Carnet de bord croisière Espagne et Portugal juin 2012

Discussion autour des rencontres organisées par Pèlerin (marches, croisières, visites, etc.)

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Carnet de bord croisière Espagne et Portugal juin 2012

Message par Gilles D. » jeu. juin 07, 2012 12:33 pm

Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Mardi 5 juin. Escale à Barcelone.

Message par Gilles D. » jeu. juin 07, 2012 12:39 pm

Mardi 5 juin 2012. Escale à Barcelone. 11 H 30, visite de la Sagrada Familia (la Sainte famille), une église aux sculptures exubérantes, construite par l’architecte Gaudi.

Marie, de La Rochelle : "J’avais déjà suivi, sur KTO, la visite de Benoit XVI à la Sagrada Familia. J’étais comblée. Il avait été très chaleureux, très humain. J’ai eu plaisir à la revoir. Elle est impressionnante. Pour moi, c’est le symbole de la famille et de la paix, qui doit sans cesse se travailler. Cela m’encourage à persévérer »

Image

13 H 00 : chœurs d’enfants – l’Escolonia - une maîtrise semblable à celle des petits chanteurs à la Croix de bois – qui se produit tous les jours à 13 heures dans le chœur de l’église de Montserrat, sanctuaire marial perché dans un décor escarpé et sauvage. Eliane, 84 ans, de Seine et Marne : " J’adore les voix d’enfants. Leurs voix cristalline nous emmènent au paradis".

15 H 30 : messe à Montserrat, concélébrée par Mgr Joseph Doré, archevêque honoraire de Strasbourg, et tous les prêtres participant à la croisière.

Jacques, de Rouen: "C’était solennel, très beau et, en même temps, dépouillé et simple. Lors de l’eucharistie, le pain était vraiment nourriture de vie. L’église de Montserrat n’a pas de piliers. Rien qui cache. On participait, tous ensemble, attentifs les uns aux autres, unis. Les offices sont les temps forts de ce pèlerinage".

Image

Germaine, 89 ans, des Mureaux (78) et Teresa, 70 ans, qui vit dans le Val d’Oise, se sont rencontrées dans l’avion qui les menait de Paris à Marseille. Lors des visites, Teresa soutient Germaine qui a du mal à marcher. Elles ont été émues par la célébration. Notamment par le chant final : "Marche avec nous, Marie, sur le chemin".

Myriam, venue du Liban, a retenu ces mots de Mgr Doré, lors de son homélie : "ne pas confondre ce qui est nécessaire et ce qui est indispensable, et remettre Jésus à sa vraie place".

Image

Une fratrie se retrouve pour les 40 ans de mariage de Pierre et Marie-Noëlle. Autour de Pierre : Colette, abonnée depuis 1959 à Pèlerin, Cécile, l’aînée, 90 ans, Marie-Thérèse, Antoinette, Annick.

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Mercredi 6 juin, en mer vers Malaga

Message par Gilles D. » jeu. juin 07, 2012 3:04 pm

Mercredi 6 juin. Journée en mer, de Barcelone à Malaga. Temp au beau fixe, vent force 3.

10 H 15 : M. Claude Chauchadis, universitaire, donne une conférence sur Espagne, terre de Sainteté, de Martyrs et de Fondateurs, au cours de laquelle il insiste sur la question des reliques.

Image

"Je comprends qu’elles puissent réconforter des personnes en quête de dévotion, mais je reste sceptique quant à leur authenticité", dit Maïté, 69 ans, de Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhone).

Elle est venue avec son amie Andrée, 67 ans. Toutes deux cherchaient un voyage qui leur corresponde. La foi, pour Maïté, la culture pour Andrée .


13 H 45 : chacun se présente au sein des groupes constitués pour les visites aux escales. Eugène, 90 ans, de Seine-et-Marne, se décrit comme "le plus ancien pèlerin du groupe. Mon premier pèlerinage – pour la Paix, à Vézelay – remonte à 1946 ! Plus récemment, il y a cinq ans, j’ai perdu ma femme et j’étais en colère contre Dieu. J’ai eu besoin de me ressourcer. Cette croisière scelle mes retrouvailles avec la foi."

Image

17 H 30, au bar du pont 4. Violaine, une bourguignonne de 38 ans, est venue avec son compagnon, Richard, 29 ans, un Néerlandais. ancien marin, et avec se parents, familiers des croisières Pèlerin.

