Partage d'évangile du dimanche 20 décembre

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Partage d'évangile du dimanche 20 décembre

Message par Jean Gauci » lun. déc. 14, 2020 7:23 pm

PREMIÈRE LECTURE

La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S 7, 1-5.8b-12.14a.16)

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison.
Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité
en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.
Le roi dit alors au prophète Nathan :
« Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre,
et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! »
Nathan répondit au roi :
« Tout ce que tu as l’intention de faire,
fais-le, car le Seigneur est avec toi. »
Mais, cette nuit-là,
la parole du Seigneur fut adressée à Nathan :
« Va dire à mon serviteur David :
Ainsi parle le Seigneur :
Est-ce toi qui me bâtiras une maison
pour que j’y habite ?
C’est moi qui t’ai pris au pâturage,
derrière le troupeau,
pour que tu sois le chef de mon peuple Israël.
J’ai été avec toi partout où tu es allé,
j’ai abattu devant toi tous tes ennemis.
Je t’ai fait un nom aussi grand
que celui des plus grands de la terre.
Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël,
je l’y planterai, il s’y établira
et ne tremblera plus,
et les méchants ne viendront plus l’humilier,
comme ils l’ont fait autrefois,
depuis le jour où j’ai institué des juges
pour conduire mon peuple Israël.
Oui, je t’ai accordé la tranquillité
en te délivrant de tous tes ennemis.

Le Seigneur t’annonce
qu’il te fera lui-même une maison.
Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
je te susciterai dans ta descendance un successeur,
qui naîtra de toi,
et je rendrai stable sa royauté.
Moi, je serai pour lui un père ;
et lui sera pour moi un fils.
Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(88 (89), 2-3, 4-5, 27.29)

R/ Ton amour, Seigneur,
sans fin je le chante !
(cf. 88, 2a)

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

« Il me dira : ‘Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !’
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle. »

DEUXIÈME LECTURE
Le mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant manifesté (Rm 16, 25-27)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
à Celui qui peut vous rendre forts
selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ :
révélation d’un mystère
gardé depuis toujours dans le silence,
mystère maintenant manifesté
au moyen des écrits prophétiques,
selon l’ordre du Dieu éternel,
mystère porté à la connaissance de toutes les nations
pour les amener à l’obéissance de la foi,
à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ,
à lui la gloire pour les siècles. Amen.


ÉVANGILE
« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.

©AELF

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 20 décembre

Message par Flor » mar. déc. 15, 2020 10:58 pm

ANNONCIATION. MYSTERE de l'INCARNATion.

Devant ce texte, je retrouve l'émotion première en découvrant la sublime fresque de FRA ANGELICO dans le couvent San Marco de Florence!!

Marie, très jeune, les bras croisés sur sa poitrine , est tendue vers l' Ange qui lui parle .

Je laisse la parole à Anne Lécu :

"L'intervention d'un Ange est toujours une manière délicate de signifier une rencontre qui dépasse tout ce que l'on peut imaginer.
A un moment donné , Marie, comprend intérieurement qu'elle a un avenir complètement différent de celui qu'elle avait prévu.
Et elle l'accepte.
Elle a FOI en une Parole très mystérieuse, extrêmement intime, que personne ne ne peut affirmer connaître.
Ce qui se passe au fond de Marie dans cette rencontre avec DIEU, personne ne peut en parler "

Marie, juive, connaît l'Ecriture... Elle tient encore son livre entre ses doigts. Elle était sûrement en profonde méditation."
"L'Ange entra chez elle".... dans son intimité, dans son silence intérieur.

Et Anne continue :
"Elle comprend qu elle va tomber enceinte mais ne sait pas comment "

L'Evangéliste est précis :
" L'esprit viendra sur toi .... Il te couvrira de son ombre ..."
DIEU se donne et Marie reçoit !

Magnifique Acte d'AMOUR ! Elle accepte !
"Que tout m'advienne selon ta Parole !"

Et l'Ange la quitta. Finie la Parole intime, inouïe !
Maintenant, Marie va vivre sa vie de femme.... vers des lendemains qu'elle ignore.
"Gardant tout dans son coeur", confiante en l 'ESPRIT qui l'accompagne... avec Joseph !

Comme j'aime te voir ainsi , MARIE , comme une femme ... "entre toutes les femmes " !

et non comme une déesse couronnée , affublée de tous les qualificatifs redondants des litanies !!

Réjouis-toi , MARIE, comblée de grâce, entre toutes les femmes !

