Euthanasie : dernière volonté

Développement durable, OGM, agriculture bio, identité nationale, travail du dimanche, bioéthique, euthanasie, avortement, port du voile, homoparentalité, réforme des retraites...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par Jean Gauci » sam. juin 02, 2018 9:30 am

1 CORINTHIENS 13:1-13

Je peux parler les langues des hommes et les langues des anges. Mais si je n'aime pas les autres, je suis seulement une cloche qui sonne, une cymbale bruyante. Je peux avoir le don de parler au nom de Dieu, je peux comprendre tous les mystères et posséder toute la connaissance. Je peux avoir une foi assez grande pour déplacer les montagnes. Mais si je n'aime pas les autres, je ne suis rien ! Je peux distribuer toutes mes richesses à ceux qui ont faim, je peux livrer mon corps au feu. Mais si je n'aime pas les autres, je n'y gagne rien !

Vous avez raison, francippo. Il y a deux manières de chercher une réponse à un problème difficile : Celle des codes et de règlements et celle de la bienveillance, de la miséricorde, de la compassion et de l'amour. Toute la Somme Théologique de Thomas d'Acquin ne sert à rien si elle n'est pas éclairée par l'amour.

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par toto le hirsute » sam. juin 02, 2018 11:38 am

francippo a écrit :
ven. juin 01, 2018 10:23 am
Mais votre analyse des textes mis en rapport avec votre interprétation au sujet si terrible de l'euthanasie et de l'avortement, entre autres, montre que vous n'avez absolument pas fait l'effort de comprendre le sens de ces textes .. Est-ce qu'ils vous dérangent à ce point ?
Bonjour,

En fait je suppose que votre sélection de textes voulait signifier en substance : "le toto demande aux gens de souffrir pour la gloire de Dieu alors qu'il ne le ferait même pas lui-même".

Or mon propos n'était pas de demander aux gens de souffrir ou de provoquer leur souffrance, mais plutôt de leur proposer d'offrir leur souffrance à Dieu lorsqu'elle vient, plutôt que de demander au corps médical de pratiquer un assassinat sur personne en détresse.

Car lorsque la souffrance est là, et que les drogues montrent leurs limites, deux solutions de soulagement existent : la donner à Dieu où se donner la mort (demander à autrui un acte de charité meurtrier). Je propose la première. Et elle fonctionne comme en témoignent de nombreuses personnes qui ont cessé de lutter "contre" la douleur et qui, d'un mouvement de la volonté, ont dévié la route du torrent douloureux vers l'au delà, plutôt que vers leur propre psyché. Car lorsqu'on a peur de la souffrance, lorsqu'on lutte, on se concentre sur elle et on l'attire en soi et on se charge de douleur, de souffrance jusqu'à une saturation insupportable. Lorsqu'on dévie le courant, lorsqu'on charge cette souffrance d'un sens et qu'on l'oriente vers la "lumière" divine, alors une transformation s'opère et un voile se déchire.

Cette méthode fait hurler les modernes pour qui la souffrance est un déchet qu'il faut supprimer de la société. Mais leur méthode d’assassinat sur personne souffrante ne me parait pas des plus morale.

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par toto le hirsute » lun. juin 04, 2018 10:05 am

Jean Gauci a écrit :
sam. juin 02, 2018 9:30 am
Mais si je n'aime pas les autres, je ne suis rien ! Je peux distribuer toutes mes richesses à ceux qui ont faim, je peux livrer mon corps au feu. Mais si je n'aime pas les autres, je n'y gagne rien !
Certes, encore faut-il s'entendre sur l'Amour.

Pour l'Eglise, l'Amour n'a jamais été lié au meurtre d'autrui.

Il s'agit d'une grave perversion de la pensée que d'imaginer que l'Amour de Dieu nous pousse à l'Euthanasie. Au contraire, l'exemple des Saints et du Christ lui-même enseigne que Dieu est essentiellement VIE et que toute prière, toute demande nous sature de vie. Depuis Elie qui ressuscitait les morts, Jésus lui-même, et puis de nombreux Saints après Lui (Saint-pierre, Don Bosco, etc...) tout nous prouve que la résolution d'une maladie, c'est La vie et non la mort. C'est aussi un ordre du Christ :"guérissez les malades".

Le sentimentalisme appliqué à toutes ces horreurs morales que l'on cherche à légaliser ne m'impressionne pas. En Belgique, on tue des enfants, des handicapés, des vieux, des foetus, au nom de votre "amour". On sait que tout cela est un mensonge et que le meurtre par sentimentalisme n'a rien à voir avec l'Amour.

