Faire de la politique autrement.

Vos réactions sur le numéro de la semaine, vos questions, suggestions...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Faire de la politique autrement.

Message par Jean Gauci » jeu. oct. 16, 2014 11:08 am

Les interviews de femmes et d’hommes politiques interrogés sur ce sujet dans le magazine de cette semaine présentent un point commun : l’honnêteté intellectuelle.
Alors, la démocratie d’en bas est-elle l’avenir ? interroge Anne Ponce.
Sans doute, à la condition que les citoyens soient intellectuellement honnêtes et que leurs avis, leurs protestations, leurs approbations et leurs suffrages soient le fruit d’une volonté de bien commun et pas d’un égoïsme catégoriel ; d’une réflexion juste sur le vivre ensemble et pas le réflexe pavlovien d’un rejet systématique ou d’une adhésion aveugle à un parti.
Quand nous dirons oui ou non à des projets ou à des réalisations en fonction de leur qualité, sans préjugé sur leur auteur, alors nous, démocrates d’en bas, ferons de la politique autrement.
Avant de parler de morale chrétienne ou de justice sociale, nous devons comme catholiques, avoir le souci d’une réflexion juste et libre de tout procès d’intention et de préjugés sectaires. Une "politique autrement" commence par la réunion des femmes et des hommes de bonne volonté.

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Faire de la politique autrement.

Message par andrevii » jeu. oct. 16, 2014 3:27 pm

Bonjour

Je ne crois pas que la seule bonne volonté soit suffisante pour faire de la politique autrement, il faut aussi la compétence et des éléments d'appréciation pour porter un jugement de valeur de nature à répartir les richesses crées, sinon, la justice sociale, c'est du n'importe quoi.

Il ne faut pas oublier qu'on ne peut partager que ce que l'on produit et que la part de chacun est donc théoriquement une fraction en plus ou en moins de cette masse partageable.

La répartition ressemble à un repas de bêtes fauves. Certains mangent trop et d'autres n'ont pas leur suffisance.

C'est donc bien du côté de la justice qu'il faut porter nos regards. Comment juger les contributeurs selon leurs mérites ? Comment réduire à la portion congrue ceux qui n'ont pas apporté à la collectivité leur part créative de manière à assurer la progression des tâches et la réalisation des objectifs.

Et au milieu de ces pôles Production Consommation, il y a la redistribution à travers les organismes intermédiaires. Ils relèvent des acquis sociaux mais rien ne dit qu'ils ont vaincu les inégalités ni instauré la vraie justice sociale.

André.
>

Hostise
Messages : 161
Inscription : mer. févr. 26, 2014 3:39 pm

Re: Faire de la politique autrement.

Message par Hostise » sam. oct. 25, 2014 3:02 pm

Tout ce que vous dites andrevii le Jeu Oct 16, 2014 2:27 pm est très juste.
Faire de la politique autrement ou non, c'est tremper les mains dans le cambouis, elle n'en sortent pas propres.

BonduAMJ
Messages : 112
Inscription : lun. oct. 14, 2013 7:28 pm

Re: Faire de la politique autrement.

Message par BonduAMJ » lun. oct. 27, 2014 5:49 pm

" Faire de la politique autrement ou non, c'est tremper les mains dans le cambouis, elle n'en sortent pas propres ".

ET APRES ?

Faire de la politique " en CHRETIEN", ce n' est pas atteindre la perfection.

C' est faire ce que l 'on croit le mieux et le plus cohérent, en accord avec sa conscience, compte tenu du moment et des circonstances.

C' Est rechercher la JUSTICE.

Ce n' est pas plaire à tout le monde, mais essayer de plaire à Dieu.

Robert SCHUMAN, qui était un grand catholique et fut un grand politique, allait à la messe tous les matins.

Hostise
Messages : 161
Inscription : mer. févr. 26, 2014 3:39 pm

Re: Faire de la politique autrement.

Message par Hostise » sam. nov. 01, 2014 5:09 pm

BonduAMJ a écrit :Faire de la politique " en CHRETIEN", ce n' est pas atteindre la perfection.
C' est faire ce que l 'on croit le mieux et le plus cohérent, en accord avec sa conscience, compte tenu du moment et des circonstances.
Direz-vous que le roi très chrétien (tout roi détenait cet attribut) qui ordonna le massacre de la saint-Barthélémy a fait de la politique " en CHRETIEN", et ce en accord avec sa conscience compte tenu du moment et des circonstances ?

Répondre