Correction dans la traduction du Notre-Père

Beaux textes et méditations, questions sur la prière, prier les uns pour les autres.

Modérateur : Françoise T.

levergero78

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par levergero78 » mar. nov. 12, 2013 6:20 pm

et ne nos inducas in tentationem... (sed libera nos a malo, amen).

Combien de fois ai-je récité cette phrase pendant mes 7 années de pensionnat ! A l'époque, elle ne nous troublait nullement, nous ados.

orca
Messages : 1
Inscription : lun. nov. 18, 2013 5:33 pm

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par orca » lun. nov. 18, 2013 5:41 pm

Bonjour.
Je ne suis pas exégète!
Je suis chanteur...
Dommage que la nouvelle traduction ne conserve pas le même nombre de syllabes; cela remet en cause toutes les harmonisations!

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par hélios » lun. nov. 18, 2013 9:19 pm

Très juste remarque si je pense au Notre-Père de RIMSKY-KORSAKOV.....

hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par Jean Gauci » mar. nov. 19, 2013 10:45 am

Quel que soit le sens de la nouvelle traduction du Notre Père, une chose me parait quand même grave... Comment a-t-on pu laisser prier des millions de gens pendant des années sur un texte évangélique chargé d'un contre-sens ?
Ne va-t-on pas un jour ou l'autre, s'apercevoir que tel passage de l'Evangile ne dit pas exactement ce qu'on croyait ?
Ce remaniement des textes sacrés ne met-il pas en cause la crédibilité même des traductions officielles ?

Nic
Messages : 280
Inscription : mar. oct. 08, 2013 1:06 pm
Localisation : Aube

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par Nic » mar. nov. 19, 2013 4:18 pm

Jean Gauci a écrit : Ce remaniement des textes sacrés ne met-il pas en cause la crédibilité même des traductions officielles ?
une traduction n'est jamais parfaite. Que dire aussi des livres qui, pour une meilleure accessibilité, adaptent les textes sacrés, de l'histoire sainte de mon enfance?

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par hélios » mar. nov. 19, 2013 7:23 pm

Entièrement d'accord avec votre commentaire, Nic.

Mais les remarques de Jean posent la question de la nature du texte sacré: il n'est pas intangible à la différence du CORAN pour les musulmans.

Hélios

levergero78

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par levergero78 » mer. nov. 20, 2013 11:18 am

Heureusement, cela permet à des théologiens patentés de corriger le texte, quand la nécessité s'en fait sentir, en l'améliorant autant que faire se peut.

Je ne pense pas qu'il faille prendre le coran comme modèle...

levergero78

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par levergero78 » jeu. nov. 21, 2013 10:55 am


Notre Père : qu'est-ce qui change ?


Retour sur la sixième demande du Notre Père avec le P. Michel Souchon sj., alors que le Vatican vient d'approuver une nouvelle traduction en français de la Bible liturgique.La formule du Notre Père " Et ne nous soumets pas à la tentation" y est remplacée par «Et ne nous laisse pas entrer en tentation".

"Ne nous soumets pas à la tentation", quelle demande étrange ! Le mot à mot est tout aussi troublant : « Ne nous conduis pas en tentation » (« Ne nous fais pas entrer dans l’épreuve », traduit Sœur Jeanne d’Arc). Dieu serait-il tentateur ? Saint Jacques s’oppose à cette idée : « Que nul, s’il est éprouvé, ne dise : « C’est Dieu qui m’éprouve ». Dieu en effet n’éprouve pas le mal, il n’éprouve non plus personne. Mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise qui l’éprouve et le leurre. Puis la convoitise, ayant conçu, donne naissance au péché, et le péché, parvenu à son terme, enfante la mort » (Jacques 1,13-15). Saint Paul est plus ambigu. S’adressant à Dieu, il lui attribue la responsabilité de la tentation : « Tu es fidèle et tu ne permets pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces. Avec la tentation, tu nous donnes aussi le moyen d’en sortir et la force de la supporter » (1 Corinthiens 10,13). Et la Bible témoigne d’une curieuse inversion des rôles : « C’est toi, Dieu, qui nous as éprouvés, affinés comme on affine un métal. Tu nous as conduits dans un piège. Tu as serré un étau sur nos reins » (Psaume 66, 10-11).

