UBU chez les catholiques américains

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

UBU chez les catholiques américains

Message par Jean Gauci » ven. août 28, 2020 8:45 am

Revisionnant la vidéo de son baptême, un prêtre américain s'est aperçu que le diacre qui l'avait baptisé avait dit " NOUS te baptisons au nom..." au lieu de "Je te baptise...". Il en concluait qu'il n'avait pas été validement baptisé et par conséquent que tous les sacrements qu'il avait reçus , y compris le sacrement de l'ordre, étaient invalides. Immense émoi chez les catholiques américains. On imagine la cascade de conséquences : puisqu’il était prêtre invalide, beaucoup de sacrements qu’il avait administrés étaient invalides aussi. L’affaire a été évoquée jusqu’à Rome qui semble s’en tirer par une pirouette.
Petite cause, grands effets ou la tempête dans un verre d’eau.
Le Christ s’est souvent élevé contre le formalisme des prêtres de son temps ; l’histoire de l’âne dans le puits ou les guérisons de Jésus le jour du sabbat. Les prêtres américains sont donc des gens heureux si ils n’ont pas d’autres soucis que de s’émouvoir pour des queues de cerises à l’heure où leur pays flambe de toutes parts.

Voici ce qu’en pense le Père Louis-Marie Chauvet
Curé de paroisse dans le diocèse de Pontoise et professeur honoraire de l’Institut catholique de Paris
« Que l’Église impose une formule pour les sacrements est nécessaire : un baptême au nom de la Vierge Marie ou avec du champagne serait évidemment invalide, c’est-à-dire nul. Lorsqu’un ministre change les mots, il a tort de le faire, mais il faut partir de son intention et voir s’il voulait faire ce que fait l’Église. Si c’est bien le cas, il n’y a pas forcément – me semble-t-il – de remise en cause de la validité du sacrement. Dans ce type de cas, « L’Église supplée », comme le dit un principe fondamental. La théologie des sacrements a besoin d’avoir des limites, mais il ne faut pas qu’elle s’épuise dans ce genre de casuistique. » ( La Croix)



Heureusement qu’il y a encore des prêtres (français) qui ont la tête sur les épaules...

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: UBU chez les catholiques américains

Message par Jean Gauci » lun. août 31, 2020 11:30 am

Il m'a paru intéressant de communiquer cet article de La Croix sur le sujet.

Baptême invalidé : quand théologie rime avec folie

Tribune Christian Delorme, prêtre du diocèse de Lyon, réagit à la controverse sur l’invalidité du baptême d’un prêtre aux États-Unis.
Christian Delorme, prêtre du diocèse de Lyon, le 28/08/2020 à 15:26

C’est avec un réel vertige que j’ai lu votre article relatif à ce prêtre américain du diocèse de Détroit dont le baptême aurait été considéré « non valide » parce que le diacre qui l’avait baptisé enfant aurait dit « Nous te baptisons », au lieu de « Je te baptise ».
Et je me suis dit que le pauvre prêtre et, plus encore, son évêque, s’étaient laissés aspirer par une logique délirante, puisque le choix a été fait de le « re-baptiser » en vitesse, puis de le « re-eucharistier », de le « re-confirmer » et de le « re-ordonner » diacre puis prêtre ! On n’est plus dans le domaine de la théologie, mais dans celui de la folie !

