pas le seul dans l’ Évangile. Le fils de la veuve de Naim, la fille de Jaïre… La nouveauté, dans ce miracle, tient aux circonstances : le 4ème jour, il sent déjà. Autrement dit, la corruption du corps a déjà commencé son œuvre (c’est comme cela qu’on comprenait la mort à l’époque/ les critère médicaux ont évolué). Mais Jésus en a vu d’autres. » Lazare, sors ! » De ton tombeau, de ta solitude, de tes enfermements possibles. Car il ne suffit pas de faire partie des amis de Jésus pour se sortir des épreuves -de la mort- par un coup de baguette magique !......

...En même temps, cet épisode n’est pas une banale répétition générale de la Mort/Résurrection de Jésus à venir. Car Jésus ressuscite avant le 4ème jour fatidique, le Juste n’a pas connu la corruption du tombeau. Par ailleurs, Jésus ne revient pas à la vie terrestre, Il est Ressuscité pour une vie totalement nouvelle, la vie éternelle. Cela dit, il y a comme un avant-goût d’anticipation, une espérance proclamée au cœur d’une amitié humaine forte. Et c’est sans doute pour cela que cet ultime signe devait se produire dans cette famille-là, aux portes de la Ville sainte.
Retenons donc simplement, qu’à la suite de Marthe, nous sommes invités à confesser Jésus-Christ comme « la Résurrection et la Vie », Celui qui est à l’œuvre pour nous relever de toutes nos petites morts (nos maladies, nos échecs, nos faiblesses, nos péchés…). Oui, Il opère des libérations, des guérisons, des résurrections de toutes sortes dans nos vies, dès maintenant : le croyons-nous vraiment ?"

Deuxième extrait écrit par Yves Guillemette , prêtre bibliste Montréal Canada:

......"Voilà une autre insistance de l’évangéliste à affirmer le caractère inéluctable et irrémédiable de la mort. Et avec cette insistance, un autre message : Jésus n’est pas un magicien qui peut faire disparaître la mort comme par enchantement, même si parfois nous le souhaiterions de tout cœur. Risquons même une affirmation audacieuse : Jésus ne veut pas que nous échappions à la mort. D’ailleurs lui-même n’y a pas échappé.
la mort est l’épreuve déterminante et décisive de notre foi au Christ. Vivre sa mort dans l’amitié du Christ ressuscité est le dernier acte de foi que nous puissions poser. ....

... Chaque fête de Pâques, nous célébrons non seulement la résurrection du Christ Jésus mais aussi notre participation à sa résurrection, puisque nous avons été plongés, baptisés en lui. Par le baptême, nous sommes solidaires du Christ. Comme l’affirme saint Paul, l’Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en nous. Il est notre vie. Il est à l’œuvre en nous, comme il l’a été dans celle de Jésus. Cet Esprit de vie continuera d’exercer son emprise sur nous, lorsque nous franchirons le cap de la mort. Ce sera alors le moment de notre pâque, de notre passage de ce monde à celui du Père. Baptisés en Jésus Christ, nous sommes sur la voie de la résurrection. Autrement dit, nous sommes des ressuscités en pleine croissance car Dieu a fait de nous des vivants pour toujours, parce qu’il est amour."

Petite contribution que je vous propose à partir de cet évangile...ces réflexions si je ne les ai pas été écrites , je les ai faites miennes.

francippo 8-)

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par Jean Gauci » ven. mars 27, 2020 11:21 am

hélios a écrit :
mer. mars 25, 2020 7:22 pm

Et donc, dans un temps si troublé c'est la foi en Jésus, le Christ qui nous sauve. Mais il est très difficile d'exprimer cela. Tous les jours il y a des hommes et des femmes qui ressuscitent, qui se "réveillent" au nom de la fraternité ou je ne sais quoi. mais plus personne n'a les mots. C'est une foi sans christianisme.....qui pourtant est là. Les racines sont loin mais présentes.