Elle est catholique de culture, mais éloignée de la foi, lui, protestant, non pratiquant. Pourtant, tous deux reconnaissent : "L’ambiance spirituelle de la croisière nous correspond. On a le sentiment d’une appartenance. On aime voir les gens vivre ainsi leur conviction".

Image

18 H 30 : Cocktail de bienvenue du commandant. Trois dames ont troqué leur tenue décontractée pour une robe élégante. "J’ai rendez vous avec le capitaine, comme le veut la coutume, dit Bernadette, de Saint-Emilion. C’est une croisière religieuse, mais elle a ses rituels".

C’est sa première croisière ! Elle y a été entraînée par sa sœur, Madeleine, de Soissons, qui en est, elle, à sa troisième. "Jusqu’ici, c’est que du bonheur !" s’exclame Madeleine, elle aussi sur son trente-et-un. "Pèlerin, je peux pas m’en passer. C’est mon point de vue chrétien sur l’actualité".

A leur côtés, leur sœur Marie, de Corbigny (Nièvre), qui elle, ne voyage que rarement. Ce sont ses six enfants et dix petits enfants qui lui ont offert ce pèlerinage…

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Jeudi 7 juin, Cordoue

Message par Gilles D. » ven. juin 08, 2012 12:17 am

Temps très chaud dans les rues de Cordoue, jusqu'à 35°C l'après midi.

Image

Annie et Yves, viennent des Moutiers en Loire-Atlantique. C’est leur premier voyage à Cordoue. Après avoir visité le quartier juif et sa synagogue - la pancarte n° 6 en main, haut levée pour guider son groupe - Annie découvre la fameuse « Mezquita ». Au cœur du plus grand édifice musulman d’Europe, de sa forêt de 856 colonnes, se dresse la cathédrale de Cordoue, monument de l’architecture chrétienne, construit sous Charles Quint.

A 14 heures, après la messe célébrée par Monseigneur Doré dans ce lieu unique au monde, elle confie : « Je suis très émue lors de ces cérémonies où l’on chante et l’on prie ensemble et je verse toujours ma petite larme ! » « Ce qui me touche le plus, ajoute Yves, c’est le mariage architectural des deux civilisations, chrétienne et musulmane, si parfaitement réussi. »

Image

Marguerite et Léonard vivent à Saverne en Alsace. Après la visite de Cordoue et la messe célébrée par Monseigneur Doré, « mise en musique » par le groupe Keranna, ils se retrouvent, à 14h30, avec l’ensemble des pèlerins au restaurant Bandolero pour déjeuner et goûter de la queue de taureau.

Léonard est organiste. Il accompagne très régulièrement les messes de sa paroisse. « J’ai beaucoup apprécié la manière dont les chanteurs et l’organiste accompagnent les offices religieux de cette croisière. Cela m’enrichit et m’instruit sur mes interprétations à venir. »

Image

Isabelle et Stéphane, vendéens d’origine, habitent à Lagny sur Marne, en Seine et Marne. Mariés depuis neuf ans et parents d’Aurélien, un petit garçon de 6,5 ans, ce pèlerinage-croisière est un peu leur voyage de noces.

« Nous voulions que ce soit aussi l’occasion de découvrir des lieux saints, vivre notre foi en groupe, la partager avec d’autres, en priant et en chantant », explique Isabelle, en sortant de la cathédrale de Cordoue après la messe à 14h30. « Et ce fut le cas aujourd’hui, dans ce lieu unique. », ajoute-t-elle.

Stéphane, lui, se réjouit de pouvoir terminer le chemin de Saint Jacques de Compostelle. « J’en ai déjà fait une partie, dit-il, en deux fois, du Puy à Conques et de Conques à Moissac. Malheureusement, un problème de genou m’empêche de le terminer à pied. Grâce à ce voyage, je vais quand même aller jusqu’au bout du chemin et en compagnie d’Isabelle. »

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Vendredi 8 juin, Cadix et Séville

Message par Gilles D. » mar. juin 12, 2012 10:15 am

Image
La cathédrale de Séville

Vendredi 8 juin, mer calme et vent modéré pour la traversée du détroit de Gibraltar vers 0H 30. Arrivée à Cadix à 7 H 00. Visite de Séville, par 36°C.

Image

Jennifer et Aurélie, la vingtaine, deux cousines venues de Vesoul, ont été invitées par leur grand-mère à faire cette croisière, mais celle-ci n’a finalement pas pu venir.

