Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Développement durable, OGM, agriculture bio, identité nationale, travail du dimanche, bioéthique, euthanasie, avortement, port du voile, homoparentalité, réforme des retraites...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par francippo » lun. janv. 29, 2018 5:36 pm

toto le hirsute a écrit:....[souvent l'avortement comme une solution "évidente" aux problèmes créés par la société. C'est donc une construction sociale qui fonctionne sur le sacrifice des enfants.]
Ainsi par exemple ,les hommes qui se défilent après qu'ils aient eu un rapport consenti ou pas du reste mais avec une grossesse à la clé, ou les violeurs de femmes...sont une "construction sociale"...Heureuse d'apprendre une telle nouvelle!
Et bien voilà donc de "sacrés chantiers"
francippo 8-)

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par toto le hirsute » lun. janv. 29, 2018 7:19 pm

francippo a écrit :Ainsi par exemple ,les hommes qui se défilent après qu'ils aient eu un rapport consenti ou pas du reste mais avec une grossesse à la clé, ou les violeurs de femmes...sont une "construction sociale"...Heureuse d'apprendre une telle nouvelle!
Et bien voilà donc de "sacrés chantiers"
Oui, c'est la manière dont est conçue notre société (en loge) qui nécessite le sacrifice des enfants. En Chine, la façon dont est conçue la société réclame également le sacrifice des enfants filles. C'est structurel. Le comportement des mâles vis-à-vis des femmes découle également de la société et de son rapport avec la Vie.

Nos sociétés sont basées sur la license sexuelle considérée comme une liberté. Alors que la liberté consiste à choisir les moyens pour arriver à un but, nos sociétés conçoivent la liberté comme la possibilité de choisir son but. Or, ce n'est pas possible de choisir un but différent que celui qu'impose la nature sans devoir la "forcer". Ainsi, si je choisi comme but d'avoir une carrière, je sacrifie la famille et la maternité (ou je la diffère selon mon choix) et me place dans l'obligation de recourir à la contraception et à l'avortement si nécessaire. Donc, pour exercer cette liberté, il est impératif de disposer de la contraception et de l'avortement.

Cette possibilité de choisir un but différent de celui de la nature est basée sur une idéologie, celle considérant l'homme comme exempté de suivre les lois naturelles, et spirituelle, au point même de les nier comme étant des réalités structurelles pour les reléguer dans les utopies du passé ou dans l'idéologie. La théorie du genre est typique.

L'avortement est inimaginable en Afrique par exemple ou en Amérique latine. Ce n'est pas un comportement social naturel ni acceptable. Il faut aller dans des grandes villes ou l'occident à pénétré pour trouver ce genre de dispositifs.

Ainsi, notre manière de concevoir l'avortement, est une construction sociale.

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par francippo » mar. janv. 30, 2018 11:23 am

toto le hirsute vous écrivez dans votre post:"L'avortement est inimaginable en Afrique par exemple ou en Amérique latine. Ce n'est pas un comportement social naturel ni acceptable. Il faut aller dans des grandes villes ou l'occident à pénétré pour trouver ce genre de dispositifs."
Croyez-vous vraiment ce que vous écrivez ici? les avortements "clandestins" n'existent pas peut-être dans ces pays d'Amérique latine ou d'Afrique même au coeur des campagnes profondes? ah mais j'oubliais dans ces cas là ce ne sont pas des constructions sociales..mais des meurtres quand même , non? de plus Il faut ajouter qu'il y a encore beaucoup d'enfants qui meurent à peine né-e-s dans ces pays à cause de la pauvreté et /ou de la guerre endémiques qui y règnent ...ce peut être une "contraception non reconnue" et là point de recensement sur le nombre de ces enfants disparus mais le résultat est le même...hélas!
francippo 8-)

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par booboon » mar. janv. 30, 2018 12:38 pm

Bien toto le hirsute, comme dit Jean Gauci, tout cela est littérature.
maintenant prenons un cas concret :
Une jeune fille découvre qu'elle est enceinte suite à un viol. Elle est fragile, n'a pas de revenu. Avec son médecin elle décide d'avorter. De toutes façons, si le médecin n'avait pas été d'accord, elle aurait avorter toute seule avec des aiguilles à tricoter.
Que proposez vous pour cette femme ? La peine de mort ? Ce ne serait pas logique....