Marikatwoman
Messages : 0
Inscription : ven. mai 18, 2018 6:48 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par Marikatwoman » lun. juin 11, 2018 8:57 pm

Bonsoir Toto,


Avez-vous déjà souffert le martyre ou souffert de manière extrême ?


Amicalement,


😺

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par toto le hirsute » mar. juin 12, 2018 8:41 pm

Marikatwoman a écrit :
lun. juin 11, 2018 8:57 pm
Avez-vous déjà souffert le martyre ou souffert de manière extrême ?
Non, je ne pense pas, je n'ai pas été en Orient ces derniers temps.

Il est à mon avis difficile de mesure la douleur que ressent un autre. Se faire couper la tête fait-il mal ? Se faire écorcher oui, j'imagine. Mais généralement le corps produit de fortes doses chimiques de substances qui endorment le système nerveux pour concentrer la conscience sur l'immédiate protection ou la fuite. Lorsqu'on est attaché et que la torture est répétitive et longue,c'est évidement plus douloureux.

Dans mes jeunes années je faisais des tests de résistance à la douleur de rage de dents. Je ne pouvais plus dormir la nuit. J'avais trouvé un soulagement en me frappant et en marchant. Une douleur chasse une autre. J'ai également fait des essais par l'imagination. Je rassemblais la douleur dans une boule, puis je visualisais que j'ouvrais la fenêtre et que cette boule descendait et s'enfonçait dans le sol. J'avoue que ça marchait pendant quelques minutes. Après un mois, j'ai du arrêter mes expériences car deux abcès commençaient à migrer vers le cerveau, et j'étais complètement épuisé, je fus alors contraint de prendre des antibiotiques et puis des séances de fraisage chez le dentiste pour réparer les dégâts... :? Sur la fin je prenais quand même de l'eau chaude salée en bain de bouche. Ca piquait à hurler mais après, un petit soulagement s'opérait...

Je me souviens avoir eu mon petit doigt coincé dans une porte. Il a été broyé. Aujourd'hui, après 30 ans, l'ongle pousse de travers et chaque fois que je mange un peu "gras" (vin lourd et viande), le doigt se tord en jolie spirale et fait sauter mon corps. Il semble que ce soit une veine qui aie été écrasée et qui, une fois le sang un peu chargé, déclenche ce genre de douleur. il semble que c'est insupportable, si je lis des témoignage sur internet.

Lorsque j'ai eu ma clavicule cassée, je n'ai rien senti sur le moment, mais le docteur pensant que c'était mon épaule qui s'était démise, tira un coup sec, ce qui déchira une moitié de ligament et fit descendre mon bras de quelques centimètres. J'ai eu mal sur le coup et puis après aussi (la clavicule est décidément reliée à tout le corps). Un de mes accidents de voiture (je suis souvent sur les routes) me fracassa la main gauche, j'ai perdu connaissance un moment (en plus de cotes froissées, ça pique aussi :lol: ). La rééducation a été douloureuse et pas complètement réussie car je n'ai plus de force dans cette main.

Dans ma jeunesse, un élève de l'école m'avait violemment donné un coup de pied dans les "parties". Je suis tombé à terre à moitié ivre de douleur. J'ai ensuite développé un varicocèle qui était très douloureux (surtout à ces endroits, les hommes savent pourquoi). L'opération a été très humiliante (se faire raser etc...) avec par la suite de violents lancement qui ébranlent tout le corps et le font plier en deux avec des montées de crise jusque dans la mâchoire.

En Etude Erasmus en Espagne, j'ai été pris de constipation sévère à tel point que mon sang ne cicatrisait plus et était devenu brun. Mon arrière grand Père étant décédé de cela, j'ai failli y passer, mais j'étais loin de tout et je pensais que ça allait s'arranger. je suis rentré à temps en Belgique pour me faire nettoyer le sang.

A new-York, j'ai été attaqué par un monsieur qui est sorti d'un coin de rue et m'a donné un coup de poing au foie qui m'a coupé le souffle pendant quelques minutes... A Laval, j'ai été attaqué dans une impasse prés de l'Eglise pour me voler mon appareil photo. Là aussi coup de poing dans le ventre... On a les jambes qui flageolent pendant quelques heures...


Du point de vue des souffrances psychiques, morales, affectives, j'imagine que c'est comme tout le monde. Parmi les décès proche, celui de mon Père (j'avais 30 ans) m'a le plus touché... Et c'est surtout lors de mon stage professionnel que j'ai cru sombrer dans une sorte de dépression limite suicidaire, car mon patron de stage était une sorte de fou qui aimait écraser et humilier les jeunes, surtout en public. J'ai cru que j'allais abandonner le métier alors que j'étais sorti avec distinction...Ca a duré deux ans et j'étais devenu complètement refermé et un peu autiste...

