Partage d'évangile du 17 février 2019

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » sam. févr. 09, 2019 8:29 am

Première lecture
« Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel. Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur » (Jr 17, 5-8)

Lecture du livre du prophète Jérémie

Ainsi parle le Seigneur :

Maudit soit l’homme
qui met sa foi dans un mortel,
qui s’appuie sur un être de chair,
tandis que son cœur se détourne du Seigneur.
Il sera comme un buisson sur une terre désolée,
il ne verra pas venir le bonheur.
Il aura pour demeure les lieux arides du désert,
une terre salée, inhabitable.

Béni soit l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur,
dont le Seigneur est la confiance.
Il sera comme un arbre, planté près des eaux,
qui pousse, vers le courant, ses racines.
Il ne craint pas quand vient la chaleur :
son feuillage reste vert.
L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude :
il ne manque pas de porter du fruit.


Psaume
(Ps 1, 1-2, 3, 4.6)

R/ Heureux est l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur. (Ps 39, 5a)

Deuxième lecture
« Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur » (1 Co 15, 12.16-20)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ;
alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer
qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?
Car si les morts ne ressuscitent pas,
le Christ non plus n’est pas ressuscité.
Et si le Christ n’est pas ressuscité,
votre foi est sans valeur,
vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;
et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.
Si nous avons mis notre espoir dans le Christ
pour cette vie seulement,
nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.
Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts,
lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.


Évangile
« Heureux les pauvres ! Quel malheur pour vous les riches ! » (Lc 6, 17.20-26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus descendit de la montagne avec les Douze
et s’arrêta sur un terrain plat.
Il y avait là un grand nombre de ses disciples,
et une grande multitude de gens
venus de toute la Judée, de Jérusalem,
et du littoral de Tyr et de Sidon.

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
« Heureux, vous les pauvres,
car le royaume de Dieu est à vous.
Heureux, vous qui avez faim maintenant,
car vous serez rassasiés.
Heureux, vous qui pleurez maintenant,
car vous rirez.
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent
et vous excluent,
quand ils insultent
et rejettent votre nom comme méprisable,
à cause du Fils de l’homme.
Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie,
car alors votre récompense est grande dans le ciel ;
c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

Mais quel malheur pour vous, les riches,
car vous avez votre consolation !
Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant,
car vous aurez faim !
Quel malheur pour vous qui riez maintenant,
car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous !
C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »


© AELF

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » lun. févr. 11, 2019 11:46 am

Dimanche prochain, trois textes avec de fortes oppositions dont celle des "pauvres" et des " riches " dans l'Evangile de Luc.

Entre les deux, dans sa Lettre aux Corinthiens, Paul poursuit sa démonstration sur un sujet essentiel: la résurrection des morts qui a été abordée dimanche 10 février.

Cette semaine, une belle palette de textes donc à commenter.................

A vos ordinateurs.

Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » lun. févr. 11, 2019 4:32 pm

PAUL Lettre aux Corinthiens sur la résurrection des morts


La résurrection des morts ?

Ce sujet intéresse-t-il par les temps que nous vivons où ce qui intéresse les gens, comme on dit, c'est le monde, la vie présente et pas un hypothétique royaume ? Voilà une première question que je me pose avant de cheminer pas à pas aux côtés de l'apôtre Paul.

Comme il a déjà été écrit dans cette rubrique, ce sujet de la résurrection des morts devait être très difficile à faire admettre à des Grecs de Corinthe.

Pourtant, les chrétiens croient en la résurrection du Christ. C'est un "article de foi " du Credo. Mais qu'en était-il au premier siècle à Corinthe ?

Oui, le Christ est ressuscité. C'est l'un des éléments forts de la foi chrétienne et hier 10 février, l'épitre de Paul portait sur les preuves de cet événement.

Car il y a des preuves.

C'est dans ce sillage, que Paul s'adresse aux chrétiens de Corinthe en montrant que la croyance en la résurrection des morts s'inscrit dans la foi en Christ et en sa résurrection. C'est la pierre qui supporte tout l'édifice.

A l'insistance de Paul on devine les réticences des Grecs à croire en la résurrection des CORPS, idée repoussante pour un peuple traversé par les croyances dualistes ( une âme/un corps ).

Plus de vingt siècles après Paul, avons-nous fait du chemin sur cette question ?