Jean-Hélios
Ah, oui, Jean Hélios, votre remarque est judicieuse. Des gens se lèvent et ressuscitent alors qu'on les croyait morts. Des gens qui disent ne faire que leur devoir et d'autres qui ne sont pas obligées et qui retournent soigner au risque d'être contaminés. Tous ne savent pas qu'ils accomplissent le commandement " Tu aimeras ton prochain comme toi même" ...


Une foi sans christianisme ? dites vous... ou un christianisme qui s'ignore. Qu'importe , Dieu est amour dit St Jean. Là où il y a de l'amour, Dieu est présent.

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par Jean Gauci » ven. mars 27, 2020 11:23 am

Quelle richesse dans ces textes, chère Francippo ! Ceux qui comme moi, s'en nourriront ne pourront pas regretter l'absence de sermon de leur paroisse.
Merci et amitiés.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 29 mars 2020

Message par hélios » ven. mars 27, 2020 4:54 pm

La résurrection ! C'est maintenant !

Bonjour à tous et merci chaleureusement à jean Gauci ( Guy pour les intimes) pour sa lecture de mon commentaire qui m'a pris beaucoup d'énergie et de temps car Jean, l'évangéliste, c'est vraiment très difficile.

Le titre de mon billet reprend la rhétorique de Monsieur Hollande lors des élections présidentielles de 2012. ( Hollande sollicité dans l'évangile de Jean !)

Vous vous souvenez : Le changement, c'est maintenant !

Eh bien ! reprenant l'évangile de Jean, je dirais : La résurrection c'est maintenant !

Pour cela, je vais revenir au texte de Jean.

Il serait bon de relire le dialogue entre Marthe et Jésus. Je décide de le copier pour que chaque lecteur l'ait devant les yeux :
Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus,
elle partit à sa rencontre,
tandis que Marie restait assise à la maison.
Marthe dit à Jésus :
« Seigneur, si tu avais été ici,
mon frère ne serait pas mort.
Mais maintenant encore, je le sais,
tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
Jésus lui dit :
« Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit :
« Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection,
au dernier jour. »
Jésus lui dit :
« Moi, je suis la résurrection et la vie.
Celui qui croit en moi,
même s’il meurt, vivra ;
quiconque vit et croit en moi
ne mourra jamais.
Crois-tu cela ? »
Elle répondit :
« Oui, Seigneur, je le crois :
tu es le Christ, le Fils de Dieu,
tu es celui qui vient dans le monde. »
Jésus dit à Marthe : " Ton frère ressuscitera " et Marthe lui répond: " Je sais qu'il ressuscitera à la résurrection au dernier jour ".

Que signifie cette réponse de Marthe ?

Marthe en parlant de la "résurrection du dernier jour" énonce la conception de la résurrection pour les pharisiens.

Or, Jésus, lui parle de tout autre chose et il le précise :
« Moi, je suis la résurrection et la vie.
Celui qui croit en moi,
même s’il meurt, vivra ;
Jésus c'est la Vie. La résurrection, ce n'est pas à la fin des temps c'est dans le présent, c'est maintenant !

Jean Zumstein dans sa très belle étude de Jean écrit cette phrase qui me semble très claire :

" Jésus est ainsi présenté comme le donateur exclusif de la vie.....De ce fait, la plénitude de vie n'est pas offerte au croyant comme une espérance devant se réaliser après sa mort, mais elle est un don reçu ici et maintenant dans la foi ".

Jean Zumstein L'évangile selon Saint-Jean Labor et fides


Et si l'on écoute bien le langage ordinaire, chacun l'exprime à sa manière : "Ce n'est pas une vie ! "..... C'est Jésus, le Christ qui donne une plénitude de vie si l'on s'efforce, avec mille difficultés, de suivre la Bonne Nouvelle.

L'évangile sur la résurrection de Lazare est une aide précieuse pour les temps que nous vivons.

Jean Hélios

Répondre