Roman "Stabat Mater" de T. Scarpa

Romans, biographies, livres d’histoire, témoignages… Partagez vos coups de cœur !

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Françoise T.
Messages : 434
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Roman "Stabat Mater" de T. Scarpa

Message par Françoise T. » mer. mars 23, 2011 12:01 pm

Cette fiche de lecture est proposée par notre abonné Jean G.
Le Stabat Mater est une pièce musicale liturgique composée pour la fête de ND des douleurs, le 15 septembre. Cette fête rappelle la souffrance de Marie devant la crucifixion de son fils. C’est aussi l’une des grandes oeuvres de Vivaldi.
De fait, l’arrière-plan historique de ce roman est la Venise de la fin du XVIIème siècle et du début du XVIIIème, celle d’Antonio VIVALDI , présent dans cette fiction.
Dans la forme, Stabat Mater se présente comme une correspondance à sens unique entre une jeune fille et sa mère, « Madame ma mère ». Pas de chapitre mais une écriture continue de paragraphes plus ou moins longs. Très vite, on comprend que la jeune fille, Cécilia, est orpheline et a été abandonnée, à la naissance, dans l’une des institutions charitables de Venise, l’Hospice de la Piétà. Cet univers est décrit sobrement. Ne vous attendez pas à trouver de longues descriptions à valeur documentaire. L’écriture de SCARPA est une réflexion poignante et terrible sur la filiation, le sentiment d’abandon, le drame de questions sans réponses, l’origine de la vie. En même temps, le tissu de relations à l’intérieur de cet orphelinat entre les religieuses et les pensionnaires apparaît avec sa rigueur implacable mais aussi paradoxalement formatrice.
A la Piétà, comme dans les autres orphelinats de Venise au XVIIIème une formation musicale est donnée aux jeunes filles (chant et pratique d’un instrument). L’arrivée d’un jeune prêtre, Antonio VIVALDI, compositeur et maître de musique de cet orphelinat, va bouleverser la vie de Cécilia et lui ouvrir des chemins de pensée et de vie qu’elle n’envisageait pas.
Le lecteur est progressivement et entièrement pris par cette correspondance quotidienne puis par l’empreinte de Vivaldi sur la conception musicale que ce grand compositeur va donner à cette époque.
Très beau roman.
STABAT MATER, de TIZIANO SCARPA (Christian BOURGEOIS éditeur 2011 pour la traduction française, 134 pages)
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

Répondre