On peut philosopher longtemps sur la société occidentale africaine ou latino américaine, çe ne fera pas avancer le schlimblick.
personne ne dit ici que l'avortement est très bien, vous suggérez que c'est un choix pour raison familiale ou professionnelle (si rarement), on est plusieurs à dire qu'il vaut mieux autoriser un acte médical lourd de conséquence plutôt que de laisser faire des horreurs ou contraindre à aller les vivre ailleurs de toutes façons, sans être capable de protéger ses citoyens.

toto le hirsute
Messages : 0
Inscription : jeu. oct. 27, 2016 8:44 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par toto le hirsute » mar. janv. 30, 2018 2:24 pm

booboon a écrit :Une jeune fille découvre qu'elle est enceinte suite à un viol. Elle est fragile, n'a pas de revenu. Avec son médecin elle décide d'avorter. De toutes façons, si le médecin n'avait pas été d'accord, elle aurait avorter toute seule avec des aiguilles à tricoter.
Que proposez vous pour cette femme ? La peine de mort ? Ce ne serait pas logique....
En fait, le problème est mal posé. Alors que je dis qu'il faut trouver les moyens d'empêcher l'avortement, vous me parlez de peine de mort et de punition.

C'est un peu comme si je disais : un jeune homme découvre qu'il est en retard pour son RDV d'embauche. Avec sa voiture, il décide d'accélérer et de rouler à 200km/h. de toute façon si la voiture n'en était pas capable, il aurait quand même roulé à plus de 130. Que proposez vous pour cet homme ? La peine de mort ? Ce ne serait pas logique....

Ce qui serait logique c'est qu'il soit informé que cette conduite à risque pose un problème à la société. Cela s'appelle de la prévention et en amont de l'éducation.

Ainsi, la solution à l'avortement est la prévention et l'éducation.

Or la société accepte que des Lobbys fous-furieux fassent publiquement la publicité pour de telles pratiques, dans les écoles, les institutions publiques, la tv, les médias, à l'instar du serpent de la genèse ils disent : "non pas du tout, ce n'est pas mal de faire cela, c'est un droit, venez chez nous c'est gratuit, les parents n'en sauront rien "(ma filleule de 15 ans a dû faire une visite scolaire obligatoire au centre de planning familial où il lui a été expliqué toutes les méthodes pour avorter ainsi que les moyens de le cacher aux parents, ainsi que d'autres techniques pour pratiquer fellation et sodomie sans attraper de maladies) .
Ainsi, on se retrouve avec des personnes payées par la société, qui produisent des idéologies et des contraintes psychologiques pour rendre ce qui est illégitime, légal, introduisant alors le meurtre dans le sanctuaire sacré de la maternité de toute la société et détruisant l'innocence de la jeunesse par la brutalité immonde de sacs d'ordures dans un jardin fleuri.

Que se passerait-il si des "plannings routiers" faisaient disparaître les limitations de vitesses au nom du droit de se déplacer à l'allure que l'on veut. Des morts par centaines...

La persuasion par la technique de "ça existe ailleurs" est typique des méthodes commerciales, c'est de l'appât à consommateur. C'est avec cet argument de vente qu'en Belgique on pratique GPA et PMA, destruction d'embryons surnuméraires, euthanasie sur vieux, enfants, handicapés, avortements, tout est libre, tout est "droit", tout est possible. En effet, au moins une de ces horreurs existait à l'étranger, alors autant ne pas être hypocrite...

Sauf que le taux de suicide des jeunes est au plus haut, que les vieux demandent eux-mêmes l'euthanasie pour ne plus être un poids pour les jeunes et libérer des lits, que progressivement les enfants malades demandent d'en finir définitivement afin de donner leurs organes et être utiles aux autres, etc... et progressivement l'humanité devient "marchandise", stock d'organes à acheter, vendre, augmenter, supprimer, refaire,... et tout cela sous la pression de la "générosité", du "don de soi", de l"amour du prochain".

