Si les femmes pouvaient prêcher...

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
BonduAMJ
Messages : 112
Inscription : lun. oct. 14, 2013 7:28 pm

Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par BonduAMJ » jeu. mai 19, 2016 6:08 pm

Si les femmes pouvaient prêcher...
Alors que le pape François vient d'ouvrir la voie à des femmes diacres, Véronique Margron, op. exprime son point de vue sur la prédication. Elle plaide pour étendre le droit de prêcher aux laïcs et donc aux femmes.

La prédication comme une hospitalité à tout l’humain

« Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.

"Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » (Évangile de Jean, 20, 1-2)

"Et c’est ainsi, par des femmes que la rumeur de la résurrection va se répandre…jusqu’à nous ! Sans les femmes, les « saintes femmes » dit-on dans la tradition, point de transmission. Marie Madeleine, apôtre des apôtres.

"Devant la force de cette mémoire vive, comment ne pas s’interroger sur notre situation aujourd’hui dans l’Église, quant à la prédication de l’Évangile.

"Faut-il rappeler les paroles essentielles de l’apôtre Paul : « Annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! »

Un devoir de prêcher

"Voilà pourquoi je crois, avec tant d’autres, que tout laïc, au nom de son baptême qui l’institue comme « prêtre, prophète et roi », est en devoir de prêcher, d’une manière ou d’autre.

"Tous nous sommes envoyés pour prêcher l’Évangile et annoncer un Dieu proche de chacun, à commencer par ceux et celles qui se croient les plus lointains. Un Dieu qui vient « converser avec le monde », comme aime à le dire le Frère Bruno Cadoré, maître de l’Ordre dominicain.

"Proclamer le Royaume de Dieu, prêcher l'Évangile de la paix, prend de nombreuses formes, dans la vie la plus ordinaire de chacun. Parmi celles-ci, quelques unes se trouvent davantage liées à des temps de la vie de l’Église, essentiels à la vie chrétienne, comme la catéchèse, la formation, ou la pastorale des funérailles.

"Dans sa tribune, le fr. Enzo Bianchi, prieur de Boze, (2 mars 2016, Osservatore Romano), plaide pour l’octroi de la faculté de prêcher aux laïcs, et donc aux femmes, dans les assemblées liturgiques, dont l’eucharistie.

"Il rappelle opportunément qu’avant que Grégoire IX (1228) ne décrète l’interdiction de la prédication aux laïcs, parmi les diverses formes de prédication, une prévoyait un mandatum praedicandi accordé à de « simples fidèles ».

"C’était le cas par exemple de Robert d’Arbrissel (1045-1116), qui prêchait devant le clergé, les nobles et le peuple, avec l’approbation du pape Urbain II. Mais il y avait aussi des femmes ( !).

"Parmi elles, Hildegarde de Bingen (1098-1179), abbesse de son couvent bénédictin, près de Mayence, et proclamée docteur de l’Église par Benoît XVI. A la demande d’évêques, elle prêcha dans leurs cathédrales. Le pape Eugène III lui-même venait l’écouter.

Répondre à la mission de l'Église

"Ainsi donc, il ne s’agit pas de donner un nouveau droit aux laïcs. Pas davantage de les "cléricaliser". Mais de répondre au mieux à l’impérieuse mission de l’Église d’annoncer la bonne nouvelle du Christ à tous.

"La prédication, afin que l’hospitalité du Christ soit manifestée à tous, par la voix de sensibilités, d’engagements, d’expériences de vie variés car parole de prédication est là pour accueillir les humains, pour que la communauté et chacun puissent remettre sa détresse et son espérance au Christ lui-même.

Pour ce faire, tous nous sommes requis. Prêtres et laïcs, hommes et femmes. Non pour faire un panel représentatif de l’Église, mais parce que la voix la plus singulière, si elle ancrée en Christ et envoyée par l’Église, est celle qui peut devenir la plus universelle."

Véronique MARGRON, op.

Fanch
Messages : 0
Inscription : jeu. avr. 14, 2016 5:58 pm

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par Fanch » sam. mai 21, 2016 10:17 am

Pourquoi pas en effet voir des femmes prêcher ... Certaines sont talentueuses, et se voient déjà confier des missions de catéchèse. Dans certaines paroisses, sur les bancs de l'église, elles dirigent la chorale, lisent les textes et se mettent au service de la liturgie. Rien dans les textes ne s'y oppose, seulement le poids de l'habitude, et la peur du changement. Je crois avoir entendu dire que les femmes mariées pourraient devenir diaconesses. Parler et bien parler n'est pas une prérogative masculine. Nombre de femmes enseignent, elles n'ont pas peur de parler en public.
Cela n'empêcherait pas le prêtre d'officier et de donner les sacrements.
Je n'y vois donc pas d'inconvénients.

