La mémoire après les derniers combattants (Pèl. 7250)

Vos réactions sur le numéro de la semaine, vos questions, suggestions...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

La mémoire après les derniers combattants (Pèl. 7250)

Message par Jean Gauci » lun. nov. 22, 2021 1:06 pm

La guerre d’Algérie : le silence

L’oubli est le sanctuaire des combattants des guerres perdues. La guerre d’Algérie fut qualifiée de sale guerre. Ceux qui y ont participé ont le sentiment de l’inutilité et de l’absurdité de leur engagement. Cette guerre conclue dans le désastre d’un génocide n’a produit que des victimes et des morts dont on ne parle pas…. Alors un mémorial, pour une tragédie qui déshonore la France ?

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: La mémoire après les derniers combattants (Pèl. 7250)

Message par francippo » lun. nov. 22, 2021 4:41 pm

Que tout cela est vraiment triste Jean Gauci...Perso j'étais adolescente à la fin de la Guerre d'Algérie..et que de souffrance nous avons vues alors de toutes ces personnes qui passaient par Marseille où j'habitais!!! Et comment à nos âges nous nous sentions bien impuissant-e-s!!
Bien à vous Jean Gauci en toute amitié
francippo :(

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: La mémoire après les derniers combattants (Pèl. 7250)

Message par andrevii » lun. nov. 22, 2021 9:03 pm

Bonjour

L’oubli est le sanctuaire des combattants des guerres perdues.

Je ne partage pas cet avis. (ou alors je vous ai mal compris, ça m'arrive) - Il y a des guerres perdues qui sont exemplaires et qui ont donné lieu à la reconnaissance pleine et entière de la nation. Sans aller chercher bien loin, La bataille de Camerone est un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes mexicaines le 30 avril 1863 et c'est une fête du souvenir incontournable dans l'armée. Une promotion de St Cyr porte le nom de Dien Bien Phu ...

Concernant ce qu'il faut bien appeler la guerre d'Algérie, sans faire l'apologie du colonialisme, la France n'a génocidé personne. Il y a quelques années, la ministre algérienne de la culture Madame Khalida Massaoui a déclaré en faisant l'éloge du traître Maurice Audin que celui-ci n'avait pas hésité à déserter de son Unité pour rejoindre l'ALN alors que ses camarades Français traversaient en masse la Méditerranée pour venir combattre le peuple algérien. Je faisais partie de ces jeunes, classe 56/2A et je peux vous assurer qu'en aucun cas je ne suis parti au service militaire pour combattre le peuple algérien. J'ai écrit à Mme la ministre pour protester mais elle ne m'a pas répondu.

Certes, comme dans toutes les guerres, il y a eu des choses atroces d'un côté comme de l'autre, le temps des guerres chevaleresques était dépassé. La responsabilité de la France est politique. Si je peux comprendre le déroulement des événements dans la conduite de la guerre, je suis beaucoup plus critique voire choqué par la décision de notre pays de laisser se perpétrer des massacres de populations, toutes ethnies confondues car les militaires français, claquemurés dans leurs casernes n'avaient pas le droit d'intervenir dans le maintien de l'ordre. A Oran, et ailleurs, des familles entières ont été massacrées au vu et au su de l'autorité française qui a abandonné à leur triste sort ceux qui lui furent imprudemment fidèles.

Le traumatisme populaire a été immense, et, habilement orchestrée par le FLN la responsabilité de la France apparaît comme une évidence dont nous finissons nous-mêmes par nous persuader.

Pas moi.

André.
>

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: La mémoire après les derniers combattants (Pèl. 7250)

Message par Jean Gauci » mer. nov. 24, 2021 10:13 am

André, vous écrivez :
" la responsabilité de la France apparaît comme une évidence dont nous finissons nous-mêmes par nous persuader.
Pas moi."

Ailleurs vous écrivez aussi :
"A Oran, et ailleurs, des familles entières ont été massacrées au vu et au su de l'autorité française qui a abandonné à leur triste sort ceux qui lui furent imprudemment fidèles. " à quoi, j'ajouterai 70.000 harkis et leurs familles massacrées alors que le gouvernement français avait interdit de les transférer en France et dans la passivité totale de l'armée française présente sur les lieux.

A l'évidence, De Gaulle et le gouvernement français de l'époque étaient innocents de ce génocide.
C'est votre point de vue; pas le mien.
Bien amicalement.

Répondre