Prix du Témoignage 2018 : Une rose et un balai (5e)

Romans, biographies, livres d’histoire, témoignages… Partagez vos coups de cœur !

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Françoise T.
Messages : 389
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Prix du Témoignage 2018 : Une rose et un balai (5e)

Message par Françoise T. » jeu. déc. 06, 2018 3:06 pm

Une rose et un balai, de Michel Simonet
C'est un petit métier. Un métier du dehors, des déchets, de la rue. Michel Simonet est balayeur à Fribourg, en Suisse. Sous la pluie, par temps gris, dans le froid, il « se dépense et pense ».
Dans ce récit philosophique et poétique, il met en scène son quotidien, offre ses réflexions amusées et tendres sur ses contemporains, cantonniers et passants, avec un sens de l'émerveillement inouï. « Et vu que je suis marié avec Dame nature une moitié de la journée, et l'autre moitié avec ma moitié, j'apprends de deux forts caractères. »
Éd. de la revue Conférence, 168 p. ; 20 €.


Florence F., 34 ans, professeur de lettres (Paris)

Une belle surprise avec ce livre admirablement bien écrit, plein de poésie. Cet homme donne du sens au métier de cantonnier, qu'il a choisi. Métier peu glamour, mais qui par son regard, devient beau : il travaille de ses mains et libère son esprit pour prier, chanter, discuter avec des passants. En mettant une rose à son char, il a comme une baguette magique pour mettre de la beauté, là où il n'y en a pas. C'est une belle leçon de vie, et j'encourage ceux qui ont du mal à donner du sens à leur vie, à lire ce témoignage.

Constance L., 57 ans (Hauts-de-Seine)
L’auteur manie aussi bien la plume que le balai ! L’écriture, élégante, est un vrai bonheur. Savoir voir le beau, le bon, le vrai là où l’on est, ici en l’occurrence, dans la saleté, les détritus… c’est un don ! Une spiritualité tout en touches discrètes, très humbles. Un vrai Fiat à l’ordinaire des jours, un hymne de reconnaissance pour tous les «petits » métiers. Les dessins sont d’une exquise finesse, ils accompagnent merveilleusement la lecture, ils sont poétiques, à l’image de ce témoignage.

Bernadette C., 77 ans, dessinatrice (Loiret)
Michel Simonet nous fait découvrir l’humanité des villes à partir des poubelles. La poésie d’habitude cela m’échappe, là non, cela me parle vraiment. Dans mon petit village du Loiret, grâce à ce balayeur si fier, je ne serai pas bêcheuse quand je rencontrerai le cantonnier. Avec lui, je vais aller maintenant vers le ciel qui est sur notre terre où il y a de la beauté cachée en toutes choses.

Fabienne J., 63 ans, professeur des écoles (Val d’Oise)
Découvrir le métier de cantonnier, à travers un mélange de poèmes et de textes, est surprenant mais plein de philosophie. La référence au Petit Prince et à bien d’autres auteurs casse les a priori que l’on a sur les cantonniers. Le titre et les illustrations complètent les textes de façon harmonieuse.

Cécile B., 51 ans, Relectrice (Loire)
Une merveille d’écriture, un grand récit spirituel à partir d’une tâche d’une grande utilité et pourtant très peu reconnue de nos jours. Un livre qui sublime nos déchets et nous pousse aussi à nous remettre en question et à appréhender différemment l’autre pour qu’aucun enfant ne soit poussé à dire « il fait quoi le monsieur idiot ?» Lorsque la foi accompagne le travail (même le plus ingrat) celui -ci retrouve toutes ses lettres de noblesse. Magnifique de poésie, de philosophie, de spiritualité et à la fois très abordable.

Pierre P., 75 ans,ex-enseignant (Bouches-du-Rhône)

Comment vivre au mieux sa vie quotidienne malgré la pénibilité du travail, la répétition de tâches ingrates dans une indifférence quasi générale ? Réponse : comme le fait l'auteur, avec humilité, courage, détachement et humour ! Son livre est une poésie pleine de sensibilité et de légèreté. On respire, on vit, ça fait du bien.
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

Répondre