Jean-Elie_d'Ignis
Messages : 84
Inscription : lun. sept. 29, 2014 11:14 am

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par Jean-Elie_d'Ignis » lun. mai 23, 2016 10:00 am

Bonjour,

Sous la pression de la théorie du genre, où hommes et femmes sont interchangeables, on voit en effet réapparaître de plus en plus fréquemment ce genre de "pression" sur l'Eglise pour la "genrer", la formater en quelquechose que le pouvoir franc-maçon cherche à imposer à la société civile. Les "attaques" sont continues et en force car nombreux sont les serviteurs de ces "révolutionnaires" et les infiltrés sont légions.

Je dis simplement que le prêche n'est pas compatible avec la symbolique de la Femme.

Car il s'agit de semer.

Que ceux qui ne sont pas encore formatés à la théorie du genre comprennent... :lol:

levergero78
Messages : 0
Inscription : mar. févr. 09, 2016 10:27 am

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par levergero78 » lun. mai 23, 2016 10:18 am

Jean-Elie_d'Ignis a écrit :Bonjour,

Je dis simplement que le prêche n'est pas compatible avec la symbolique de la Femme.

Car il s'agit de semer.

Que ceux qui ne sont pas encore formatés à la théorie du genre comprennent... :lol:
Vraiment, Jean-Elie, vous n'en ratez jamais une...

Vous êtes un incorrigible tradi/macho... :o

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par hélios » lun. mai 23, 2016 12:44 pm

Jean-Elie,

Une fois encore vous assénez des idées les vôtres de manière abrupte sans argumentation.

Si vous allez à la Sainte Baume, dans la chapelle du RdC, vous verrez Ste Marie Madeleine en train de prêcher aux Marseillais......Que je sache, jamais personne ne s'est insurgé contre cette peinture qui remonte à la fin du XIX ème siècle.
Je dis simplement que le prêche n'est pas compatible avec la symbolique de la Femme.
Qu'est-ce que cela veut dire ? Quel rapport entre "le prêche" et la "symbolique de la femme" ?

Eclairez notre lanterne, si vous pouvez !

Hélios

Jean-Elie_d'Ignis
Messages : 84
Inscription : lun. sept. 29, 2014 11:14 am

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par Jean-Elie_d'Ignis » lun. mai 23, 2016 4:20 pm

hélios a écrit :Qu'est-ce que cela veut dire ? Quel rapport entre "le prêche" et la "symbolique de la femme" ?
Bonjour,

Nous allons rester dans les images afin de ne pas lever trop le voile d'Isis. :lol:

Semer c'est épandre les semences. C'est masculin. Je compare cela au prêche car c'est une activité similaire : le Verbe est une semence de vie éternelle qui est lancée par le semeur qui est l'homme. La terre, qui reçoit la semence, et qui la porte et la fait fructifier, c'est la Femme, en l'image de Marie (Terre vierge car Mère des vivants), et aussi de l'Eglise (Mère des ressuscités). La femme développe la semence, la multiplie, et la nourrit, elle enfante le fruit hors de ses entrailles, comme une fleur éclose (d'où le rapport entre la femme et la fleur)...

Les anges sont les moissonneurs, ceux qui recueillent le fruit des semailles pour les greniers du maître de la moisson qui est Dieu. Ils sont ailés car ils donnent en leur temps les besoins des semences, pluie, vent (eau et esprit, dont l'image la plus représentative est St Michel terrassant le dragon, ou bien Quetzcoatl, ou Shiva...)...

Il s'agit de fonctions archétypales, transversales, c'est-à-dire que l'on retrouve dans tous les domaines du vivant, de la nature, des symboles, du religieux etc... C'est une base mécanique, celle du fonctionnement de l'OEUVRE de Dieu qui traverse toutes les cultures sur toute la Terre.

