L'Eglise et son temps.

Le pape François, rôle des laïcs, célibat des prêtres, divorcés-remariés, finances, vocations, questions de foi

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

L'Eglise et son temps.

Message par Jean Gauci » mer. sept. 03, 2014 9:45 am

L’assistance à l’assemblée dominicale est toujours source d’interrogations.
Dans une ville relativement jeune et dynamique, les paroissiens fidèles qui vont à la messe du dimanche sont essentiellement composés de personnes âgées.

On peut en conclure que la jeunesse a perdu la foi ou ne l’a jamais eue !
Pourtant, dans des manifestations de masse, les jeunes par milliers se regroupent, traversent les océans, affirment et chantent leur foi en Jésus Christ.

L’alternative s’impose :
Ou bien ces jeunes ne vont aux JMJ essentiellement que pour les agréments du voyage, les rencontres et la fête, et leur foi n’est qu’une expression de circonstances.
Ou bien, ces mêmes jeunes trouvent dans ces manifestations, des paroles, un climat, une communion, une liturgie qui leur parlent et ne retrouvent pas dans leur paroisse ce feu communicatif qui brûle dans les grandes assemblées.

Je m’interroge parfois sur la perception que peuvent avoir des adolescents ou des jeunes en assistant à nos messes dominicales, sur le caractère répétitif des prières dont la compréhension exige un minimum de connaissances religieuses, sur ces chants pieux mais dont le contenu est parfois mièvre et médiocre, sur une liturgie remplie d’allusions et de symboles, sans parler des sermons sans flamme, sans âme et sans intérêt qui passent au dessus des fidèles âgés eux-mêmes.

Les jeunes n’ont-ils plus la foi ou l’Eglise a-t-elle perdu les clefs élémentaires d’une communication accessible aux mentalités actuelles et n’est-elle plus adaptée à son temps ?

levergero78

Re: L'Eglise et son temps.

Message par levergero78 » mer. sept. 03, 2014 11:26 am

Jean Gauci a écrit : ...Les jeunes n’ont-ils plus la foi ou l’Eglise a-t-elle perdu les clefs élémentaires d’une communication accessible aux mentalités actuelles et n’est-elle plus adaptée à son temps ?
Il y a les deux à la fois, Jean G., à mon avis. Je pense surtout qu'elle n'est plus adaptée au temps actuel.

Voyons, par exemple, le succès qu'obtiennent les communautés charismatiques catholiques nouvelles, telles que la communauté de l'Emmanuel, celle des Béatitudes ou encore le Chemin Neuf, voire même Fondacio...

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: L'Eglise et son temps.

Message par Jean Gauci » mer. sept. 03, 2014 6:44 pm

Et comment expliquer l'attrait extraordinaire de la Communauté de Taizé ?
Pourquoi la liturgie des moines de Taizé apparaît-elle plus accessible, plus lisible que celle des messes paroissiales ?
Je crois que Vatican II n'a rien changé même si le latin a été abandonné... Les cérémonies religieuses sont encore engluées dans des concepts traditionnels. Les textes latins ont été traduits en français mais ont gardé le style latin et la complexité des formulations dogmatiques.
Demandez à un jeune de commenter le credo ou un texte de la messe.
Demandez lui ce que signifie " Agneau de Dieu" , ou " Engendré non pas créé"...c'est du chinois !
Comment adhérer à la liturgie quand les paroles prononcées sont incompréhensibles ?
L'attente légitime des jeunes c'est bien de prier sur des textes qui parlent à leur intelligence et pas de réciter machinalement des mots qui ne veulent rien dire pour eux ... comme pour la plupart des fidèles.
Le Dieu de notre temps ne se prie pas, ne s'adore pas avec des formules cabalistiques héritées des siècles passés.
Le dépouillement le plus urgent et le plus nécessaire de l'Eglise est celui de son héritage d'une liturgie moyenâgeuse, d'un vocabulaire hermétique et de rites désuets.
Comment parler de Dieu et le faire aimer dans un langage inaccessible ?
Il faut parler simplement d'un Dieu simple à des jeunes qui ne comprendront et n'aimeront qui ce leur parle clairement et simplement.

Françoise T.
Messages : 436
Inscription : mar. mars 16, 2010 12:59 pm

Re: L'Eglise et son temps.

Message par Françoise T. » ven. sept. 05, 2014 11:14 am

A Jean Gauci

Merci pour vos réflexions sur le langage de nos Églises. Pour fréquenter régulièrement la communauté de Taizé, je partage avec vous l'émerveillement de la simplicité et la justesse du langage de cette communauté oecuménique.

