L'avenir de l'Eglise vu par un sociologue

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

L'avenir de l'Eglise vu par un sociologue

Message par Jean Gauci » jeu. mars 07, 2019 8:40 pm

Ce jeudi 7 mars, paraissent deux ouvrages, L’Archipel français et Une contre-révolution catholique, qui évoquent la place et l’avenir du catholicisme français. La Croix organise le débat avec les deux auteurs, le sondeur Jérôme Fourquet et l’historien et sociologue Yann Raison du Cleuziou

Voici, tiré de cet entretien, un propos de l’historien et sociologue Yann Raison du Cleuziou
Quels effets peuvent avoir la succession de scandales sexuels ?
Yann Raison du Cleuziou 
« Les scandales qui se succèdent (pédophilie, homosexualité du clergé, viol des religieuses) ont un impact considérable parce qu’ils viennent saper les quatre ressorts sur lesquels Jean-Paul II a tenté de repositionner l’Église : la morale sexuelle, la centralisation du pouvoir à Rome, les communautés nouvelles, la jeunesse. Du coup c’est l’institutionnalité même du catholicisme qui se trouve ébranlée et la stratégie de la « nouvelle évangélisation » discréditée. Mgr Georges Pontier a eu beau dire que l’ensemble des catholiques partageaient la responsabilité du silence, de fait non car le pouvoir reste monopolisé par des clercs.
Si les catholiques sont si dociles, c’est parce qu’ils sont éduqués à s’en remettre aux prêtres. Il n’y a pas de coresponsabilité ni de culture du débat dans les diocèses. Par conséquent la culture de l’irresponsabilité s’étend aux évêques qui, tout en prenant des décisions discrétionnaires, refusent d’en être responsables devant leurs ouailles et revendiquent ne rendre des comptes qu’à Rome… On l’a vu avec l’affaire Barbarin. Les abus sexuels dévoilent la face sombre de ce corporatisme clérical. Quelle que soit leur sensibilité, les catholiques sont tous touchés mais, peu responsabilisés jusqu’à présent, ils se trouvent à la fois révoltés et désarmés. Les prêtres de base sont découragés, déjà surmenés et sans successeurs, beaucoup se trouvent injustement délégitimés


Une réflexion à méditer...

Répondre