Emues par la beauté de Séville, elles prennent partout des photos pour les rapporter à leur grand-mère "pour qu’elle se fasse une idée de ce que nous vivons".

Image

Marie-Louise, 89 ans, est venue de Limeil-Brévanne (Val de Marne), avec son mari René. Elle se déplace avec difficulté, mais elle a tenu à faire ce pèlerinage – surtout pour le sanctuaire de Fatima – comme une action de grâce pour sa vie toute entière et notamment pour cet épisode dramatique :

"A 20 ans, je vivais à Metz, je faisais partie d’un réseau de résistants. Arrêtée par la Gestapo, j’ai été torturée, condamnée à mort. J’ai du la vie à la complicité d’un médecin lorrain. Mes douze compagnes sont mortes à Ravensbruck".

René ajoute : "Je suis moins pratiquant. Marie Lou est un peu ma commissionnaire envers Dieu".

Image

"J’en avais assez de l’actu télé. J’avais besoin d’une manière de penser différente", dit Philippe, 52 ans, habitant Saint-Hymer (Calvados), récemment abonné à Pèlerin.

Plus impliqué dans l’Eglise que son épouse, c’est lui qui a invité Régine, 48 ans, à accomplir cette croisière pèlerinage.

Tous deux se disent éboulis par Séville et sa cathédrale. "Magnifique, incroyable, on n’a pas les yeux assez grands !". Régine n’a pas eu de difficulté –comme elle le croyait au départ – à trouver sa place parmi des pèlerins sensiblement plus âgés. "Ce sont des personnes formidables. Elles nous apportent tant de choses".

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Samedi 9 juin, Lisbonne

Message par Gilles D. » mar. juin 12, 2012 10:33 am

Image
Dans les rues de Lisbonne

Samedi 9 juin. Arrivée à Lisbonne à 15 heures après une remontée du Tage. Température: 23°. Venté. Climat habituel à Lisbonne.

Image

Emilie, originaire de la République du Congo, vit à Bruxelles. Abonnée à Prions en Eglise, elle accomplit cette croisière pèlerinage en compagnie de ses deux amies, Monique et Marie-Louise.

Très croyante et pratiquante, elle vient avant tout pour prier. C'est une habituée des croisières pélèrinage sur les pas de Saint Paul.

A 17h30, après la messe à la cathédrale de LIsbonne, sur les flancs du quartier de l'Alfama, elle se réjouit : "Les offices sont magnifiques et les chants particulièrement bien choisis. Ils m'accompagnent et me portent dans mes prières."

Image

Claude est déléguée régionale de Bayard auprès des paroisses, en Bretagne, et vit à Rennes.

Pendant la croisière, tous les jours, elle accueille les pèlerins à la boutique et leur propose des revues édités par Bayard et les livres des conférenciers de la croisière.

"J'apprécie cette rupture avec le quotidien, explique Claude. C'est une excellente occasion pour moi d'être en contact avec les lecteurs du Pèlerin. Ils ont une vie intérieure très riche et vivent leur foi avec ferveur. J'ai hâte de faire la marche vers Saint Jacques de Compostelle qui sera pour moi le point d'orgue du pèlerinage."

Claude est venue avec sa grande amie de Carpentras, Marie-Christine, qui l'assiste dans sa tâche. "C'est d'abord l'itinéraire qui m'a séduite, reconnaît cette dernière. Mais je suis heureuse aussi de pouvoir découvrir les lieux dans ce contexte spirituel."

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Dimanche 10 juin, Fatima

Message par Gilles D. » mar. juin 12, 2012 10:46 am

Image
L'esplanade de Fatima

Dimanche 10 juin 2012. Un car nous conduit de Lisbonne à Fatima. 250 000 personnes sont réunies sur l’esplanade du sanctuaire, sous une pluie serrée, à l’occasion de la fête nationale et du pèlerinage des enfants.

L’après midi, consacrée à la visite du monastère de Geronimos, au bord du Tage, est beaucoup plus ensoleillé.

Image

"On nous avait dit qu’il y aurait de la foule, des bousculades, j’ai failli annuler. Or, ce n’était pas gênant, au contraire. Il y a beaucoup de place... De voir toutes ces familles prier avec des bébés et tous ces enfants, c’était un beau témoignage de foi, et une belle image du Portugal", confie Gisèle, une ancienne institutrice originaire de Munster (Alsace), qui fait la croisière en compagnie de son mari Pierre, ancien cadre chez Danone.