Les évangiles (Matthieu 4,1-11 ; Marc 1,12-13 ; Luc 4,1-12) disent que Jésus lui-même a connu la tentation ! Jésus repousse les offres du diable. Il est ainsi le modèle de la foi du chrétien. Si le Christ a été tenté, il ne peut nous enseigner une prière dans laquelle nous demanderions une existence dispensée de la tentation. Le sens de cette demande n’est donc pas : « Épargne-nous la tentation », mais : « Ne permets pas que nous succombions à l’heure de la tentation. Aide-nous pour que ne tombions pas dans le péché. » C’est le sens du développement de la liturgie romaine : « Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant les épreuves. » Il m’arrive de paraphraser légèrement cette prière, tout en restant bien, je crois, dans son esprit : « Par ta miséricorde, rends-nous libres dans la tentation et forts dans les épreuves. »

La tentation et l’épreuve

J’ai utilisé l’un pour l’autre les mots tentation et épreuve. Un même verbe grec (peirazein) est traduit soit par éprouver ou mettre à l’épreuve, soit par tenter. Lorsque des pharisiens ou des légistes interrogent Jésus pour essayer de le faire tomber, les évangiles disent qu’ils veulent « le mettre à l’épreuve » (par exemple Luc 10,25 ou 11,16). Les deux mots sont donc très proches et présentent, en quelque sorte, les deux faces d’une même expérience. Toute circonstance de notre vie peut être tentation ou épreuve. Lorsque, dans le désert, le peuple de l’Exode fait l’expérience de la faim et de la soif, il est mis à l’épreuve, dit l’Écriture. Dans le Deutéronome, Moïse parle à son peuple : « Tu te souviendras de tout le chemin que l’Éternel, ton Dieu, t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t’humilier et de t’éprouver, pour connaître ce qu’il y avait dans ton cœur et si tu observerais ses commandements, oui ou non » (Deutéronome 8,2). C’est dans l’épreuveque le peuple et chacun de ses membres doivent faire lapreuvede leur fidélité.

« Dans son voyage ici-bas  », dit saint Augustin, «  notre vie ne peut pas échapper à l’épreuve de la tentation, car notre progrès se réalise par notre épreuve. Personne ne se connaît soi-même sans avoir été éprouvé, ne peut être couronné sans avoir vaincu, ne peut vaincre sans avoir combattu, et ne peut combattre s’il n’a pas rencontré l’ennemi et les tentations  » (Sur les psaumes, Enseignement sur le psaume 60,2-3).

« Le péché à ta porte »

Mais on sait que les péripéties de l’Exode ont été des occasions de chute. Ainsi l’épreuve devient tentation  : tentation de douter de Dieu, de son Alliance et de ses promesses. La Prière du Seigneur nous fait demander, à l’inverse, de ne pas succomber à la tentation qui survient aux jours d’épreuve. Au jardin des Oliviers, Jésus dit à ses disciples  : « Quoi ! Vous dormez ! Levez-vous et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation ! » (Luc 22,46).

(extrait du site 'croire.com"

Hostise
Messages : 161
Inscription : mer. févr. 26, 2014 3:39 pm

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par Hostise » sam. oct. 18, 2014 5:11 pm

Ces expressions "Ne nous soumets pas à la tentation" et "Et ne nous laisse pas entrer en tentation" montrent que nous n'avons pas notre libre arbitre.

En effet c'est Dieu qui nous pilote puisqu'il peut nous soumettre à la tentation --- ou nous laisser entrer en tentation ce qui est du pareil au même ---. Nous sommes ses jouets, ses pauvres jouets, on ne saurait échapper à ses tentations.

Avouez que sa miséricorde est entachée d'un sérieux défaut. Moi je suis un paysan du Danube et non un théologien pour aller reconnaître que je comprends de travers.

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Correction dans la traduction du Notre-Père

Message par Jean Gauci » lun. oct. 20, 2014 11:23 am

La question qui me semble importante dans ce débat est la suivante: "Dieu nous éprouve-t-il pour sonder notre foi ?"
Le mot " tentation" me parait effectivement ambigu car il exprime indifféremment la tentation du démon et la tentation de Dieu demandant à Abraham de lui sacrifier son fils.
Or, si Dieu ne peut nous induire à commettre le mal, il peut nous éprouver pour mesurer l'étendue de notre foi et de notre amour. La Bible en est remplie d'exemples.
Quand nous employons le mot "épreuve", nous lui donnons spontanément le sens de souci, de chagrin, de malheur, passant sous silence que ces moments difficiles sont des tests pour notre foi. Pourtant l'épreuve est littéralement une demande de preuve !
Alors, que nous prions Dieu de ne pas nous soumettre à l'épreuve, m'apparaît légitime car nous sommes fragiles et parfois incapables de Lui donner la preuve qu'Il nous demande.
Je réciterai le Notre Père dans la version que l'Eglise définira mais je reste interrogatif en me demandant si d'une certaine manière la nouvelle version n'altère pas, voire ne modifie pas la pensée sacrée du Christ !

Répondre