Hélios

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par Flor » mar. févr. 12, 2019 4:23 pm

JEREMIE
Mais Dieu peut-il "maudire" l'homme qu'il a créé à son image ?.....
Il faut peut-être inverser les phrases ?....
Si l'homme se détourne de Dieu , il fait son malheur.... s'il met sa Foi dans le Seigneur , il peut alors s'appuyer sur un être de chair.....
Il est béni de Dieu !
" Et Dieu vit que cela était bon ! " (Gn.1)

Le "tandis que .." est important dans ce début de texte !

Et puis , admirable poésie de Jérémie autour de l'homme qui met sa Foi dans le Seigneur !
."... arbre planté près des eaux , feuillage vert , sans inquiétude pendant la sécheresse , porte des fruits ......"
Ces expressions , appliquées à l'homme croyant , enrichissent notre méditation !

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par Jean Gauci » mar. févr. 12, 2019 7:32 pm

BIENHEUREUX LES PAUVRES...

Pardon, Seigneur, mais a priori, ton affirmation est contradictoire...
à la limite de l’absurdité !
Tu sais notre soif de bonheur. Toute la société des hommes tend vers de plus en plus de richesses et de moins en moins de contraintes :
Plus de salaire, de bénéfices, de biens de consommation, de confort, de protection sociale, d’honneurs...
Moins de travail, de contraintes, de règlements, d’ennuis, de fatigue...
Alors, présenter la pauvreté comme la voie du bonheur, c’est mettre en échec le moteur même de la société.
Pourtant... l’addition de tous ces « plus » et la réduction de toutes ces contraintes a-t-elle pour effet de rendre heureux ?
OUI pour une part, et nous savons que sous un seuil de bien-être, sans un minimum vital, il est vain de parler de bonheur ou d’espoir à des femmes et des hommes entamés, amoindris, humiliés, affamés.
Mais nous savons aussi que l’équilibre, la joie, la sérénité ne sont pas réservés aux puissants, aux possédants, aux savants, aux stars... Nombre de dépressions nerveuses ou de suicides sont là pour évoquer un vide argenté !

Alors, Seigneur où est le secret de ce bonheur que tu réserves aux pauvres ?

Ton projet pour nous n’est pas limité à un temps ou à un lieu. Il est conçu pour l’Infini et l’Eternité.
Tu ne dis pas « Bienheureux les Pauvres parce que la pauvreté est le terrain de leur épanouissement » mais... « Car le Royaume des Cieux est à eux ! »
Le court terme matérialiste peut donner du crédit à l’équation : Richesse= Bonheur. Ton dessein, lui ne se réalise pas dans le court terme...

Par « richesse », Tu n’entends pas seulement abondance de biens matériels . Tu vises ce qui « encombre », ce qui cache la vue et l’ouïe, ce qui anesthésie le coeur. Nos richesses, nos suffisances, notre ego finissent par constituer des murs à la fois antibruit car ils nous protègent des appels gênants et réfléchissants et ils nous renvoient nos propres images.
Mais ces murs nous privent de la perspective de Dieu et des autres et nous emprisonnent dans les limites de nous mêmes.
Ces murs nous sont familiers ; ce sont nos possessions ; ils commencent tous par les mêmes adjectifs ... possessifs.
Mon avis, mon droit, ma carrière, mon temps, mes biens, mon pouvoir, mes compétences...
Bien sûr, que L’Esprit Saint m’a fait don de compétence, d’intelligence, de talents et les nier serait faire injure à l’œuvre créatrice de Dieu en moi mais ces dons ne sont que des outils que tu m’as confiés pour servir et non pour asservir et me faire valoir. Et quand je pervertis la destination de tes talents, je dresse un mur entre Lui et moi.

Etre pauvre, c’est oser démolir nos murs, seule solution pour voir l’horizon au risque... de ne plus être chez soi !

