Savez-vous où est la porte du ciel?

Beaux textes et méditations, questions sur la prière, prier les uns pour les autres.

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Michel Bernatchez
Messages : 0
Inscription : sam. juil. 11, 2020 7:17 am

Savez-vous où est la porte du ciel?

Message par Michel Bernatchez » mar. mai 10, 2022 11:45 pm

Bonjour, chers(ères) amis(es) de Pèlerin, voici un fait anecdotique qui m’a permis de découvrir que dans la souffrance il y a toujours pire que ce que nous endurons, et d'autres fois, moins difficile. Mais ceux et celles que j'aime le plus rencontrer, non que j'aime voir les gens souffrir, ce sont surtout ceux et celles qui souffrent plus que moi ; si j'aime le plus les rencontrer, c’est pour trois raisons que voici.

(1) Parce que ces personnes souffrantes m'ont beaucoup aidé à me dépasser.

(2) Elles m’ont permis de rencontrer en elles, je dirai d'une façon mystérieuse, la Présence du Christ souffrant, qu'il m'est impossible d'expliquer avec des mots. C'est et ce sera toujours le Mystère des mystères.

(3) Cette Présence Mystérieuse du Christ Présent dans le pauvre souffrant m’a fait comprendre en profondeur qu'il y a un lien extraordinaire entre la Présence du Christ Présent dans Sa Parole et la Présence du Christ Présent dans la personne du pauvre qui souffre et qui est malheureux.

J'aime beaucoup cette citation de Raoul Follereau que je mentionne très souvent dans mes récits anecdotiques, cette citation qui dit : La charité, c’est la projection du visage du Christ sur le visage du Pauvre. On pourrait ajouter : sur le visage du persécuté et du souffrant. Cette citation merveilleuse de Raoul Follereau se promène en moi et se refuse à sortir de mon coeur parce que je l'aime de tout mon coeur.

Comment lire cette citation sans penser au Christ, comment lire cette citation sans penser aux pauvres, comment lire cette citation sans penser au Sermon sur la montagne qui commence par "Bienheureux les pauvres car le Royaume des cieux est à eux" ?Mais en lien avec cette anecdote il y a une autre citation de Saint Padre Pio qui dit : Rien n'est trop bon pour les pauvres. En tout pauvre il y a Jésus languissant. En tout malade il y a Jésus souffrant. En tout malade pauvre, Jésus est deux fois Présent.

Il y a certaines citations qui nous donnent le goût de prendre un bain de Dieu dans la Parole de Dieu qui est Bonne Nouvelle et qui donne Vie à nos vies. Je connais une citation qui dit: : Les bonnes nouvelles c'est fait pour les riches, mais la Bonne Nouvelle dans l'Évangile c'est fait pour les pauvres.

Certains vont se dire que Michel a oublié d'écrire son anecdote ; Michel partage : "Bien sûr que non, voyons", jamais au grand jamais je ne l’ai oubliée, non, tout simplement je voulais commencer mon récit par ces deux belles citations qui se promènent dans mon coeur et que très souvent il m'arrive de laisser échapper ici et là, par ci et par là, à cause de ma trop grande joie ; impossible de garder ces pensées merveilleuses pour moi, en moi, alors je partage avec vous le trop-plein de ma joie et de ma foi. Dans un des diaporamas de Jacques Lebreton, il est dit que quand Dieu donne de la joie, il en donne toujours trop. Le trop de cette joie qui déborde, je vous le donne avec joie.

Comme c'est drôle la vie…, car en écrivant le nom de Jacques Lebreton, j'ai eu le goût de mettre son nom dans mon navigateur d'Internet et j'apprends qu'il est parti à la rencontre du Seigneur, il avait 84 ans, lui plus chanceux que moi car il a trouvé la Porte du ciel, la vraie porte du ciel.
Maintenant je commence mon récit sur la porte du ciel. :shock: Pas trop facile à raconter, cette anecdote ; pourquoi, je ne le sais même pas moi-même. Vaguement, je crois que peut-être certains faits anecdotiques sont plus difficiles à expliquer que d'autres, mais enfin je vais essayer de faire mon gros possible pour me faire comprendre en toute simplicité.Un jour j'ai vécu un complot, et cela a pris un an avant que la vérité soit faite. Mais sur le coup j'en ai presque perdu connaissance, il m’a fallu faire demander un taxi pour revenir chez moi. Je n'ai presque pas dormi de la nuit. Cela faisait plus d'un an que j'animais un groupe de prière chez les religieuses, puis la soeur que je remplaçais n'avait pas été redemandée pour reprendre sa place.

