Georges Brassens.

Modérateur : Françoise T.

Répondre
joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Georges Brassens.

Message par joseph1 » dim. oct. 24, 2021 6:35 am

Georges Brassens est né il y a 100 ans. Une occasion de se remémorer une de ses chansons prémonitoire. Ce bouffeur de curé, qualifié parfois d 'un peu grossier, avait, après Vatican II, composé une chanson, qui peut déplaire, mais qui, malheureusement, annonçait peut-être, la crise que connaît l' Église :

Tempête dans un bénitier

Tempête dans un bénitier
Le souverain pontife avecque
Les évêques, les archevêques
Nous font un satané chantier

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
A la fête liturgique
Plus de grand's pompes, soudain
Sans le latin, sans le latin
Plus de mystère magique
Le rite qui nous envoûte
S'avère alors anodin
Sans le latin, sans le latin
Et les fidèl's s'en foutent
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin

Je ne suis pas le seul, morbleu
Depuis que ces règles sévissent
A ne plus me rendre à l'office
Dominical que quand il pleut

Il ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
En renonçant à l'occulte
Faudra qu'ils fassent tintin
Sans le latin, sans le latin
Pour le denier du culte
A la saison printanière
Suisse, bedeau, sacristain
Sans le latin, sans le latin
F'ront l'églis' buissonnière
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin.

Ces oiseaux sont des enragés
Ces corbeaux qui scient, rognent, tranchent
La saine et bonne vieille branche
De la croix où ils sont perchés

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
Le vin du sacré calice
Se change en eau de boudin
Sans le latin, sans le latin
Et ses vertus faiblissent
A Lourdes, Sète ou bien Parme
Comme à Quimper Corentin
Le presbytère sans le latin
A perdu de son charme
O très Sainte Marie mèr' de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu'ils nous emmerdent
Sans le latin

joachim
Messages : 54
Inscription : mer. janv. 20, 2010 7:38 pm
Localisation : France (Nord)

Re: Georges Brassens.

Message par joachim » jeu. nov. 04, 2021 11:19 am

Je ne connaissais pas cette chanson !

Si je comprends bien, Brassens préférait la messe en latin, celle que j'ai connue dans ma jeunesse.

J'avoue que moi aussi j'ai une certaine nostalgie de cette messe à l'ancienne. Et le Requiem latin, quelle merveille !!

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Georges Brassens.

Message par andrevii » sam. nov. 06, 2021 9:01 pm

Bonjour

Il fallait certes évoluer mais il n'est jamais de bonne politique de jeter son bonnet par dessus les moulins.

André.
>

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Georges Brassens.

Message par joseph1 » lun. nov. 08, 2021 5:49 pm

joachim a écrit :
jeu. nov. 04, 2021 11:19 am
Je ne connaissais pas cette chanson !

Si je comprends bien, Brassens préférait la messe en latin, celle que j'ai connue dans ma jeunesse.

J'avoue que moi aussi j'ai une certaine nostalgie de cette messe à l'ancienne. Et le Requiem latin, quelle merveille !!
Je ne sais pas si ce bouffeur de curés qu 'était Brassens préférait ou non la messe en latin. Mais de son texte il semble ressortir une certaine admiration pour ceux qui avaient " la foi du charbonnier", qui allaient à l église même s 'ils ne comprenaient pas tout. Ce sont ces gens là que la nouvelle messe a éloigné de l Église, tel est semble-t-il son constat. Il regrette cela non pas par amour de l ' Église mais par respect, et admiration, pour les gens simples.

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Georges Brassens.

Message par joseph1 » mar. nov. 23, 2021 11:13 am

Sur le Net, sur le lien entre le mystère chrétien et les formules latines, je trouve cette phrase attribuée à Mauriac sur ce mystère chrétien qui ne profite plus de " l ' abri des formules latines plus ou moins bredouillées dont le sens échappait ".
Avec la fin du latin il y a eu désacralisation de la liturgie. Or l 'on a besoin de sacré, sacré qui n ' est pas forcément intelligible, qui doit même rester un mystère.

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Georges Brassens.

Message par andrevii » mar. nov. 23, 2021 6:11 pm

on a besoin de sacré, sacré qui n ' est pas forcément intelligible, qui doit même rester un mystère.


Oui, en d'autres termes, c'est la foi du charbonnier, c'est la mienne. Elle n'a probablement qu'un seul avantage : elle est indestructible.

André
>

Répondre