Il est vrai que nos communautés paroissiales se complaisent dans un langage qui ne s'adresse implicitement qu'aux habitués et aux initiés. C'est un défi énorme que d'aider les différents acteurs de la liturgie à se souvenir que nos célébrations sont aussi au service des petits, des pauvres, des étrangers et des "boiteux" de la foi.

Beaucoup a déjà été fait. Mais c'est vrai, comme vous le dites, que la traduction en français ne garantit pas forcément l'intelligibilité de ce qui est dit. Il y a tant de mots chargés d'histoire et de théologie dans le langage liturgique, que cela peut en être décourageant.

Pour autant, l'expérience montre aussi qu'il ne suffit pas de renoncer aux mots compliqués pour que les choses soient plus simples. Tout est une question d'équilibre et d'attitude. Et aussi de progression. Renoncer aux mots de la foi qui peuvent paraître difficiles de prime abord, c'est aussi, à terme, renoncer à permettre à des gens d'entrer dans une histoire riche de symboles, de références et de points d'appuis spirituels, poétiques, liturgiques.

Peut être faut-il surtout poser la question : comment être dans une proposition de la croissance de la foi ? C'est peut être cela que nos communautés ont du mal à penser aujourd'hui ?

Bon courage dans vos propres engagements. Amitiés

Dominique LANG,
assomptionniste, journaliste à Pèlerin
Modératrice des forums pelerin.info et responsable des relations lecteurs de Pèlerin.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: L'Eglise et son temps.

Message par hélios » ven. sept. 05, 2014 3:17 pm

Je suis entièrement d'accord avec vous, Jean Gauci.

Mais le constat que vous faites n'est pas propre au catholicisme.

Dans les temples protestants, en tout cas celui que je fréquente chaque dimanche, il y a très peu de jeunes. Voire pas du tout. J'appelle "jeunes" ceux que l'on voit dans les JMJ.

Pourtant, le culte est dépouillé de paroles et de prières incompréhensibles, je peux vous l'assurer.

L'absence de jeunes ne tient donc pas au langage de l'Eglise, je pense.

Plus personne ne confesse publiquement sa foi. Plus personne n'ose la confesser, catholiques ou protestants.

Seuls les musulmans le font.

J'ai suivi une collégienne française-marocaine pour l'aider en Français. Les parents ont à peine la quarantaine. Ce sont des pauvres. La maman ose prier sur son tapis de prière pendant que je fais travailler A.. .Le papa fait la prière. Il y a le Coran à la maison. Je demande à Hassan, le père, d'aller me le chercher afin qu'il me lise telle ou telle prière. Qui a une Bible à la maison ? Qui ose la poser sur la table ?
Qui récite le bénédicité à part les moines ? La foi a déserté nos gestes, la foi a déserté nos paroles, la foi a déserté nos vies.

Voilà ce que j'avais envie de dire.

Hélios

levergero78

Re: L'Eglise et son temps.

Message par levergero78 » ven. sept. 05, 2014 5:06 pm

hélios a écrit :
Qui a une Bible à la maison ? Qui ose la poser sur la table ?
Qui récite le bénédicité à part les moines ? La foi a déserté nos gestes, la foi a déserté nos paroles, la foi a déserté nos vies.
Voilà ce que j'avais envie de dire.
Hélios
Oui, c'est un constat sévère mais réaliste. Vous avez raison, Jean H.

Mais la ou les causes, quelles sont elles ? C'est cela le principal à savoir pour essayer d'y remédier...si c'est possible !

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: L'Eglise et son temps.

Message par hélios » sam. sept. 06, 2014 8:50 am

Il y a de très nombreux éléments de réponse à votre question.

Comme il est difficile de tous les énumérer, je n'en prendrais qu'un :

la transmission de la foi ne se fait plus.

chaque lecteur peut dénombrer les jeunes qui, élevés dans la foi catholique ou protestante, refusent de faire baptiser leurs enfants, c'est-à-dire de les introduire au sein d'une communauté qu'elle soit protestante ou catholique.

L'argument dit et redit est le suivant : " Quand il sera plus grand, il décidera lui-même ".

La question n'est nullement de dire qu'ils ont raison ou qu'ils ont tort, la question est de constater que, de cette manière, la foi n'est plus transmise. J'ai eu pas plus tard que vendredi une conversation avec une amie qui regrettait que sa fille ne fasse pas baptiser ses enfants..........

Je prends la famille musulmane dont j'aide les enfants à l'école:
les filles A.. et R....voient leur maman se mettre à genoux sur le tapis de prière, dans la maison, sur le sol de la salle à manger, elles voient leur père égorger le mouton pour la fête de l'Aïd en prononçant les prières du Coran. Ces petites filles, l'une en CM 2, l'autre en 4 ème, sont imprégnées quotidiennement de la religion musulmane. Le Coran est dans la maison et Hassan va le chercher quand je lui pose des questions. Il connaît ma foi et nous nous respectons.