:shock: Un jour, une de ses consoeurs m'avait dit : Michel, ma consoeur, quand elle donne un enseignement aux religieuses, elle tient un langage comme si les soeurs étaient des petits bébés, et les religieuses n'aiment pas son approche pour cette raison. Elles ont l'impression d'être à la maternelle, mais avec vous elles sont contentes et heureuses.

:shock: Michel écrit : Une soirée après l'animation, cette religieuse que je remplaçais me fit demander dans un parloir, me disant que la communauté l’avait priée de me dire de ne plus revenir. Elle me disait que les religieuses étaient trop gênées et mal à l'aise pour me le dire d'elles-mêmes ; elle avait été mandatée par sa communauté pour me demander de ne plus venir à la maison mère. Je l’ai interrogée sur la raison de tout cela. Elle me dit que la communauté lui avait demandé de ne pas m’en donner la raison.

J'aurais bien aimé connaître cette raison. Le lendemain de ma mise à la porte de chez les sœurs, j'étais plus malheureux de ne pas savoir la raison que d'avoir été mis à la porte. Je voulais appeler l’un de mes amis prêtres pour partager ma peine avec lui, en lui disant ma déception de n'avoir aucune raison dans mon esprit qui justifie ma mise à la porte de chez les sœurs. En ouvrant l'annuaire pour chercher la communauté des prêtres, je devais chercher dans "Père" et je suis tombé sur "porte du ciel", et cela a attiré mon attention ; je me demandais : Que peut-il y avoir à cet endroit pour avoir choisi le nom de porte du ciel :?:

Alors au lieu de faire appel au père, j'ai appelé à la porte du ciel. La personne m'a expliqué que c'était une oeuvre pour les mourants. Moi, je lui ai demandé s’il était possible de me rendre à la porte du ciel? Elle m’a dit oui, alors j'ai écrit l'adresse, mais j'avais tellement hâte d'y être rendu que, dans ma nervosité, j'ai oublié mon adresse, ou peut-être est-elle tombée quelque part. Je savais à quel métro débarquer et quelle rue chercher, mais quand j'ai regardé dans mes poches, rien du tout.

En marchant, je me suis dit intérieurement que j’allais tout simplement demander aux gens que je rencontrerais dans la rue : Où est la porte du Ciel? Mais je me suis rendu compte qu'il y a une grande différence entre le penser et le demander aux gens dans la rue. Voici comment cela s'est passé.

Michel partage : Bonjour, Mr., je voudrais un petit renseignement s'il vous plaît, savez-vous où est la porte du ciel?

L'homme me regarde en riant et pas de réponse, alors je m'en vais et en me retournant, je le regarde et il rit à s'en faire craquer les os, en hochant la tête en guise de réponse. J'ai compris très vite ce qu'il pensait de moi.

À une autre personne, Michel écrit : : Bonjour, Madame, pouvez-vous me renseigner, s'il vous plaît?

La femme dit :Oui.
Michel lui demande : Savez-vous où est la porte du ciel?
La femme s'en va sans me répondre et elle jette un coup d'oeil vers le ciel et se met à rire en marchant.

Michel partage : Intérieurement, je me disais : Je pense que je vais essayer de trouver un téléphone pour vérifier dans l'annuaire ; mais mon cœur, lui, me disait : Tu devrais encore essayer, au moins quelques personnes, car le temps de chercher un téléphone, ce peut être long.
Oké, je me suis dit, d'accord, j'en fais deux mais pas plus, car ce n'est pas la meilleure des questions que j'aime poser à des gens en me promenant dans la rue.

Michel partage : Je demande à un homme proche de moi : Connaissez-vous un endroit qui porte le nom de porte du ciel?

L'homme me répond : Vous cherchez la porte du ciel, :drunken: j'ai bien compris, vous m'avez dit que vous cherchez un endroit qui a pour nom la porte du ciel ? J'ai sûrement mal compris…
Michel partage : Non, vous n'avez pas mal compris, je cherche bien un endroit qui porte le nom de porte du ciel, vous regarderez dans l'annuaire, j'ai moi-même appelé la porte du ciel mais j'ai oublié l'adresse.

Michel partage : L'homme est parti en riant plus que tous les autres, et il répétait toujours la même phrase en disant : Il a appelé le ciel !… :lol: Il cherche la porte du ciel !…

Michel partage : Alors là, c'est la dernière fois, Seigneur ; voilà, le feu est au rouge et il y a une vieille dame qui attend avant de traverser la rue.

Michel partage : Bonjour, ma très bonne dame, connaissez-vous un endroit qui s'appelle la porte du ciel?

La dame : Ho oui, Mr., je m'en vais justement vers cet endroit, je vais y prier une fois par semaine et visiter quelques fois par semaine des personnes mourantes.