Mgr Joseph Doré, évêque honoraire du diocèse de Strasbourg, accompagnateur spirituel de la croisière, a passé la journée dans leur groupe. "J’ai découvert un évêque beaucoup plus accessible que je le croyais, ajoute Pierre."

Image

Pour Fernand, originaire de Mothern (Bas-Rhin), la visite de Fatima évoque immanquablement la "Belle dame" apparue à La Salette, où il est volontaire quatre semaines par an.

"A Fatima, on a une impression de foule, tandis qu’au sanctuaire de La Salette, tous les soirs en saison, il y a une veillée, un recueillement impressionnant". "Avec la foule, nous n’avons pas pu tout voir, remarque Christiane, son épouse. Mais nous reviendrons."

Image

Michel et Annick de Saint-Paterne-Racan (Indre-et-Loire) consacrent tous les ans un temps particulier à leur foi. Cette année, c’est la croisière pèlerinage.

A son arrivée sur l’esplanade de Fatima, Annick est impressionnée par la foule : "Nous ne pouvons pas nous approcher du sanctuaire, mais tous ces enfants qui chantent et prient portent aussi mes prières"

"Je ne suis pas à l’aise dans la foule, mais c’est ma manière à moi de faire un sacrifice", ajoute Michel, ancien directeur d’un établissement scolaire.

Image

Sur l’esplanade, un grand chêne dont les pèlerins font le tour à genou : c’est le lieu des apparitions. Mathurin et Renée, originaires de Saint-Gilles-Croix-de-Vie , ont tenu à voir cet endroit. Ils se sont échappés du groupe pour y aller.

Lecteurs de Pèlerin depuis trente ans, familiers des pèlerinages à Lourdes dans le cadre de l’association « Lourdes cancer espérance », ils sont venus porter les intentions prières des malades.

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Lundi 11 juin, Leixoes et Porto

Message par Gilles D. » mar. juin 12, 2012 11:03 am

Image
Vue de Porto

Lundi 11 juin. Navigation de Lisbonne à Leixoes. Arrivée au port à 11 heures. Mer agitée, vent force 4/5.

Marie et Jean habitent au sud de Nantes (Morbihan). Cette employée de restauration scolaire à la retraite et cet ancien chauffeur routier fêteront leurs 50 ans de mariage en novembre. Ils participent à la croisière pèlerinage pour sa dimension spirituelle.

Après la visite d'une cave pour dégustation Porto, ils découvrent la ville et ses sites religieux. "La beauté de la cathédrale de Porto et la richesse décorative de l'église Saint François nous a laissés sans voix", raconte Marie.

Jean, lui, souligne à quel point la proximité avec les Pères lui est bénéfique. "Je suis impressionné par la simplicité et la disponibilité de Monseigneur Joseph Doré et de Jacques Nieuvarts. De telles rencontres sont si rares et profondes!"

Image

Voisines et amies, originaires de Saint Aignan sur Roë en Mayenne, Renée et Marie voulaient faire une croisière enrichie d'une dimension spirituelle. Elles apprécient le climat qui règne sur le bateau, les messes régulières et l'ambiance d'une pratique fervente.

"C'est tellement fort d'avoir des prêtres avec nous, c'est une occasion rare dans la vie de pouvoir échanger avec eux dans une telle proximité." explique Renée. "Nous avons même pu déjeuner avec Monseigneur Joseph Doré, ajoute Marie. Nous garderons un souvenir très ému de ces moments."

Image

Anne et Jean-Pierre sont venus de Dunkerque (Nord). Lecteurs assidus du Pèlerin, ils participent à leur première croisière. Anne est à l'initiative de ce voyage.

"Nous avions déjà visité l'Espagne et le Portugal mais pas les sites religieux. J'aime les pèlerinages surtout en groupe. Je suis allée une fois, seule, à Lourdes, mais j'en suis revenue aussi désespérée qu'à mon départ. J'ai compris alors l'importance d'être portée par les autres dans ce type de démarche."

Après la visite de Porte, en sortant de l'église Saint François à 17 heures, elle s'extasie :"Même si le foisonnement de bois doré et la décoration extrêmement riche ne correspondent pas au voeu de pauvreté de Saint François d'Assise, c'est une véritable oeuvre d'art."

Jean Pierre est plus attiré par la photo, c'est même un vrai passionné. Toujours l'appareil en main, il photographie tout - et même depuis le car -, les monuments, les rues, les places...

