Pour éviter le naufrage

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Pourquoi ? ou le courage de la vérité

Message par Jean Gauci » mar. sept. 25, 2018 9:21 am

Je veux d'abord prendre quelques précautions avant d'exprimer ma réflexion depuis quelques jours sur le sujet.
Je suis incapable de mesurer le traumatisme des victimes de prêtres, n'ayant jamais eu à connaitre cette abominable situation. Je peux croire que les dégâts sont considérables et parfois, irréparables.
Je m'interroge cependant sur les causes profondes et peut-être cachées de cette pandémie qui n'a pas fini de concerner l'Eglise et son clergé.Alors la question qui se pose à moi, est la suivante: Les victimes des prêtres pédophiles sont-ils les seuls ? Ces prêtres ne sont-ils pas eux mêmes des victimes ?;
Je ne peux croire que les séminaires ont constitués et constituent les refuges de tous les détraqués sexuels et qu'une part des séminaristes soient génétiquement prédisposés à cette perversion. Je crois que dans tout futur prêtre existe un ardent désir de servir et une volonté droite et sincère de donner sa vie au Seigneur.
Mais je crois aussi que la prise de conscience par chaque prêtre de l'horreur de ce qu'il a accompli et, après, du gouffre de honte et de réprobation dont il est l'objet unanime doit le conduire dans un état proche du désespoir pouvant aller jusqu'au suicide.
Vient alors le POURQUOI ? Pourquoi ces hommes ( et pas ces femmes ) appelés à l'exemplarité d'une vie consacrée ont-ils été conduits au pire ?
Puisqu'il s'agit de crimes sexuels d'hommes normalement constitués, qu'est-ce qui, dans leur sexualité, les a conduits là où ils en sont arrivés?
Si aucune réponse n'est apportée à cette question difficile mais essentielle, les mêmes causes entrainant les mêmes effets, le "plus jamais ça" ne sera qu'un voeu pieu.
Mais qui peut répondre à cette question ? Pas les fidèles, majoritairement mariés et pères de famille, mais les prêtres eux mêmes.
Si le mal concerne les prêtres, la solution concerne les prêtres eux aussi. Mais des prêtres soulagés de la chape du silence, ayant assez vécu pour mettre un nom sur leurs tentations, des prêtres courageux, clairvoyants et sincères, mettant le doigt sur le désir de trop qui en a fait basculer d'autres.
Les autres raisons au rang desquelles, je mets la perversité ou le cléricalisme, me semblent dangereuses car elles masqueraient le fond du problème.

Répondre