Et puis les plaies d'argent qui nous font comprendre ce que signifie le "pouvoir d'achat", le "pouvoir" d'achat. Pauvre, on comprend que l'on ne "peut" rien, on n'a aucun pouvoir, et on subit celui qui provient de l'argent des autres, même s'ils sont plus débiles ou malhonnêtes, on leur est soumis. Et c'est aussi douloureux, mais comme le reste plaie d'argent n'est pas mortelle.

Bref, tout cela pour dire que ces petites anecdotes que l'on a tous eu , car toute vie est saturée d'épreuves, de difficultés et de souffrances, ne sont rien par rapport aux tortures des Saints, des martyrs d'Orient, des pillés et exploités...
Souffrir lorsque son compte en banque est rempli et que l'on est entouré des siens me parait moins pénible que de souffrir d'une injustice, abandonné des siens, sans un sous pour se soigner... Et curieusement ce ne sont pas ces derniers qui réclament l'Euthanasie, ils crient à Dieu de leur ôter la vie, comme Elie, mais jamais il ne le ferait faire par quelqu'un d'autre....

J'imagine que j'ai encore quelques années à vivre et vu la situation, de grandes guerres civiles se préparent. Je pourrais alors compléter ma liste... Et on comparera alors après qui est le champion de la douleur.. :lol:

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par toto le hirsute » lun. juin 18, 2018 9:03 pm

Le titre indique "Euthanasie : dernière volonté".

Le Chrétien répondra : Que Ta Volonté soit faite sur terre comme au Ciel, et avec le Christ avant sa crucifixion "Cependant que ta volonté soit faite et non la mienne".

car : " Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;…" et " En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même.…" en effet , " Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob? Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants."

Aussi " Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. et le psaume 100 conclut : " Sachez que l'Eternel est Dieu! C'est lui qui nous a faits, et nous lui appartenons; Nous sommes son peuple, et le troupeau de son pâturage."

Vivons toujours davantage, et si cloué par la maladie, à l'instar des Saints, nous sommes contraints de participer à l'enfantement des fils de Dieu, cela nous sera compté comme justice. Tant de choses sont à accomplir par la prière. L'immobilité nous indique que notre service par l'action s'achève et que commence le service de Dieu par la prière, l'offrande et l'abandon. De grands miracles peuvent encore surgir de nos mains si nous transformons ce que Dieu nous donne en holocauste d'Amour.

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Euthanasie : dernière volonté

Message par toto le hirsute » mar. juin 19, 2018 8:49 pm

Bonjour,

A propos de dernière volonté, il est intéressant de pointer le rapprochement entre ce désir de ne pas servir Dieu dans l'infirmité et la douleur et celui de ne point servir Dieu dans l'humilité. Cette dernière volonté fut criée au Ciel par Lucifer : "non serviam". Je ne servirai pas (dans ces conditions-là), car Lucifer ne put accepter que la race humaine soit dotée d'une dignité qui lui fasse participer à la nature divine alors que les anges ne pouvaient que la percevoir à distance (par la vue, la louange, l'adoration, le chant...), servir Dieu dans cette condition d'humilité était trop insupportable.

Quelle chute vertigineuse s'apprête donc à faire le mourant qui, à la minute la plus importante de sa vie, celle qui va enfin lui ouvrir les portes du Face -à-face avec son créateur, cède par l'orgueil en choisissant de dire : "je ne servirai pas (dans ces conditions là)", je revendique ce corps appartenant de droit à Dieu, comme ma propriété personnelle et je décide de le détruire à l'instant .

Prions donc pour que cette tentation de céder à ses propres volontés, surtout les dernières si elles sont aussi funestes et terribles, s'éloigne de nous, et de tous les moribonds, affaiblis et bouleversés par les orages des sens, afin que la grâce puisse accomplir le travail de mise au tombeau, d'ensevelissement et de dormition (par l'extinction progressive du corps) de chacun, selon la volonté de Dieu, qui est Amour, douceur et suavité. Prions pour recevoir les grâces nécessaires pour supporter dans la joie, l'oeuvre que Dieu nous demande d'accomplir au soir de notre Vie, pour aider au salut du monde. Prions aussi pour que Dieu écarte de nous la tentation de croire que la Vie est une lune de miel et nous rende conscient que c'est par la Croix que l'on va au Ciel.

Prions aussi pour tous ceux qui font la promotion de cette abomination et y poussent des âmes blessées à s'y perdre. Car c'est vraiment terrible de poursuivre les "souffrants" avec cette "médecine des ténèbres", celle qui susurre à l'oreille des affligés : "va-y, tues toi, ça ira mieux après".

Répondre