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 20 décembre

Message par Jean Gauci » ven. déc. 18, 2020 12:06 pm

Marie que j'aime ...
Tout a été dit sur Marie. Tout et peut-être beaucoup trop.
Tout a été exprimé en peinture, en architecture, en sculpture, en littérature, sur la Vierge Marie ... Tout et peut-être beaucoup trop.
Le culte de la Vierge Marie oscille parfois entre une sentimentalité puérile et une mariolâtrie insupportable. Aimer la sainte Vierge, ça ne peut pas se concilier avec des inexactitudes voire des sottises. En créant un être irréel à force d'être paré d'attributs célestes et de vocables symboliques et confus, on a rendu la Vierge Marie inaccessible et lointaine, plus proche des déesses de la mythologie que des saints de notre terre. Je ne supporte pas les statues de la Sainte Vierge couvertes de dorures et de bijoux, étouffant sous les roses et le tulle .... Je ne supporte pas ces
« Sainte Vierge» au regard perdu, aux attitudes dolentes et compassées.

La Vierge que j'aime n'est pas celle des vitraux ou des basiliques, ce n'est pas non plus celle des miracles et des processions.
La sainte Vierge que j'aime, c'est celle qui réellement a vécu, aimé et souffert, c'est cette femme faite de la même chair que nous, subordonnée aux mêmes fragilités, animée de la même sensibilité que nous. C'est cette femme qui riait, s'inquiétait, s'attristait, se réjouissait, cette femme qui vivait de la même vie que nous.
La Marie que j'aime est une femme ordinaire, pas nécessairement belle, ni infiniment intelligente mais capable d'accueillir la grâce de Jésus Christ sans réserve et sans limite. Une femme qui fut une petite fille joueuse et espiègle; une jeune fille amoureuse d'un jeune charpentier qui rêva d'un grand amour et eut envie d'enfants; une femme qui connut la maladie, la souffrance et la mort; une femme comme il y en eut des milliards avant elle et des milliards après elle.
La Marie que j'aime n'est pas installée sur les clochers des églises et ne domine pas des foules en procession, c'est une petite juive ordinaire du temps de Jésus qui se sauve avec son mari pour protéger son enfant.
Ce n'est pas un docteur de l'Eglise mais une mère qui ne comprend pas pourquoi son fils lui a joué un si mauvais tour en lui faussant compagnie pour discuter avec les docteurs de la synagogue, mais qui accepte et « garde ces choses dans son cœur ».
La Marie que j'aime n'annonce pas de nouvelles extraordinaires et mystérieuses comme à Fatima mais ne pose aucun préalable et ne cherche pas à comprendre l'incompréhensible avant de s'engager dans l'aventure risquée et périlleuse que lui propose Gabriel.
La Vierge que j'aime ne se demande pas si elle siègera à la droite ou à la gauche de son fils ... cette idée ne lui vient pas à l'esprit. C'est celle suivra pas à pas le condamné sur le chemin du Golgotha au milieu des insultes et des crachats; Celle qui sera encore au pied de la croix, seule, quand le sacré collège des apôtres aura pris le maquis des lâches ...
La sainte Vierge que j'aime est celle qui a d'abord été tellement humaine et tellement femme qu'on ne l'aurait pas distinguée d'une autre si l'un de nous l'avait rencontrée dans la rue ... mais une femme qui a accueilli le don de Dieu de façon si totale que ses gestes quotidiens ont été transfigurés et que sa vie a constitué une œuvre humaine si parfaite que Dieu a voulu qu'elle soit intégralement transportée auprès de Lui.
La Vierge Marie que j'aime c'est celle qui, confrontée au même parcours terrestre que tous les autres hommes, handicapée comme eux, soumise comme eux et comme le Christ à la tentation, a montré de quels prodiges la grâce de Dieu était capable quand elle était accueillie dans le cœur d'une sainte. Alors, prenant la familiarité du tutoiement qu'on s'autorise avec des parents, des amis, des intimes, j'aimerais lui dire:
« Je te salue, Marie, toi qui as si parfaitement rempli ta vie.
Le Seigneur est avec toi, en toi et par toi il nous devient plus accessible.
Tu es la plus extraordinaire des enfants des hommes et la plus merveilleuse créature de Dieu. En donnant naissance à Dieu, tu as ennobli notre nature humaine.
Marie, Toi qui as suivi les mêmes chemins, connu les mêmes difficultés que nous, montre nous comment répondre aux exigences de la grâce.
Apprends nous comment dire « fiat » aux appels les plus inattendus du Seigneur et quand la demande est trop exigeante, aide nous à ajouter « Magnificat»
Sois près de nous à chaque instant et accompagne nous jusqu'à Jésus Christ, au moment où notre vie s'achèvera. »
Amen.

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 20 décembre

Message par Flor » ven. déc. 18, 2020 9:51 pm

Après ce texte magnifique et si riche pour une longue méditationn....je peux vouss raconter une petite histoire -bien légère - mais vraie !

Une grand-mère me raconte : je montre une statue de Marie à ma petite fille. Une statue couronnée .... avec une grande couronne.

-" Oh ! mamie ,tu as vu ? Elle a eu la fève ! ...."

Bon Noël à tous !!

Répondre