Le projet de Satan est de détruire ce bel outil en faisant croire que chacun est interchangeable, par le truchement de la vanité et de l'orgueil, que rien n'est ordonné, que tout est fonction d'humeurs et d'envie... Ce projet de trans-humanisme dont les métastases sont le féminisme, le LGBT, la théorie du genre et leurs fruits, l'avortement, l'euthanasie, le clonage, la GPA et autres folies de big-pharma..., ce projet "révolutionnaire" et toujours porté par ceux qui se réclament du "progrès" est une guerre contre Dieu et ses lois (c'est d'ailleurs un des credo des révolutionnaires) et produit toujours la mort, la destruction ou la corruption des mœurs.

Lorsque la symbolique, la nature, la fonction archétypale est respectée, alors on s'inscrit naturellement dans un courant de Vie et tout fonctionne. :P

Avatar de l’utilisateur
mister be
Messages : 50
Inscription : mar. oct. 15, 2013 5:53 pm

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par mister be » lun. mai 23, 2016 7:52 pm

Je suis parfaitement d'accord avec vous Jean-Elie...que chacun garde ses fonctions archétypales...
Il y a une grande différence entre la femme qui est représentée par Ischa dans la bible et celle qui représente Hawa dans la Bible...
Notre rabbin qui sait à peine parler correctement le français fait toujours de très belles prédications et lui ayant posé la question,il m'a répondu que non seulement il priait la Rouah Hakkodesh mais que c'était sa femme qui le guidait dans la préparation du sermon....
Marcher selon l'Esprit de la lettre,c'est suivre un Judaïsme sans messie ou un Christianisme sans racine?
Moi j'ai choisi Juif pour les racines et messianique pour son messie!


http://www.youtube.com/watch?v=z_qsdDzrwfA

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par hélios » lun. mai 23, 2016 7:58 pm

Alors attendons les réactions des femmes du forum.........

Si elles ne réagissent pas c'est que vous les avez chloroformées !

Je me retiens de vous dire des bêtises sous peine d'être censuré mais franchement, Jean-Elie, est-ce que vous croyez un seul mot de ce que vous écrivez !

booboon
Messages : 0
Inscription : sam. mai 16, 2015 10:49 am

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par booboon » lun. mai 23, 2016 9:59 pm

J'ai lu cet article de Véronique Margron il y a quelques mois déjà... avec un autre qui expliquait pourquoi il n'y avait que le prêtre qui devait prêcher.. il me semble que c'était dans la Croix ?
Bref, il est évident pour moi que bien des laïcs baptisés femmes ou hommes seraient de très bons prédicateurs... :P

Miss Dominique
Messages : 230
Inscription : jeu. oct. 17, 2013 12:31 am

Re: Si les femmes pouvaient prêcher...

Message par Miss Dominique » mar. mai 24, 2016 1:30 am

Jean-Elie,

soit vous êtes en ce moment d'humeur taquine, soit vous faites une indigestion de St-Paul dans sa lettre aux Ephésiens (5, 21-33).

Je pense plutôt que votre esprit se durcit ;)
Il est clair que l'être humain masculin est prévu pour incarner l'esprit créateur en relation avec le divin, et que l'être humain féminin est "la terre" créée par l'esprit divin pour accueillir l'humanité.
L'animus (le yang) est chargé d'éternité par l'esprit. L'anima (le yin) est également chargée d'éternité par la mort et la renaissance de la nature créée par l'esprit.
Jusqu'ici la différence n'est que physique donc trompeuse.
Vous savez tout cela.

Par contre : il ne faut pas oublier que l'homme est chasseur, alors que la femme est bâtisseuse et cultivatrice.
En résumé, beaucoup de tribus partout dans le monde continuent de se répartir ainsi les taches quotidiennes.
Durant toutes les guerres, pendant que les hommes étaient au combat (ou prisonniers), les femmes assuraient la survie à la ville et aux champs.

De nos jours nous sommes tous prisonniers d'un mode de vie exigeant des femmes un travail rémunérateur. Quelle femme accepterait aujourd'hui de laver le linge à la rivière, de trimer toute la sainte journée comme il y a encore cent ans !

Et les études ! Au Moyen âge les femmes nobles avaient accès aux livres et aux échanges culturels et intellectuels avec des lettrés de passage. Elles correspondaient et tenaient leurs comptes. La Renaissance, et surtout la Sorbonne, mit fin à la liberté intellectuelle et sociale de la femme qui devint objet.

N'entrons pas dans une querelle de genre ! C'est déprimant ! :roll:

Répondre