Voilà un élément.

La génération qui est en âge de procréer, de fonder une famille, qu'elle ait été élevée ou pas dans la religion chrétienne, ne transmet plus la foi.


Bonne journée mon cher J. P et que les lecteurs de ce forum me contestent en me donnant des tonnes de contre-exemples.

Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: L'Eglise et son temps.

Message par Jean Gauci » sam. sept. 06, 2014 10:12 am

Dominique Lang,

Merci de votre réponse mesurée et pleine de bon sens.
« Il ne suffit pas de renoncer aux mots compliqués pour que les choses soient plus simples » dites vous. Vous avez raison. La vulgarisation des mystères est une utopie. Pour autant, faut-il proposer aux fidèles des formulations qui exigent quelques années de théologie ? Je n’en suis pas sûr.
Il ne s’agit pas de « renoncer aux mots de la foi » mais, à mon sens de les purifier d’un archaïsme qui remonte au Concile de Trente !
L’aggiornamento souhaité par Jean XXIII et arrêté par Vatican II n’était-il pas une démarche en ce sens ?
Vous posez la question : comment être dans une proposition de la croissance de la foi ?
Permettez moi de suggérer qu’il faudrait commencer par donner envie de Dieu.
Envie de Dieu par une simplicité de langage, sans doute. Mais,je suis de votre avis pour dire que cela ne suffit pas.
Mais envie de Dieu en sortant les chrétiens de leur quant à soi, en sortant les clercs de leur cléricalisme, en vivant ses enthousiasmes de la foi comme les footballeurs vivent leur enthousiasme du foot.
Oser parler sans complexe de cet intimité de la foi comme on ose parler de ses enfants ou de ses passions ;
Oui, « donner envie »… d’essayer, de découvrir, d’approfondir dans un décor, par des paroles vraies, sans mièvrerie, par l’exemplarité de la vie et le courage d’oser la vérité, même à contre courant du penser correct ou des mouvements d’opinion.
La croissance de la foi, suppose la naissance de la foi.
La foi ne naitra pas dans un terreau de formalisme, de sclérose dans une tradition désuète, dans le divorce entre les incantations et l’exemplarité…
Je crois que cela s’appelle la conversion… des comportements, des mots, des priorités éclairées par un retour aux sources, par moins de discours et plus d’engagement.

Utopie ? sans doute… Comme le christianisme à son origine !

Bien cordialement.

jean gauci

PS. Dominique, revenez dans ces forums de temps en temps. Nous avons besoin de paroles de prêtre quand elle sont sincères, vraies et pertinentes.

levergero78

Re: L'Eglise et son temps.

Message par levergero78 » lun. sept. 08, 2014 10:43 am

Oui, Jean H.a tout à fait raison.

C'est par l'exemplarité dans la vie quotidienne à la maison, par la famille, que la foi se transmet vraiment. Et son exemple de la vie d'un foyer musulman est très juste.
Il est important, en effet, que les actes, même les plus petits, de la religion pratiquée par les parents soient effectués à l'intérieur du foyer et surtout qu'on en parle sans tabou.

Il y a aussi l'exemple de la messe du dimanche et des jours fériés où toute la famille doit aller dès le plus jeune âge des enfants. L'inscription au catéchisme voire aux louveteaux et aux scouts.

Cela nécessite un effort continu, pas toujours facile, de la part des parents. Faut-il aussi que ceux-ci aient une foi sans faille, ce qui n'est pas toujours gagné.

Ce phénomène est surtout présent chez les cathos tradis, peu chez les autres croyants sans doute par tiédeur et par flemme: je pense que c'est là une des explications de la déchristianisation de la société européenne.

Mais cela peut aussi avoir un effet contraire par le désir d'opposition, souvent instinctif, des enfants à leurs parents. En politique par exemple, des parents peuvent être de droite et cathos et leurs enfants, par opposition, s'afficheront de gauche : voir l'exemple typique d'Hollande François....


Enfin, l'ennui qui se dégage trop souvent pendant la messe car tout y est trop répétitif et les homélies souvent sans intérêt, voire même débiles, s'y ajoute et retire l'envie d' y retourner. Et ici on retrouve une des hypothèses de Jean G. si je l'ai bien compris.

Nic
Messages : 280
Inscription : mar. oct. 08, 2013 1:06 pm
Localisation : Aube

Re: L'Eglise et son temps.

Message par Nic » jeu. sept. 11, 2014 9:56 pm

Vous m'avez tous l'air bien malheureux dans vos paroisses. Je ne sais pas si les prêtres ont le temps de venir lire nos messages mais si par hasard un jeune qui se pose la question de la prêtrise passe par ici, il risque fort d'être découragé.

Répondre