Logique délirante

À croire l’évêque américain concerné, semble-t-il, tous les actes sacramentels (en dehors du baptême qui peut être administré par un non-baptisé) délivrés par ce prêtre au long des ans (dont les eucharisties, le pardon, le sacrement des malades…) seraient invalides… et demanderaient à être revécus par ceux qui en ont été bénéficiaires. Et dommage, du même coup, pour les morts qui avaient cru recevoir le pardon du Seigneur avant de rendre leur dernier soupir, et qui seraient morts sans pardon ! Dommage pour les malades qui, morts ou rétablis depuis, avaient cru recevoir le sacrement de la tendresse de Dieu, mais qui n’auraient vécu qu’une illusion ! Dommage pour tous ceux-celles qui sont venus vivre le sacrement de la réconciliation, mais qui, en réalité, n’auraient jamais été pardonnés parce que le ministre qui a prononcé l’absolution n’en aurait pas eu le pouvoir ! Dommage pour tous ceux-celles qui, de dimanche en dimanche, pensaient avoir reçu le Corps du Seigneur dans des eucharisties, mais qui n’auraient mangé, en réalité, que de vulgaires hosties, car celui qui avait accompli la consécration n’avait pas été validement baptisé, et donc validement ordonné !

Depuis les débuts de l’Église, des diacres, des prêtres, des évêques et, sans doute, des papes ont commis des erreurs dans l’application du rituel des sacrements, par fatigue, par distraction, par sénilité ou par bêtise. Je sais en avoir commis (involontairement !) moi-même au long de mes quarante-deux ans de prêtrise, et je crains, avec l’âge, d’en commettre d’autres. Étaient-elles valides les ordinations reçues et données par certains papes débauchés du Moyen Âge, dont certains ne devaient guère se préoccuper du respect strict des rituels ? Le doute est permis, moins à cause de leur péché que de leur manque de rigueur dans l’application du rituel !

Mais s’ils ont accompli des actes invalides (ce qui est hautement probable), et si l’on suit la logique de l’évêque américain, alors ont été invalides nombre d’ordinations épiscopales, et donc les ordinations des prêtres ordonnés par ceux-ci, et donc… des millions et des millions d'actes sacramentels qui ont été dispensés depuis !

La grâce vient au secours de la faiblesse

Je ne suis ni théologien attitré, ni encore moins canoniste. Je prétends seulement réagir avec bon sens ! Mais je sais qu'il existe un vieil adage dans l’Église qui prend en compte la faiblesse toujours possible des ministres ordonnés et, plus largement, les errements possibles des communautés de baptisé. C'est le « Ecclesia supplet ». Autrement dit : la grâce donnée à l’Église du Christ vient au secours de la faiblesse, et même du péché des ministres ordonnés et des communautés de baptisés.

Même les sacrements délivrés par un prêtre indigne sont une réalité - et non une mascarade -, car la grâce donnée à l’Église toute entière vient rectifier ce qui a été « tordu » au départ. C'est ainsi que les sacrements délivrés par un prêtre pédophile ou auteurs d'autres crimes restent valides. Comme le disait justement Saint Augustin : « Que Judas baptise, c'est le Christ qui baptise ». À plus forte raison quand il s'agit d'un bon prêtre, même « mal baptisé » !

francippo
Messages : 1
Inscription : lun. mai 12, 2014 11:39 am

Re: UBU chez les catholiques américains

Message par francippo » mar. sept. 01, 2020 10:46 am

Bonjour Jean Gauci, belle reprise sur les forums avec cette "histoire" abracadabrantesque... le "nous " au lieu du "je" et tout est annulé... oups.. Heureusement que Christian Delorme , prêtre du diocèse de Lyon, a réagi sainement et qu'il a osé nous en faire profiter et vous aussi par ricochet. Grand merci pour ce texte partagé et vos deux interventions sur le sujet .
Jésus dit dans l’Évangile de l'apôtre Jean:
"Père.... pour qu’ils soient un comme nous sommes UN "(Évangile selon St jean 17 , 22)...Alors???
Bien amicalement
francippo 8-)

Normandt
Messages : 0
Inscription : mer. juil. 29, 2020 6:23 pm

Re: UBU chez les catholiques américains

Message par Normandt » mar. sept. 01, 2020 4:57 pm

Je suis d'accord avec toi Jean,
l'ecclesia supplet est toute indiquée dans cette histoire.

Et la prière trinitaire a été effectuée, en plus de l'eau.

Répondre