Une guerre de basse intensité.

Développement durable, OGM, agriculture bio, identité nationale, travail du dimanche, bioéthique, euthanasie, avortement, port du voile, homoparentalité, réforme des retraites...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Une guerre de basse intensité.

Message par joseph1 » dim. avr. 19, 2020 3:45 pm

Chaque jour, et surtout chaque nuit, voit apparaître de nouvelles attaques contre la police et/ou les pompiers.
Cette généralisation laisse à penser que nous avons dépassé le stade des attaques ponctuelles mais que nous sommes entré dans un conflit de base intensité entre la France et certaines zones de son territoire. Par peur d 'un embrasement nous laissons faire. Mais l 'embrasement, malheureusement aura lieu et il faudra bien, à ce moment là, que nous comprenions que nous sommes entrés dans une guerre de conquête de notre territoire.

Un exemple récent d' un évènement de " basse intensité " : https://actu17.fr/grigny-poursuivis-par ... -attaques/

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Une guerre de basse intensité.

Message par andrevii » lun. avr. 20, 2020 2:52 pm

Bonjour,

Venez à Roubaix et vous verrez que ce n'est pas de la basse intensité mais une sorte de guerre civile larvée. Il existe des quartiers et même des rues où la police ne pénètre plus, où médecins et infirmières ne vont plus, où les pompiers doivent se faire accompagner d'une escorte de police armée jusqu'aux dents. On ne compte plus les carambolages, les courses poursuites et les interventions de la BAC à la James Bond.

A partir de 19h, il est hors de question qu'une femme seule emprunte les transports en commun au risque d'être moquée ou importunée. (dans le meilleur des cas).

La situation et ses causes sont connues. Certes, il y a l'émigration de troisième génération mais il n'y a pas que ça, il y a le confinement et le développement d'un sous-prolétariat organisateur d'une économie souterraine ayant la drogue et la petite délinquance pour support. Ces structures sont bien organisées et font vivre chichement leur petit monde sans être obligé de se lever le matin ni d'obéir à un chef de service.

Le point de départ, c'est la culture et l'habitat. La fixation des loyers HLM à la condition de ressource date environ de 1972 et a été une catastrophe en créant des ghettos. Les ouvriers et employés sont partis vers des résidences de meilleur niveau et la pègre est restée dans les HLM. La rupture dans le phénomène de mixité et de proximité a été zonal avec les conséquences que l'on sait aujourd'hui. C'est une forme de ségrégation qui ne dit pas son nom mais qui affiche ses effets et produit ses dérivés.

André
>

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Une guerre de basse intensité.

Message par joseph1 » jeu. avr. 23, 2020 2:41 pm

Les racailles prennent en otage les braves gens qui habitent dans les quartiers qu 'ils tiennent sous leur coupe. Ces braves gens veulent vivre honnêtement, mais les racailles leur rendent la vie infernale; empêchent les nouveaux venus de bonne volonté de s’assimiler en les menaçant ou en leur faisant croire que chez nous tout est permis et qu’il vaut mieux dealer que travailler.

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Une guerre de basse intensité.

Message par joseph1 » ven. mai 15, 2020 10:21 am

Il faut lire le New-York Time pour savoir ce qui arrive à la police française :
https://twitter.com/GaultierBes/status/ ... 0084168704

Répondre