:idea: (Suite 2 J'ai vraiment rencontré le Christ à la porte du ciel). :idea:

Des femmes alitées, avec des maladies incurables, pouvant mourir d'une minute à l'autre : c'est l'étage que j'ai visité le plus souvent. Une fois j'ai vu une femme que je croyais morte, mais je n'en étais pas certain et je me suis dit : Je vais l'approcher et la regarder longtemps, et si elle est encore vivante, elle va finir par bouger. Je me suis mis à côté de son lit pendant près de vingt minutes.

J'ai remarqué qu'elle avait un chapelet dans la main. Alors je me suis aperçu qu'elle avait changé d'un grain ; mais à force de regarder, je n'étais pas vraiment sûr qu'elle avait changé de grain. Je regardai un peu plus encore, en espérant voir son doigt changer de grain ; alors j'ai vu et j'étais content, j'étais convaincu que Dieu était dans le lit. Tout était mêlé en moi, car j'avais la joie au coeur, la crainte, je pensais à la mort, à la vie, à ma propre vie et à celle des autres.
Je me disais : il ne faut pas que je me prépare à mourir, mais il faut que je sois prêt quand Il viendra. Je ne voulais pas, et encore aujourd’hui je ne veux pas, faire partie du groupe des vierges folles, mais plutôt des vierges sages. Or à ma très grande (((surprise))), quand je suis sorti de cette maison, je me suis senti envahi par la Présence de Dieu qui m'a fait ressentir une joie très profonde, celle que j'avais déjà ressentie une fois, au début de ma première rencontre avec le Seigneur dans la personne du pauvre.

Ma rencontre de prière qui s'ensuivit consista à témoigner auprès des personnes que j'étais allé à la porte du ciel. Par la suite, quand je vivais une grande épreuve qui me dépassait, qui me faisait trop souffrir, je retournai faire mon tour à la porte du ciel, et je n'avais plus besoin de demander à personne où se trouvait la porte du ciel.

:P Un an plus tard seulement, j'ai eu la surprise de ma vie, j'ai reçu un appel téléphonique de la supérieure de la communauté et elle me demanda : Pourquoi ne venez-vous plus voir les deux soeurs de la même famille que vous alliez visiter à l'infirmerie avant de faire l'animation du groupe de prière? Pourquoi ne venez-vous plus leur rendre visite comme autrefois, quand vous veniez prier avec nous :?:

Je lui répondis : La dernière soirée, il y a un an passé, une religieuse m'a expliqué que les soeurs ne voulaient plus que je vienne dans leur maison, et qu'on lui avait demandé de me prévenir sans même me dire pour quelle raison. La supérieure m'a dit : Michel, je suis au courant de toute l'histoire, une de nos consoeurs nous a appris la vraie raison et je vous appelle pour vous dire que vous êtes toujours le bienvenu ; nos consoeurs de l'infirmerie seront contentes de vous revoir, y compris le groupe de prière. Je vous invite à venir prendre le repas avec la communauté des soeurs. Elle a fini pas me dire que la religieuse qui m'avait demandé de ne plus venir au nom de sa communauté, n'avait pas reçu cette demande de la part de la communauté. Michel explique : Si je n'avais pas vécu cette expérience de rejet par cette religieuse, je n'aurais jamais connu et entendu parler de la porte du ciel. Si un jour on vous rejette d'un endroit, il faut remercier Dieu car il veut vous conduire à un autre endroit. Remerciez Dieu et pardonnez à celui qui vous rejette, et priez pour sa conversion...

Cela m'a fait comprendre qu'il faut, pour alléger notre souffrance, pour mieux l'accueillir, et si notre cheminement nous permet de le faire, aller rencontrer quelqu'un qui souffre plus que nous et qui, à travers ses souffrances, a rencontré le Dieu de la joie. Ce Dieu de la joie est un Dieu qui nous donne la grâce de ressentir une joie très profonde ; Il nous permet de comprendre que cette joie a pour Source le Christ Ressuscité qui habite notre coeur souffrant. Quand nous avons vécu une première fois cette expérience de la joie du Christ Ressuscité, le Seigneur nous prépare et nous apprivoise à vivre et à accepter des moments d'absence de cette joie. Mais quand elle revient en nous, elle devient une double joie. Jacques Lebreton, que vous devez connaître, disait : Quand Dieu donne de la joie, il en donne toujours trop. Que Dieu soit votre Joie comme votre joie soit en Dieu, et soyez des colporteurs(ses) de cette Joie...!

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Savez-vous où est la porte du ciel?

Message par Jean Gauci » mer. juin 01, 2022 10:41 am

La porte du ciel ?
C'est celle qui s'ouvre quand Dieu s'invite.
Chacun en a la clé.

Répondre