Partage d'évangile du dimanche 14 mars 2021

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du dimanche 14 mars 2021

Message par hélios » lun. mars 08, 2021 8:58 am

Première lecture
La colère et la miséricorde du Seigneur manifestées par l’exil et la délivrance du peuple (2 Ch 36, 14-16.19-23)

Lecture du deuxième livre des Chroniques

En ces jours-là,
tous les chefs des prêtres et du peuple
multipliaient les infidélités,
en imitant toutes les abominations des nations païennes,
et ils profanaient la Maison
que le Seigneur avait consacrée à Jérusalem.
Le Seigneur, le Dieu de leurs pères,
sans attendre et sans se lasser,
leur envoyait des messagers,
car il avait pitié de son peuple et de sa Demeure.
Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu,
méprisaient ses paroles,
et se moquaient de ses prophètes ;
finalement, il n’y eut plus de remède
à la fureur grandissante du Seigneur contre son peuple.
Les Babyloniens brûlèrent la Maison de Dieu,
détruisirent le rempart de Jérusalem,
incendièrent tous ses palais,
et réduisirent à rien tous leurs objets précieux.
Nabucodonosor déporta à Babylone
ceux qui avaient échappé au massacre ;
ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils
jusqu’au temps de la domination des Perses.
Ainsi s’accomplit la parole du Seigneur
proclamée par Jérémie :
La terre sera dévastée et elle se reposera
durant 70 ans,
jusqu’à ce qu’elle ait compensé par ce repos
tous les sabbats profanés.

Or, la première année du règne de Cyrus, roi de Perse,
pour que soit accomplie la parole du Seigneur
proclamée par Jérémie,
le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse.
Et celui-ci fit publier dans tout son royaume
– et même consigner par écrit – :
« Ainsi parle Cyrus, roi de Perse :
Le Seigneur, le Dieu du ciel,
m’a donné tous les royaumes de la terre ;
et il m’a chargé de lui bâtir une maison
à Jérusalem, en Juda.
Quiconque parmi vous fait partie de son peuple,
que le Seigneur son Dieu soit avec lui,
et qu’il monte à Jérusalem ! »



Psaume
(136 (137), 1-2, 3, 4-5, 6)

R/ Que ma langue s’attache à mon palais
si je perds ton souvenir ! (cf. 136, 6a)

Au bord des fleuves de Babylone
nous étions assis et nous pleurions,
nous souvenant de Sion ;
aux saules des alentours
nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs
nous demandèrent des chansons,
et nos bourreaux, des airs joyeux :
« Chantez-nous, disaient-ils,
quelque chant de Sion. »

Comment chanterions-nous un chant du Seigneur
sur une terre étrangère ?
Si je t’oublie, Jérusalem,
que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue s’attache à mon palais
si je perds ton souvenir,
si je n’élève Jérusalem
au sommet de ma joie.



Deuxième lecture
« Morts par suite des fautes, c’est bien par grâce que vous êtes sauvés » (Ep 2, 4-10)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
Dieu est riche en miséricorde ;
à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes,
il nous a donné la vie avec le Christ :
c’est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités
et il nous a fait siéger aux cieux,
dans le Christ Jésus.
Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs,
la richesse surabondante de sa grâce,
par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus.
C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés,
et par le moyen de la foi.
Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil.
C’est Dieu qui nous a faits,
il nous a créés dans le Christ Jésus,
en vue de la réalisation d’œuvres bonnes
qu’il a préparées d’avance
pour que nous les pratiquions.


Évangile
« Dieu a envoyé son Fils pour que, par lui, le monde soit sauvé » (Jn 3, 14-21)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème :
« De même que le serpent de bronze
fut élevé par Moïse dans le désert,
ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
Car Dieu a tellement aimé le monde
qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement,
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici :
la lumière est venue dans le monde,
et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière,
parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Celui qui fait le mal déteste la lumière :
il ne vient pas à la lumière,
de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ;
mais celui qui fait la vérité vient à la lumière,
pour qu’il soit manifeste
que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

© AELF

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 14 mars 2021

Message par hélios » jeu. mars 11, 2021 5:34 pm

Dans cet évangile, un pharisien, Nicodème, demande à rencontrer Jésus.

Ce Nicodème est un théologien juif important, membre du Sanhédrin. Il pressent que Jésus est très différent de tous les prophètes qui circulaient en Palestine à cette époque. L'extrait que nous lisons est une suite de la conversation commencée 14 versets avant.

Et pour commencer, un verset un peu énigmatique :
« De même que le serpent de bronze
fut élevé par Moïse dans le désert,
ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.

