Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Françoise T.
Messages : 389
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par Françoise T. » mar. juil. 24, 2018 8:52 am

Première lecture
« On mangera, et il en restera » (2 R 4, 42-44)

Lecture du deuxième livre des Rois

En ces jours-là,
un homme vint de Baal-Shalisha
et, prenant sur la récolte nouvelle,
il apporta à Élisée, l’homme de Dieu,
vingt pains d’orge et du grain frais dans un sac.
Élisée dit alors :
« Donne-le à tous ces gens pour qu’ils mangent. »
Son serviteur répondit :
« Comment donner cela à cent personnes ? »
Élisée reprit :
« Donne-le à tous ces gens pour qu’ils mangent,
car ainsi parle le Seigneur :
‘On mangera, et il en restera.’ »
Alors, il le leur donna, ils mangèrent, et il en resta,
selon la parole du Seigneur.


Psaume (Ps 144 (145), 10-11, 15-16, 17-18)

R/ Tu ouvres la main, Seigneur :
nous voici rassasiés. (Ps 144, 16)


Deuxième lecture
« Un seul Corps, un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (Ep 4, 1-6)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
moi qui suis en prison à cause du Seigneur,
je vous exhorte à vous conduire d’une manière digne de votre vocation :
ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience,
supportez-vous les uns les autres avec amour ;
ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit
par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance,
de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.
Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,
un seul Dieu et Père de tous,
au-dessus de tous, par tous, et en tous.


Évangile
« Ils distribua les pains aux convives, autant qu’ils en voulaient » (Jn 6, 1-15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait,
parce qu’elle avait vu les signes
qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne,
et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux
et vit qu’une foule nombreuse venait à lui.
Il dit à Philippe :
« Où pourrions-nous acheter du pain
pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit :
« Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains
et, après avoir rendu grâce,
il les distribua aux convives ;
il leur donna aussi du poisson,
autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim,
il dit à ses disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.

À la vue du signe que Jésus avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment lui le Prophète annoncé,
celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient l’enlever
pour faire de lui leur roi ;
alors de nouveau il se retira dans la montagne,
lui seul.

©AELF
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par francippo » mar. juil. 24, 2018 5:31 pm

"Il nous faut manger pour vivre" dit-on...Oui mais quelle nourriture? et jusqu'à être rassasié-e-s et partager l'essentiel ou le plus?
Il est écrit dans la première lecture , tirée de (2 R 4, 42-44)
" un homme ....
prenant sur la récolte nouvelle,
apporta à Élisée
...vingt pains d’orge et du grain frais dans un sac "

Il est écrit dans le texte tiré de l' Évangile (Jn 6, 1-15)
"« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons, "

Voilà deux personnes, un homme et un jeune garçon, qui ont "de quoi manger".. alors que d'autres sont, semble-t-il , dans l'attente de nourriture...

Sur l'indication d’Élisée dans le 1° texte et de Jésus dans le texte d' Évangile
Il y a UN PARTAGE étonnant en fonction de la quantité partagée par rapport au nombre de personnes qui reçoivent ce partage!!!! Et encore plus fort..IL EN RESTE...!

Ce partage "dans ces deux cas de figure" au lieu de diminuer le "stock" permet de stocker de la nourriture.."pour voir venir peut-être?"

Cela me fait penser au partage du pain durant l’Eucharistie ou la Cène..."prenez et mangez-en Tous (et Toutes)... c'est le pain de l'alliance..."

Manger et partager Ce pain nous fait tous et toutes frères et soeurs... en suivant Jésus de Nazareth qui nous a dit je suis Le Chemin... qui nous demande de n'oublier personne et d'en avoir encore pour la suite de la route !

Actuellement il y a des foules qui nous demandent "un peu de pain"... elles arrivent par la mer pour la plupart... "je vous ferai pécheurs d'hommes!" quel symbole....

francippo 8-)

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par hélios » mer. juil. 25, 2018 9:11 am

Je n'ai pas encore eu le temps de lire les textes mais je vais le faire aujourd'hui.....

J'ai trouvé votre analyse très pertinente avec un lien sur l'actualité clair et net mais pas pesant..... ( deux lignes à l'extrême fin du commentaire).

Il va falloir être à la hauteur d'autant que ces textes ( l'Evangile) sont tellement connus qu'on se demande comment les lire.......

Bravo Francippo !

Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par Jean Gauci » mer. juil. 25, 2018 10:56 am

Cinq pains et deux poissons...pour toute une foule ?
Le premier réflexe est de les garder pour soi.
Nous ne sommes pas riches et nous ne pouvons pas soulager toute la misère du monde.
Voila une réflexion qui nous est coutumière quand on nous demance ce que nous n'avons pas ou pas assez, un peu comme le serviteur qui n'a reçu qu'un seul talent et qui s'est empressé de l'enfouir.
Parler de sa foi, ou de l'Evangile, oser une parole bienveillante, agir pour le bien des autres ou réfléchir à la misère des migrants, des agriculteurs désespérés et tant d'autres choses...
Qui suis-je pour changer les choses, moi qui ne suis que.... moi qui n'ai que cinq pains d'orge et deux poissons !
Bien sûr, raisonnablement, la tache qui nous est demandée est au dessus de nos moyens et on est toujours tenté de n'être que spectateur.
Mais Dieu est là qui change beaucoup de choses pourvu que nous soyons capables de ne pas tenir pour rien le peu qui nous est donné. Et le miracle se produit souvent.
Une parole lancée dans un désert d'écoute et qui fait son chemin, un geste banal d'amitié, un regard et un sourire, une observation anodine à contre courant des idées reçues, une réaction courageuse dans une situation où on ne tient pas la meilleure place.
Le miracle de la multiplication des pains se renouvelle chaque jour, chaque fois que le tout petit peu que nous sommes, que nous avons, ou que nous savons, est généreusement donné et pas enfoui au fond de notre confort ou de notre timidité.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par hélios » mer. juil. 25, 2018 3:48 pm

Le premier texte des Rois est un très beau texte.

Les versets qui le précèdent évoquent une famine. Les gens mangent ce qu'ils peuvent.....

L'homme qui arrive apporte les premiers fruits de la récolte ( " les prémices "). Le dialogue est intéressant : l'homme ne refuse pas de donner mais il dit qu'il n'en a pas assez pour tout le monde. Une manière de refuser habile.....

Comment les pains peuvent-ils se multiplier, telle est la question qu'on peut se poser.

C'est vrai aussi que, quand on invite des personnes à déjeuner, il en reste toujours...
Le repas est un partage.

L'Eucharistie chez les protestants est sous la forme d'un morceau de pain et du vin. Je me fais toujours la remarque que le morceau de pain est trop gros et que l'on pourrait le diviser en deux. Mais ce n'est pas de "la privation ". On en a toujours assez.

Du moment que j'ai mangé, je n'ai pas besoin de plus. Le reste est du superflu.

Evidemment d'autres comportements sont possibles: avez-vous observé les personnes autour d'un buffet lors d'un événement un vernissage par exemple ?

Est-ce un miracle ? Oui, le seul miracle est le partage qui est demandé par l'Eternel.

Voilà quelques remarques que cette lecture m'inspire.

Hélios

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par Flor » mer. juil. 25, 2018 4:02 pm

On ne peut séparer les 2 textes :Rois et Jean.....me semble-t-il .

Le 1er Testament nous raconte cette histoire d'Elisée ,"l'homme de Dieu "qui donne à manger à " tous ces gens""...
Ils mangent et il "en resta"...
L'Evangile nous raconte aussi trois "multiplications des pains"...en Mt. 14, Lc. 9 ,Jn. 6 .

Chaque fois , la foule est invitée à "s'étendre sur l'herbe "...Ils mangent, sont rassasiés , et il en reste "12 paniers ! "

Dieu donne en "grand" et en "trop " !
Délicatesse de Jésus...il prend soin de ses invités...il fait installer les gens sur l'herbe....." Venez,reposez-vous........"

Et ces gens que demandent-ils ? Du pain ?....oui , mais aussi la Parole et la Présence de cet Homme de Dieu , un peu de considération, d'attention.....


Un homme prend sur SA récolte nouvelle.... vingt pains d'orge , du grain frais .......
Le petit garçon de l'Evangile donne les 5 pains d'orge et les deux poissons , SON déjeuner,sans doute , dans son petit panier ....

(Et là je revois la magnifique mosaïque de Tabga : les 4 pains dans le panier et les deux poissons ...

le 5e pain ,où est -il ? les biblistes vous disent : c'est le pain qui sera sur l'autel.
Un enfant , admirant cette mosaïque, disait : le 5e est au fond du panier ,caché par les autres !!" )

Que dire de tout cela ?
Dieu donne en abondance et gratuitement... mais Il a aussi besoin de nos mains généreuses....
Il s'agit de donner et ... de SE donner !!

Donner quoi ? Il y a tellemnt de choses à partager autour de nous !.....

"Un coup de fil à celui qui est dans la peine..." , "un coup de main ..." , un sourire , un bonjour , un merci.........
Cela est bien banal, c'est vrai ... mais ça manque tant!....et ça fait tellement de bien !

Dieu agit à travers nous......

"DIEU a besoin des HOMMES" .

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par Flor » mer. juil. 25, 2018 10:27 pm

Ephésiens

Paul est en prison ... Il est urgent pour lui d'aller à l'essentiel.
Sa lettre est émouvante : Révélation du Mystère de Dieu, exortation aux croyants pour leur vie quotidienne .
Avec des mots d'une force incroyable !
- humilité ,douceur ,patience,amour.....
et l'unité dans l'Esprit par le lien de la Paix dans une seule Espérance.
Tout est dit .

Vivons-nous cela dans notre vie ? en Eglise ?
Pas facile ! Douceur... patience .... surtout quand on monte comme une soupe au lait !

Et puis une conclusion qui résume tout pour le chrétien :
"un seul Seigneur ,une seule Foi ,un seul Baptême.
Un seul Dieu et Père !"

