Des patineurs cassent la glace

Vos réaction à ce qui fait la Une… ou pas assez.

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Des patineurs cassent la glace

Message par hélios » mer. févr. 05, 2020 12:15 pm

Les sports de glace dans la tourmente.

Après l'Eglise, les sports de glace...

Dans certains sports, individuels surtout, un entraineur est en contact avec un enfant depuis qu'il est tout petit ou petite, c'est le cas du patinage, mais il y a aussi la gymnastique. L'entraineur c'est une deuxième maman par la proximité physique. Que la perversité puisse s'immiscer dans ces relations est inévitable car les hommes et les femmes ne sont pas parfaits. Le mal est dans l'homme, dans tout homme. Christ est venu nous sauver mais le mal existe.

Dans l'Eglise, cette proximité physique joue aussi beaucoup sous le prétexte "d'accompagnement spirituel". Dans cet accompagnement spirituel particulier un homme est seul avec une femme, un homme ou un enfant.

On est passé d'une société laxiste dans le domaine moral à une société puritaine à l'américaine avec toutes les dérives qui peuvent exister.


Reste qu'il faut raison garder: tous les entraineurs de patinage ne sont pas des pervers sexuels et tous les prêtres ne sont pas des pédophiles, prédateurs etc. Mais l'hyper médiatisation de ces affaires après un très long silence laisse à penser que tout un sport, toute une Eglise est responsable.

Cela est faux évidemment.

Hélios

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par andrevii » jeu. févr. 06, 2020 8:23 pm

Bonjouir

Tous les jours se découvrent des cas nouveaux, la partie immergée de l'iceberg tout doucement sort des abîmes. Et les gens sont tout surpris comme si ça n'existait pas depuis des siècles car cela fait partie de la vie. Mais me direz-vous, ce n'est pas une raison pour que ça continue impunément. Soit, mais attention à cette dérive de vouloir absolument modifier ou réformer la nature humaine à coups de spots médiatiques alors que notre société est bien mal fondée à se présenter comme moralisatrice. Je la préfère éducatrice plutôt que moralisatrice.

Je suis en ce qui me concerne davantage perplexe sur la notion de traumatisme. Quelle est la définition d'un traumatisme ? En l'absence de violence, une atteinte sexuelle n'est pas à priori traumatique. De même qu'il existe une antenne d'écoute pour les femmes battues, ne pourrait-il pas exister une cellule psychologique d'aide pour les victimes d'une approche sexuelle inappropriée afin de parvenir à ce que douleur ne soit pas confondu avec violence et que le mal trouve dans le temps sa guérison. Car c'est souvent dans la tête que le traumatisme s'alimente de nos peurs.

André
>

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par hélios » lun. févr. 10, 2020 9:54 pm

Je suis entièrement d'accord avec vous André.

Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par Jean Gauci » mar. févr. 11, 2020 8:57 pm

andrevii a écrit :
jeu. févr. 06, 2020 8:23 pm
Quelle est la définition d'un traumatisme ? En l'absence de violence, une atteinte sexuelle n'est pas à priori traumatique
Une atteinte sexuelle, comme vous nommez si joliment le viol, n'est-ce pas une violence en soi ?
Votre observation me laisse perplexe...

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par hélios » mer. févr. 12, 2020 10:24 am

Justement Jean gauci s'il y a viol, il y a violence et là on est dans le "traumatisme". Ce que veut dire André c'est que tout n'est pas traumatique, sans doute et en tout cas ceci est variable selon les individus.

Si un homme met les mains sur les seins d'une femme, sans son consentement, comme me l'a raconté une amie, est-ce "traumatique" ? Le type s'est pris une calotte et une soufflante.....Une femme sait le faire et elle l'a fait dans le cas qui m'a été raconté. S'il y a récidive, c'est une autre affaire.....

La patineuse qui a écrit son livre n'a finalement pas porté plainte. Il est vrai que les faits sont prescrits mais pourquoi ne l'a -t-elle pas fait ?


Le drame, c'est la suspicion qui est mise dans tous les rapports entre hommes et femmes.

Cette même suspicion s'immisce dans les rapports citoyens-gouvernement, clercs-fidèles, etc.

Les thérapeutes de tous poils ont du pain sur la planche, ils ne s'en plaindront pas.


Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par Jean Gauci » mer. févr. 12, 2020 3:42 pm

hélios a écrit :
mer. févr. 12, 2020 10:24 am
ustement Jean gauci s'il y a viol, il y a violence et là on est dans le "traumatisme". Ce que veut dire André c'est que tout n'est pas traumatique, sans doute et en tout cas ceci est variable selon les individus.
Vous vous délectez, cher Jean, dans la casuistique...Vous semblez dire qu'il a des degrés dans les agressions sexuelles et qu'après tout certains gestes, les mains sur les seins d'une femme par exemple, ne sont pas traumatisants donc véniels. Si je vous suis, il faudrait établir un barème pour relativiser le dommage des victimes et vous regrettez la suspicion qui s'établit entre femmes et hommes, entre clercs et fidèles. Vous avez tout à fait raison de dénoncer le virus du soupçon qui pourrit toute relation mais ne vaut-il pas mieux affirmer son exigence de respect à l'égard des femmes et des enfants plutôt que de laisser entendre que ces affaires ne valent pas toutes la peine qu'on les dénonce et qu'on les condamne ?
Soyons clairs: un homme sait très bien ce qui est de l'ordre de la relation courtoise et ce qui est de l'agression, ce qu'une femme accepte et ce qu'elle refuse. Il n'y a pas d'excuse aux agressions sexuelles. Le respect de l'intégrité est un droit sans nuance.

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par francippo » jeu. févr. 13, 2020 11:14 am

Je vous rejoins tout à fait Jean Gauci quand vous écrivez:" Le respect de l'intégrité est un droit sans nuance." Évidemment qu'entre le viol et des gestes hardis et déplacés apparemment l'effet n'est pas le même...et bien je ne le pense pas....Il n'y a pas de "barème" pour évaluer cette façon "d'envisager" la femme....Et parfois certains hommes commencent par un geste que Jean-Hélios semble minimiser pour en arriver à "coincer" une femme et à lui "faire sa fête" comme on disait avant...et quelle fête!!!
Il y a une phrase assez "violente" qu'une femme adresse à un homme (en général) et que je trouve ô combien vraie dans "ces circonstances traumatiques"....la voici: "si tu te permets de me mettre les mains aux fesses, je mettrais mon poing dans ta G....e"! et je pourrais aussi conseiller aux femmes d' apprendre "la savate" qui est une action d'auto-défense avec en supplément un coup de pied bien placé... Ajoutons que de nombreuses femmes apprennent à présent dans des "ateliers" spécialisés à savoir faire face à des agressions masculines....voilà toute la différence...Est-ce cela la parité??? :cry:
francippo 8-)

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Des patineurs cassent la glace

Message par hélios » jeu. févr. 13, 2020 11:26 am

Je suis d'accord avec vous Jean Gauci dans votre dernier message.

Du point de vue de la relation entre des personnes, effectivement, qu'un homme qu'elle côtoie ait eu un geste inapproprié à son égard est un manque de respect de mon amie.

Mais, dans la société actuelle, on parle de tout autre chose, on parle de " traumatisme " qui fait partie du vocabulaire médical. On est dans la médecine et non dans les relations inter-personnelles.

Dans le traumatisme, il y a des degrés : entre un coup qu'on peut recevoir à cause d'une maladresse et un choc violent qu'on reçoit à la suite d'un accident de voiture.

Dans notre société, tout est sans nuance, tout est "traumatisme" et immédiatement dénoncé à partir des réseaux sociaux qui amplifient les choses et exacerbent les relations humaines.

La dénonciation publique est érigée en tribunal alors que l'on ne connaît pas les faits.

Je ne fais pas de la casuistique, je dis mon dégout des tribunaux de l'opinion publique à partir de faits qui se sont déroulés il y a trente ans ou plus et qui sont jugés à une époque où les moeurs ont changé.

Il y a 50 ans, en mai 68, l'un des slogans était : "il est interdit d'interdire"... Et Gabriel Matzneff pouvait écrire dans ses livres qu'éditait la société Gallimard par le menu ses relations avec des jeunes filles. C'était de notoriété et personne n'a rien dit y compris Monsieur Pivot qui l'a invité dans ses émissions "littéraires".

Maintenant, ce vieux Monsieur de plus de 80 ans, voit se déchainer contre lui tous ceux qui n'ont rien dit dans les années 75... sauf l'écrivain(e) canadienne Denise Bombardier. Le Gabriel Matzneff la menaçant , alors, parce qu'elle s'érigeait en censeur...Toute l'intelligentzia de gauche emboîtant le pas à Monsieur Matzneff.

Les temps ont bien changé.

Tout cela n'est pas de la casuistique, je pense ( méthodologie des Jésuites, je crois, dont fait partie le bon pape François).

De plus en plus de gens se coupent d'une société qui va à sa ruine à force d'être dans la radicalité.

Hélios

Répondre