Jésus fait allusion à un épisode raconté dans le Premier Testament, très précisément, le Livre des Nombres 21 8-9.

Nicodème connaissait bien cet épisode : les Hébreux conduits par Moïse dans le désert sont confrontés à la faim et ils pestent contre Dieu et contre Moïse.

Alors Dieu envoie contre eux des serpents brûlants.....De très nombreux Hébreux périssent....si bien qu'ils demandent à Dieu et à Moïse d'éloigner ces serpents.

Le Seigneur dit à Moïse de faire un serpent en bronze et de le monter sur une hampe. Les Hébreux atteints de morsures en regardant le serpent seront guéris.....

Jésus compare cette histoire au Fils de l'homme qui sera élevé sur une croix......" afin que tout homme qui croit ait la vie éternelle".

Dans ce verset est introduit un mot essentiel pour Jean " tout homme qui croit ". CROIRE. C'est un mot essentiel.
Que tout homme qui croit ait la vie éternelle
Qu'est-ce que c'est la vie éternelle ? Une vie sans limites de temps ? Cette expression en Grec correspond à une vie pleine, riche, accomplie.

Dans notre expérience quotidienne, nous ressentons tous ce sentiment de plénitude qu'apporte la foi. Non pas qu'elle nous donne un supplément d'âme, mais elle nous guide vers le bien et donc vers une vie vécue en plénitude.

Comprise dans ce sens, la vie éternelle ce n'est pas dans une autre vie c'est maintenant dans la mesure où l'on croit.


Ce soir, je poursuivrai le commentaire de cette page mais dès maintenant toutes vos remarques seront accueillies.

Lire le Livre des Nombres 21 4-9

Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 14 mars 2021

Message par hélios » ven. mars 12, 2021 11:41 am

Car Dieu a tellement aimé le monde
qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle.
Dans ce verset chacun peut lire que l'idée développée dans le verset précédent est reprise et amplifiée : la foi, la vie éternelle au sens où nous l'avons définie : une vie en plénitude, dès maintenant, sur cette terre.

Une partie du verset nous interroge : "car Dieu a tellement aimé le monde ". De quel monde s'agit-il ? Nous avons pu observer et dire que des mots très utilisés comme "le monde" ont un sens ou des sens différents chez Jean. Il me semble que, ici, le monde veut dire "la création" que Dieu a trouvé "bonne" comme il est dit dans le Livre de la Genèse. Donc, loin de s'épancher sur la laideur Jean insiste sur la beauté de la création dont on peut vérifier chaque jour la vérité. Et Dieu "a donné" son Fils unique.....
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement,
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Dans ce verset, apparaît un mot " jugement" et le verbe "juger". Nous savons bien que ce mot a été très utilisé dans le christianisme parfois à tort et à travers et surtout à tort. Pire : "le Jugement dernier".

" Juger le monde" qu'est-ce que ça veut dire ?

Ce mot a trop souvent un sens de "juger" au sens judiciaire. Jésus en majesté, jugeant sur les tympans des églises romanes.

Ce sont des chefs-d'oeuvre de l'art médiéval mais des contre-sens absolus.

Le mot "juger", en grec signifie aussi "discerner". Jésus n'est pas venu pour nous "juger". A lui s'applique aussi le "Tu ne jugeras point ". A plus forte raison, il n'y a pas de Jugement dernier, définitif. Mais réapparaît une fois encore l'importance de la foi : "croire au nom du Fils unique de Dieu "

Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 14 mars 2021

Message par hélios » dim. mars 14, 2021 5:04 pm

Ce dimanche matin 14 mars, j'écoute sur la 2 la prédication d'un Père de la Mission de France à Calais.

Le thème de sa prédication est l'extrait de l'évangile de Jean.

Je trouve que cette prédication est très riche et force l'écoute. Le Père Cozanne ( je crois) a dégagé une phrase de cet extrait :

" Dieu a tant aimé le monde". Et cette phrase est le fil d'Ariane de sa prédication.

En écoutant attentivement le Père Cozanne, je comprends bien que la lecture des textes de la Bible a été pour les catholiques une lecture orale à la messe. L'essentiel, c'est la prédication qui a pour but de dégager un thème et de le développer. La prédication n'est évidemment pas un commentaire de texte ou une étude de texte.

C'est pourquoi, je pense, que cette rubrique du forum a tellement de mal à exister.

L'étude des textes ( explication des mots, problème de traduction etc) est réservée aux théologiens dont c'est le "métier" de les "triturer" pour les commenter pendant la messe.

Qu'importe, pour moi, ce soir, je vais reprendre la lecture de Jean à la lumière de la prédication du Père Cozanne.

Hélios

Répondre