Les frontières de la Miséricorde ?

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Les frontières de la Miséricorde ?

Message par Jean Gauci » ven. sept. 14, 2018 7:45 am

Miséricorde
du latin misereri : avoir pitié et cor : coeur
Attribut de Dieu qui explique tout son dessein de salut pour l’humanité. La bonté de Dieu est infinie car elle est un des aspects de sa miséricorde (Ps 86,5). On nomme ainsi l’attitude profonde de l’être caractérisée par la disposition d’amour au pardon. La sensibilité à la misère et à la souffrance d’autrui et à une bienveillance fondamentale vis à vis du prochain
Ma plume tremble à l’idée de la réflexion que je veux développer : les prêtres pédophiles ont –ils droit à la miséricorde de Dieu et à la nôtre ?
Je sais le mal immense et l’état de destruction de leurs victimes. Tout le monde en parle.
Mais eux ? Eux partis de la vénération générale au dégout absolu, dans quel état sont-ils ?
Je pense au père Preynat qui va être publiquement exposé à la justice des hommes. Je l’imagine rasant les murs rongé par la honte, le remords et exposé au mépris de tous à commencer par ses confrères. Je ne leur cherche pas d’excuse. Sans doute, en ont-ils ? Je veux seulement me souvenir qu’ils sont mes frères, même si mon cœur n’adhère pas tout à fait à cette fraternité.
Je crois que Dieu les aime et qu’une goutte de son sang a été versé pour eux.
Je crois que la Miséricorde de Dieu les couvre, eux aussi, eux peut-être davantage, non à cause de leurs péchés mais de leur détresse.
Ma prière ne séparera pas les bourreaux et leurs victimes.


Jean Gauci

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Les frontières de la Miséricorde ?

Message par andrevii » mar. sept. 18, 2018 2:11 pm

Bonjour
>
Je sais le mal immense et l’état de destruction de leurs victimes. Tout le monde en parle.
[/i
]>
Oui, tout le monde en parle et un peu trop peut-être à tel point que je me demande s'il n'y a pas de nos jours un phénomène de culture du victimat activement encouragé par les médias. J'ai été personnellement l'objet d'attouchements sexuels de la part d'un instituteur en classe de 7è (le cours moyen qui précède l'entrée en 6è). Le "coupable" a quitté l'enseignement et est entré dans les ordres. Il est probablement décédé aujourd'hui, je tairai son nom car il a été pendant de nombreuses années aumônier d'un grand corps de l'État.

Il y a eu d'autres victimes mais je n'ai pas été particulièrement traumatisé, ayant conservé de cette époque un souvenir plutôt amusé. Aujourd'hui, soixante-dix ans après, je me demande toujours qui était cet homme. Un pédophile, un pervers ? Je ne sais pas. J'ai peine à le condamner sur mon seul vécu.

La seule chose dont je sois sûr, c'est que c'était un excellent instituteur.

Très longtemps après, quand j'en ai reparlé avec ma mère, elle m'a répondu de façon laconique : c'est la vie.

André.
>

Répondre