Pour voir Dieu, il faut d’abord être en mesure de voir les autres.
Dieu peut être lointain.
Mais mon prochain, c’est les autres.
Et par les autres, Dieu devient mon prochain
Même quand nous faisons la charité, ne sommes nous pas le riche, le savant, le puissant le possédant, et les dons qui nous sont demandés ne risquent-t-ils pas de se muer eux-mêmes en mur miroir ou mur antibruit ? Sommes-nous sûrs que notre action est dénuée de tout pharisaïsme ? ( « Je ne suis pas comme le pêcheur, je donne le dixième de mes biens aux pauvres... ») . Ne sommes nous pas trop riches de bonne conscience, de surestimation de notre action caritative ?
Appelés à donner notre temps, notre argent, notre peine, nos déplacements, nos interventions... sommes nous capables, nous mêmes de pauvreté ? Si être pauvre c’est être en attente de don et en situation de recevoir, sommes nous capables de recevoir ?
Capable de recevoir le don de Dieu, le don de plus pauvres, la détresse des autres, l’opinion, l’affection, l’avis ou la gratitude des autres.
Recevoir avec simplicité les leçons que nous donnent les plus pauvres et reconnaître que dans certains domaines, c’est nous qui sommes les pauvres !
Et la joie née de la pauvreté, dans tout ça ?
Elle est sans doute et d’abord un mystère, une espèce de récompense de l’amour de Dieu. Mystère intraduisible en termes de rationalité comme ces vérités qui sont révélées aux petits et qui sont cachées aux plus grands.
Mais aussi « joie des pauvres », parce qu’en accédant à un esprit de pauvreté et en nous dépouillant de « cette mauvaise graisse » qui nous donne l’illusion de la santé, nous changeons de monde. Nous passons du fini à l’infini, du terrestre à l’éternité, de l’humain au divin. En marche vers l’Essentiel nous finissons par mesurer le dérisoire de ce qui nous paraissait précieux et par donner du prix à des valeurs qui échappent à toute évaluation marchande !
En changeant de perspective, nous changeons de regard.
Alors, il nous reste cette joie d’avoir joué à « qui perd, gagne » et d’avoir eu raison « de mettre notre espoir dans le Seigneur et d’être sûrs de sa parole ! ».

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par Flor » mar. févr. 12, 2019 11:28 pm

RESURRECTION...

Personne n'a vu le Christ sortir du tombeau !
La seule preuve... le tombeau vide !
Marie-Madeleine n'a pas reconnu celui qu'elle cherchait.... Appelée par son nom , elle Le voit VIVANT ! Un cri d'Amour !!
Les Apôtres sur la route d'Emmaüs ne le reconnaissent pas..... mais , à la fraction du Pain, leurs yeux s'ouvrent....
"Levé du tombeau " Jésus revient souvent vers ses Apôtres... qui ont toujours du mal à y croire !
Il faudra la Pentecôte ! L'Esprit envoyé par Jésus ouvre les yeux , les coeurs ..... et casse les verrous !
Les Apôtres sortent et proclament sans peur la Résurrection .

Beaucoup , aujourd'hui , ont du mal à croire à la Résurrection de Jésus et à leur propre résurrection.... Et pourtant.... Jean l'a bien souligné, c'est la base de notre Foi !

"Christ ressuscité
Envoie sur nous ton Esprit
Qu'il nous apprenne à te chercher
Comme Marie-Madeleine
A te trouver dans les Ecritures
Comme les disciples d'Emmaüs
A te recevoir comme Pain rompu pour notre vie
A te redire que nous t'aimons comme Pierre
Que ton ESPRIT nous communique
Un souffle de Résurrection. " (Prière de Mgr Jean-Charles Thomas.... que je fais mienne chaque jour)

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » mer. févr. 13, 2019 12:40 am

Chère Flor,

Merci pour vos questions qui, au risque de me répéter, sont infiniment précieuses car elles permettent d'avancer, d'interroger le texte.


Comment Dieu peut-il maudire l'homme qu'il a créé à son image ? Voilà votre question.

Qu'est-ce que ça veut dire " Dieu a créé l'homme à son image" ? ( Genèse 1 27)

Etre à l'image de Dieu, ce n'est pas du tout être Dieu. Exactement comme quand on dit : cet enfant est à l'image de son père ( ou de sa mère). Cela veut dire qu'il ressemble à son père ou à sa mère.

Ainsi défini " être à l'image de ", on comprend que Dieu puisse maudire sa créature.
Car, au temps de Jérémie, les descendants des tribus d'Abraham, d'Isaac ou de Jacob se sont détournés de leur Dieu.
Inlassablement Jérémie met en garde : " Maudit soit l'homme.......". L'homme sans Dieu est comparé à une "terre désolée", une "terre salée".

Il ne faut pas oublier non plus que Dieu a voulu détruire sa créature à l'exception des espèces animales. Ce fut le Déluge......