Une page à lire et relire sans cesse !

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'Evangile dimanche 29 juillet

Message par Jean Gauci » dim. juil. 29, 2018 9:19 am

Paru dans La croix du samedi Dimanche 29/29 juillet


Quel malentendu ?
DANIEL DUIGOU
Jn 6, 1-15
Au centre de l’évangile de ce jour, un malentendu entre la foule et Jésus. Après le repas merveilleux, la foule allait enlever Jésus « pour faire de lui leur roi ». Mais Jésus préfère s’éloigner pour se retirer « dans la montagne lui seul ». La montagne est toujours le signe biblique de la présence divine : Jésus retrouve son Père, Celui dont il reçoit la vraie gloire. Mais alors quel type de prophète Jésus est-il ? Quelle est cette parole de vérité, celle qui nourrit vraiment l’homme et le sauve, que Jésus veut faire entendre par cet événement (le repas) ? Et quel serait le malentendu ? Rappelons que, dans la tradition, ce passage de l’Évangile de Jean – s’appuyant sans doute sur un fait surprenant – a été interprété en lien avec l’institution eucharistique : le don du pain vient en parallèle avec le don du vin à Cana. La vraie nourriture, c’est la parole de Dieu. Mais alors, quel est le sens de cette parole ? Il y avait donc « une grande foule » qui suivait Jésus « parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait ». L’attente spirituelle était très grande ; elle l’est tout autant aujourd’hui. Malgré les fantastiques progrès technologiques qui améliorent considérablement la vie, elle est même immense.

Un premier exemple, très récent : l’extrême ferveur autour de la Coupe du monde de football et l’enthousiasme exceptionnel que provoqua la victoire des Bleus en France montrent à quel point une société a besoin d’un plus pour se sentir vivre. Un second exemple de la très forte attente des hommes d’aujourd’hui, plus politique celui-là et, cette fois, dangereux : devant les menaces économiques et sociales entraînant la montée des peurs archaïques, l’attente d’un sauveur grandit un peu partout dans le monde. Le populisme progresse dans presque tous les pays riches ou moins riches, et, parallèlement, des hommes providentiels à l’allure autoritaire pour ne pas dire dictatoriale arrivent au pouvoir.

Derrière ces formidables attentes, il y a une ambiguïté essentielle qui porte sur le comment pour y répondre. Elle nous renvoie au choix fondamental : celui entre la vie et la mort. Celui entre vivre contre les autres pour soi-même et vivre avec les autres pour tous ? Entre s’imposer par la toute-puissance et partager la vie ? Entre faire appel à la force et l’appel au cœur des hommes et à la raison ? Selon le choix du comment se décide le sens de la vie. Dieu appelle à la vie et propose à l’homme d’être son partenaire dans la Création. Sa parole est une parole d’amour qui passe par la liberté : les hommes et les femmes ont à faire un choix face aux événements. Ils sont mis en position de sujets de leur propre histoire. Une position redoutable, mais qui seule peut leur permettre d’accéder au sens. André Gide écrivait en substance que le plus difficile, ce n’est pas d’être libre, mais de savoir que faire de cette liberté.

La Bible offre la plus forte loupe sur la vérité de l’homme. Sa puissance, c’est aussi de nous inviter à penser par nous-mêmes à partir de l’histoire et de notre propre expérience. De nous ouvrir au mystère de la vie et de la mort et, au-delà, au mystère de l’amour. Face à l’inévitable et douloureuse conscience de la fragilité de l’homme et de sa solitude, Jésus de Nazareth donne justement à penser autrement la vie pour inventer un autre avenir. De sa naissance à sa résurrection, à travers ses gestes et ses paroles, Jésus finalise le sens de la parole de Dieu en donnant à voir (les « signes ») et donc à comprendre (selon la théologie propre à Jean) que la vie, la vraie vie, passe par le don, le don passant par une mort, celle d’une façon d’être dans la domination (qui fournit à l’individu une identité imaginaire) pour s’ouvrir à l’autre dans sa différence. Jésus révèle à travers l’événement de sa mort et de sa résurrection que le choix de la toute-puissance, c’est, in fine, la vraie mort et qu’en revanche celui du partage, c’est la vraie vie.

Être roi ? Sans doute Jésus a-t-il connu cette tentation. Notamment ce jour où il réussit à faire en sorte qu’à partir de peu une foule entière fut rassasiée. Mais, alors que la mort se profile pour lui en Judée comme le suggère en fond le texte de Jean, Jésus choisit le don de sa vie. Il ne fuit pas dans l’imaginaire d’une fausse royauté, il assume jusqu’au bout la réalité de l’être-homme !

Aujourd’hui, dans une actualité lourde de menaces qui imposent des choix individuels et collectifs, lorsque le dimanche nous partageons lors de nos eucharisties le pain et le vin, comprenons-nous bien cette phrase de Jésus : « Faites cela en mémoire de moi » ? À quoi nous renvoie-t-elle dans notre propre vie pour éviter tout malentendu.

Répondre