Prix Pèlerin du Témoignage 2020 : Au nom de Shankar (1er)

Romans, biographies, livres d’histoire, témoignages… Partagez vos coups de cœur !

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Françoise T.
Messages : 450
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Prix Pèlerin du Témoignage 2020 : Au nom de Shankar (1er)

Message par Françoise T. » mer. nov. 25, 2020 11:47 am

:arrow: Au nom de Shankar, de Kausalya Sankar
Kausalya, enfant indienne de haute caste, choyée par ses parents, perd ses libertés au fur et à mesure qu'elle devient femme. Lors de ses études, elle rencontre un jeune homme, Shankar, qui appartient à la caste des intouchables... Bravant l'effroyable poids des conventions sociales, ils se marient, mais le payent très cher. De son drame personnel, la courageuse Kausalya a fait un combat contre l’endogamie et les crimes qui en découlent, jusqu’à devenir un symbole dans son pays. Son témoignage vivant et poignant marque d'autant plus qu'il pose les bases d'avenir d'une société plus humaine et plus juste.
Ed. Fayard, 220 p. ; 18 €

Martine L., 59 ans, professeur de français, Reims (Marne)
Certainement le témoignage le plus dramatique et violent, mais aussi le plus utile et le plus urgent à faire connaître, parce que son histoire cruelle nous informe et alerte sur une pratique malheureusement encore répandue dans l’Inde actuelle : celle du crime d’honneur. Le récit - mal traduit pourtant, desservi par une écriture maladroite ou terne – s’il peine à nous rendre attachante l’histoire d’amour-passion qu’il voulait conter – garde intactes la foi et la force inouïes de cette femme rescapée d’un massacre orchestré par sa propre famille ; elle devient une militante active de la cause qu’elle a épousée avec Shankar, dans et hors de son pays. Mais ce sont les scènes d’action qui nous restent en mémoire, c’est le malaise qui nous marque avec ce farouche attachement d’une partie de la population aux exclusions, aux barrières mentales infranchissables des castes.

Yvon G., 74 ans, Paimpol (Côtes-d’Armor)
Voilà un témoignage qui vous prend aux tripes ! Dès l’introduction le scénario tragique de la vie de Kausalya et Sankar est fourni : pas de suspense. Et pourtant, le récit se lit avec un profond intérêt pour comprendre les ressorts d’une telle sauvagerie. Construit autour de l’enquête menée par la police près de Kausalya, le texte nous plonge justement dans les arcanes du système des castes engendrant de tels crimes. C’est aussi une découverte passionnante de la société indienne : ses traditions, ses coutumes, ses rites de passage, sa religion, etc.

Bénédicte B., 67 ans, enseignante, Croissy-sur-Seine (Yvelines)

Il m'a paru impossible de ne pas classer Au nom de Sankar en première position compte tenu de la gravité du sujet. Au nom de Sankar donne à voir une vision d'une Inde profondément inégalitaire et violente; on constate que le système des castes, officiellement aboli depuis des décennies, perdure dans les faits et conduit à des conséquences dramatiques. J'ai été très surprise par le contraste entre une Inde à la pointe de la modernité dans certains domaines (l'auteur fait des études d'ingénieur) et des traditions archaïques. Ne connaissant ce pays que par mes lectures ou des documentaires, j'ai apprécié la plongée dans cet univers inconnu.

Michèle C., 68 ans, professeur de théologie, Arcachon (Gironde)
Ce témoignage est bien écrit et agréable à lire. On sent cette intensité dramatique de ce qui se passe aujourd’hui encore, mais aussi la détermination de Kausalya, sa force de caractère, qui résiste et se transforme en lutte. Son témoignage est ferme mais sans révolte. Elle veut affirmer la force de l’amour, et espère qu’il triomphera. Elle pense que, sur ce sujet, Gandhi n’est pas allé assez loin. Le dernier tiers aurait pu être développé davantage et parler plus longuement de sa lutte, mais le livre est très fort et on ne l’oublie pas en le quittant…

Odile A., 68 ans, aumônier hospitalière, Villebernier (Maine-et-Loire)
Comment ne pas être ému par le chagrin fou de Kausalya et indigné par « la bêtise » des hommes. En Inde, des femmes transgressent les règles et se marient avec des hommes de castes différentes. Kausalya ne pensait pas devenir une de celles-là, mais Sankar a croisé son chemin et l’amour a bouleversé sa vie. Alors elle va devenir militante, une activiste luttant de toute son âme contre les crimes d’honneur et le système des castes.
Si vous vous risquez à ouvrir ce livre, à vous laisser emporter par les mots et les phrases qui s’envolent au gré de l’écriture volontaire et envoûtante, ne vous étonnez pas de sentir vos yeux se mouiller, ou votre cœur bondir pour lutter aux côtés de Kausalya et défendre l’amour à tout prix.

Andréa D., 31 ans, professeur d’anglais, Lyon (Rhône)

Dès les premières pages, ce témoignage permet de découvrir à travers les visages de Kausalia et de Shankar le système terrifiant des castes indiennes et la folie de ceux qui sont prêts à tout pour le maintenir plutôt que de risquer de perdre leurs privilèges. Je suis ressortie de cette lecture très émue car, bien que connaissant depuis longtemps le système des castes, c’est la première fois que je lisais un témoignage de l’intérieur.

Raphaëlle D., 45 ans, professeur de Lettres, Le Mans (Sarthe)

Même en faisant des études, Kausalya s'aperçoit que sa liberté va être très restreinte. Sa rencontre avec Sankar, un "Intouchable" qui étudie dans son Université, bouleverse sa vie. Le choix est cornélien, cruel : elle ne peut rester dans sa famille si elle choisit de se marier avec l'homme qu'elle aime. Même si l'on connaît d'emblée l'issue tragique de son amour pour Sankar, on est captivé par l'histoire de cette jeune fille au caractère particulièrement fort, qui refuse de se soumettre aux conventions, qui défend par ses choix de vie le droit d'écrire elle-même son destin, et d'aider ceux qui sont en difficulté comme elle l'a été. Une grande leçon de courage !

Béatrice C., 46 ans, infirmière scolaire, Lyon (Rhône)
Le témoignage de Kausalya est puissant et poignant : il montre la force de l'Amour.... C'est aussi un témoignage d'une violence inouïe : comment des parents peuvent-ils aller jusqu'à tuer leur propre fille afin de "sauver leur honneur, leur dignité" ? Il m'est difficile d'imaginer encore aujourd'hui en 2020 une telle violence dans les rapports familiaux, dans les liens hommes/femmes... Kausalya est courageuse. C'est une puissante action qu'elle poursuit dans le combat pour l'abolition des castes et des crimes d'honneur en Inde.
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

Répondre