Ce texte de Jérémie est magnifique. Le prophète multiplie les oppositions à partir d'images très fortes :

L'homme sans le Seigneur : "terre désolée", "terre salée" L'homme qui a foi dans le Seigneur : " un arbre "

Il faut lire ce texte à haute voix.

Hélios

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par Flor » mer. févr. 13, 2019 6:37 pm

Jean Gauci .... il faudra toute une année pour méditer votre page magnifique !!
Je m'arrête sur 2 mots : bonheur - pauvre

"Seigneur , où est le secret de ce bonheur que tu réserves au pauvre ?"

Le Bonheur ?
vous l'avez tellement bien décliné avec ses "plus " et ses "moins " que je ne saurais dire... Le bonheur dans les petites choses quotidiennes
que je ne sais pas toujours voir... Dans un dernier post je parlais du sourire d'un enfant , de la poignée de main "solide" du clochard ... non pour souligner de "bonnes actions "...... mais pour dire une Présence soudaine , un bonheur furtif...

Une question dans une classe de CM :
"Pour être heureux que faut-il faire ? "
Une petite fille répond aussitôt :
" Pour être heureux , il faut s'en croire !! " Alors ........

Les pauvres ? Etre pauvre : c'est toujours un "manque" .... ou un "trop plein " qui nous coupe des autres.
Et nous sommes des pauvres !

"Etre pauvre ... oser démolir des murs ..... et voir Dieu à travers les autres .."

Des mots si forts qu'ils claquent comme la balle sur les frontons du Pays basque et nous réveillent !! Merci Jean .

Flor.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » jeu. févr. 14, 2019 5:26 pm

Venons-en à LUC.

Parmi les traductions de la Bible, j'ai celle, un peu singulière, de Chouraqui.

Si vous voulez avoir une présentation de chaque livre de la Bible à la fois dense et précise, eh bien allez lire la Bible de Chouraqui. C'est ce que j'ai fait pour le passage qui est proposé pour dimanche.

Donc je lis la traduction de Chouraqui : " Heureux les pauvres........." et " Quel malheur.....".

Et voilà la traduction de Chouraqui : il traduit Heureux par " En marche...

Ce qui donne : " En marche, les humiliés ! oui, il est à vous le royaume d'Elohim !
En marche, les affamés de maintenant ! oui, vous serez rassasiés !
etc

puis " Cependant, oïez, vous, les riches ! oïez du verbe ouïr " écouter ".

Voilà donc Jésus qui s'adresse à ses disciples :

" Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara.........".

Je vous avoue que le passage de Luc m'a choqué avec cette traduction : " Heureux les pauvres" " Malheur aux riches" ...... Un terrible clivage manichéen. Jésus, il "clive" comme on le dirait maintenant !

La traduction de Chouraqui n'est pas aussi "clivante".

En outre on peut être successivement "pauvres" puis "riches".

Il n'y a pas deux camps : celui des "pauvres" puis celui des "riches". Car à ce moment-là, on fait de Jésus un révolutionnaire. C'est ce que fait Reza Aslan dans son très intéressant livre Le Zélote" Pages 204-205.

Allez donc sur les ronds-points et apportez des Bibles avec ce passage : " Heureux et Malheur aux riches....!


Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 17 février 2019

Message par hélios » jeu. févr. 14, 2019 6:07 pm

Voici la présentation du Nouveau Testament dans Chouraqui dont j'ai parlé dans mon commentaire précédent.


Je cite Chouraqui:

" Jésus comme ses compagnons, vivait, pensait, parlait en hébreu et en araméen. Les évangélistes, les apôtres, même lorsqu'ils écrivaient directement en Grec, pensaient tous en Sémites. Pour les retrouver- eux et non l'idée que l'Occident s'en est faite parfois-il faut prendre assez de hauteur au regard du texte grec- le seul cependant à faire foi- pour en retrouver, scellées dans ses profondeurs, les significations réelles.

Retrouver, sous le mot grec, l'hébreu ou l'araméen, et l'exacte pensée qu'il exprimait, restituer l'idée ainsi dégagée dans son contexte sémantique, le fait décrit dans des réalités historiques trop souvent oubliées, telle est notre méthode de lecture et donc de traduction du Nouveau Testament "( page 1869 Bible Chouraqui Desclée de Brouwer )

Répondre