"C'est le meilleur moyen pour moi de mémoriser mes voyages, dit-il. Et en plus, nous allons pouvoir faire un diaporama pour ma mère qui est âgée de 94 ans et ne peut plus se déplacer. Parce que la photo, cela permet aussi de partager ses souvenirs !"

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Mardi 14 juin, Saint-Jacques-de-Compostelle

Message par Gilles D. » jeu. juin 14, 2012 12:03 pm

Image

Mardi 12 juin. Débarquement à Vigo sous un ciel plombé. Puis marche de 7 km sur le Camino frances, la principale voie d’accès à Saint-Jacques de Compostelle… Il pleut.

Image

Paulette, de Mer, (Loir et Cher), se réjouit d’avoir pu accomplir ce bout de chemin. "A mon âge, c’était inespéré. J’anime le foyer d’accueil Bethania, où nous recevons des pèlerins toute l’année. Et j’ai marché en pensant à deux de mes amis, décédés sur le chemin de Compostelle. J’avais tellement envie d’y aller à mon tour !"

Image

"La marche, c’est un moment merveilleux pour confier à la Vierge, tous ceux pour qui on veut prier, ajoute Bernadette, 84 ans, originaire d’Antony (92). Je me suis isolée et, dans ma tête, défilaient mon fils décédé, mes petits enfants… Mieux que dans une église."

Charlotte, de Moselle : "Je me suis régalée avec cette végétation et ces fleurs qui rappellent la Bretagne".

Marie-André de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) : "J’ai prié tout le long du chemin pour toute ma famille".

Hélène, de Sarreguemines (Moselle)
: "J’adore marcher. Chacun allait à son rythme. On parlait ou on priait dans cette nature splendide."

Luc et Francine,
sont animateurs de l’association Marche et prière à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) : "Pour une fois, c’est nous qui sommes entrainés. Cela m’a permis de méditer et de réfléchir", dit Francine.

Par un soleil éclatant, Régine, de l’Ain, sort de la messe célébrée par Mgr Joseph Doré pour la croisière-pèlerinage à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle : "C’est une pure merveille qui efface tous les petits soucis de la croisière. Je viens d’écrire une carte à ma fille en lui disant : je reviens avec toi ici quand tu veux".

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Gilles D.
Messages : 244
Inscription : ven. mars 12, 2010 11:24 am

Mercredi 13 juin, le retour

Message par Gilles D. » jeu. juin 14, 2012 12:08 pm

Mercredi 13 juin. Traversée du Golfe de Gascogne.

Le Princess Danae – parti hier soir de La Corogne – fait route vers le Havre. A 11 H 30, après la messe, Mgr Joseph Doré, conférencier, et le Père Jacques Nieuviarts, accompagnateur spirituel de la croisière, sont invités à la passerelle (le poste de pilotage) par le commandement José Valente, 46 ans de navigation.

Image
Le commandant Valente et Mgr Doré

Attentif, Mgr Doré s’intéresse au fonctionnement du gouvernail, aux radars et à la boîte noire. "Vous naviguez souvent en automatique ?", interroge-t-il. "En mer, la plupart du temps, confirme José Valente. Mais à l’approche du port et des côtes, nous naviguons en manuel".

Image

Un officier de quart reporte le "point" – déterminé par satellite - sur une carte marine. A midi, nous sommes sur la latitude de l’Ile d’Yeu, à 180 miles (250km) au large.

Le bateau avance à 15,9 nœuds. Le commandant préférait l’époque où il faisait le "point astro" à midi – quand le soleil était visible, "sinon, nous pouvions rester deux ou trois jours sans connaître notre véritable position, se souvient-il. On naviguait à l’estime."

Image

C’est maintenant au commandant de poser une question: "Comment Saint Paul a-t-il pu voyager autant à travers les mers ?"

Sur ce terrain-là, Mgr Doré se trouve à l’aise : "Saint-Paul rapporte au moins trois naufrages dans les Actes des Apôtres ! Il est allé de port en port, porter la parole de Dieu jusqu’à Rome, et les premiers à l’entendre étaient sans doute des marins. Le franchissement de la mer a été un élément décisif dans le rayonnement du christianisme !"

Cette fois, c’est le commandant qui écoute…

Par Philippe, Chloé, Jacques et Laurence
Responsable éditorial audience Web Chrétien

Répondre