Prix du Témoignage 2018 : Soixante jours (1er)

Romans, biographies, livres d’histoire, témoignages… Partagez vos coups de cœur !

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Françoise T.
Messages : 389
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Prix du Témoignage 2018 : Soixante jours (1er)

Message par Françoise T. » jeu. déc. 06, 2018 3:15 pm

Soixante jours, de Sarah Marty
Tout a commencé parce que Sarah cherchait un maçon pour réparer son mur de pierres. De façon inattendue, Sarah s'est livrée. Peu à peu, l'homme s'est confié. Yoldas revient de loin. D'un calvaire qui a duré soixante jours, du Kurdistan turc jusqu'à l'Europe, via des dizaines de passeurs.
Au sein d'un petit groupe, il a marché, enduré le froid, l'humiliation, la peur. Il a tu sa faim, porté les autres, protégé les enfants, sauté dans des trains en marche, dormi dans des forêts glaciales et des prisons mafieuses.
Ce récit bouleversant se lit d'une traite.
Éd. Denoël, 288 p. ; 20 €.
:idea: Retrouvez l'interview de Sarah Marty et de Yoldas sur le site de Pèlerin.

Christelle L., 36 ans, enseignante (Ain)
Le lecteur est mis dans la peau d’un candidat au départ et invité à ressentir sa solitude, sa méfiance, ses doutes. J’ai vraiment aimé cette finesse et cette vérité des relations humaines, ce dévoilement de l’identité de chacun au fur et à mesure du récit. Le lecteur s’attache petit à petit, comme les protagonistes entre eux. L’écriture, quasi cinématographique tout en étant très soignée, rend ce récit haletant.

Françoise F., 73 ans, ex-secrétaire de Mairie (Essonne)
Je n'imaginais pas une seconde l'enfer que vivent ces Kurdes pour gagner l'Europe, la force et la toute-puissance de ces passeurs du "marche ou crève" et du "paie ou crève". L’auteur m’a touchée : la force des mots et la précision de la transcription des émotions montrent sa compréhension intime de la situation. Je ne manquerai pas de parler de ce livre qui a changé mon regard.

Marie-Caroline B., 41 ans, assistante (Lot-et-Garonne)
Ce livre m’a bouleversée. J’ai vécu le périple avec le groupe, j’ai souffert avec eux, j’ai espéré, attendu, ressenti la joie, la haine ou la douleur en même temps qu’eux ! Malgré le froid, la crainte permanente, la mort… ils restent debout, unis, essayant de garder espoir dans un avenir plus doux.. C’est un témoignage marquant, sans prise de position, sans mélo, sans faux semblants non plus. Juste une histoire vraie.

Marie-Jeanne C., 65 ans, professeur d’histoire géographie (Jura)

Ce récit permet de comprendre les différents motifs qui poussent les Kurdes à quitter leur terre. J’ai été touchée par l’esprit de solidarité qui se crée entre des hommes et des femmes qui ne se connaissaient pas avant le départ. On vit au jour le jour les difficultés, les souffrances physiques et morales qu'ils endurent. Jusqu’à la fin on est tenu en haleine : lesquels atteindront leur but ?

Jakes A., 69 ans, ex-chauffeur (Pyrénées-Atlantiques)
Ce témoignage puissant ne peut laisser insensible et il est nécessaire pour faire face aux discours caricaturaux sur les réfugiés.

Florence F., 34 ans, professeur de lettres (Paris)
Yoldas, le héros de Soixante jours, cet homme fort et fragile à la fois, nous permet de vivre à ses côtés ces soixante jours, et l’on partage avec lui ses drames, ses souffrances, ses peurs, ses angoisses mais aussi et surtout ses espoirs de rejoindre un pays en paix.

Pierre P., 75 ans, ex- enseignant (Bouches-du-Rhône)
Soixante jours, qui décrit des événements d’actualité, se lit comme un roman à suspense. Pour ne pas oublier ces hommes, ces femmes, et ces enfants qui quittent leur pays suite à la folie des politiques.
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

Répondre