Je connais ces méthodes diaboliques qui allèchent les âmes en les trompant pour pouvoir les dévorer. Ca s'agite chez vous maintenant et les zombies carnassiers vont augmenter argumentaires et chantages à la liberté et l'amour pour vaincre les dernières résistances et achever le travail de réduction de l'être humain en bétail de consommation.

Les solutions viendront petit à petit. Il faut d'abord hurler notre dégout de telles pratiques. Dire la vérité du meurtre et de l'interdit ontologique que cela transgresse. Et puis laisser faire la miséricorde divine et Notre-Dame, qui est expert dans les moyens de défaire les noeuds et de faire tomber les fièvres...

A noter que les méthodes proposées dans le petit livre Vert de Mouammar Kadhafi n'étaient pas bête : Une maison sociale est octroyée à chaque couple qui se marie. Les transports, les soins, et l'école sont gratuits. Chaque foyer est donc libéré des contraintes "primaires" et peut se consacrer à la construction d'une famille. Chaque nouvel enfant fait réduire les impôts de la famille. L'école permet aux femmes de choisir de travailler pour leur famille (apprentissage des arts du foyer), ou pour une entreprise (apprentissage aux métiers divers), sans discrimination ni mépris de l'une ou l'autre formation, etc., etc.. Cela permet déjà de voir la vie autrement...

Françoise T.
Messages : 435
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par Françoise T. » mar. janv. 30, 2018 2:51 pm

De la part de Jean Gauci

Toto,
On ne peut pas parler légèrement de problèmes graves ou se satisfaire d'une dissertation savante et historique sur l'origine de l'avortement.
Ainsi, notre manière de concevoir l'avortement, est une construction sociale.

Quand vous aurez dit cela et, même dans l'hypothèse où vous auriez raison, qu'est-ce que ça change au problème ?
Booboon : On peut philosopher longtemps sur la société occidentale africaine ou latino américaine, ça ne fera pas avancer le schlimblick.
La question qui importe pour les chrétiens que nous sommes et qui partageons le même constat de la gravité de l'avortement, cette question est : " Qu'est-ce que nous pouvons changer à la situation actuelle en la matière?"
La solution polonaise ? l'interdiction de l' IVG ?
Vous savez bien que cela est non seulement utopique au regard de l'évolution de la société mais que le remède serait pire que le mal car il renverrait aux pratiques sordides des avortements clandestins d'autrefois et aux avortements hors les murs et les frontières.
L'IVG est établie et pour longtemps.
Alors, concrètement, ici et maintenant nous devons faire comme les médecins et les infirmières qui soignent les blessés ou vont au secours des populations en détresse. Ils et elles ne peuvent pas arrêter la guerre mais ils mettent tout en oeuvre pour aider les victimes.
...ou comme le pape François qui ne peut pas arrêter les conflits mais nous invite à accueillir les migrants, victimes collatérales des guerres devant lesquelles nous sommes impuissants.
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par booboon » mar. janv. 30, 2018 7:14 pm

toto le hirsute a écrit :
booboon a écrit :Une jeune fille découvre qu'elle est enceinte suite à un viol. Elle est fragile, n'a pas de revenu. Avec son médecin elle décide d'avorter. De toutes façons, si le médecin n'avait pas été d'accord, elle aurait avorter toute seule avec des aiguilles à tricoter.
Que proposez vous pour cette femme ? La peine de mort ? Ce ne serait pas logique....
En fait, le problème est mal posé. Alors que je dis qu'il faut trouver les moyens d'empêcher l'avortement, vous me parlez de peine de mort et de punition.
C'est bien ce que dit Jean Gauci : tout le reste est littérature....

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Le combat des femmes - l'I.V.G. - novembre 1974

Message par joseph1 » mer. sept. 12, 2018 2:42 pm

Un médecin contre l 'avortement.
On peut aller à contre-courant :

"Nous ne sommes pas là pour retirer des vies" : le chef de file des gynécos refuse de faire des IVG
https://actu.orange.fr/france/nous-ne-s ... 6sIpB.html

Répondre