Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Message par hélios » mer. juil. 15, 2020 8:36 am

Première lecture
« Après la faute tu accordes la conversion » (Sg 12, 13.16-19)

Lecture du livre de la Sagesse

Il n’y a pas d’autre dieu que toi,
qui prenne soin de toute chose :
tu montres ainsi que tes jugements ne sont pas injustes.
Ta force est à l’origine de ta justice,
et ta domination sur toute chose
te permet d’épargner toute chose.
Tu montres ta force
si l’on ne croit pas à la plénitude de ta puissance,
et ceux qui la bravent sciemment, tu les réprimes.
Mais toi qui disposes de la force,
tu juges avec indulgence,
tu nous gouvernes avec beaucoup de ménagement,
car tu n’as qu’à vouloir pour exercer ta puissance.
Par ton exemple tu as enseigné à ton peuple
que le juste doit être humain ;
à tes fils tu as donné une belle espérance :
après la faute tu accordes la conversion.



Psaume
(Ps 85 (86), 5-6, 9ab.10, 15-16ab)

R/ Toi qui es bon et qui pardonnes,
écoute ma prière, Seigneur. (cf. Ps 85, 5a.6a)


Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.

Toutes les nations, que tu as faites,
viendront se prosterner devant toi,
car tu es grand et tu fais des merveilles,
toi, Dieu, le seul.

Toi, Seigneur, Dieu de tendresse et de pitié,
lent à la colère, plein d’amour et de vérité !
Regarde vers moi,
prends pitié de moi.



Deuxième lecture
« L’Esprit lui-même intercède par des gémissements inexprimables » (Rm 8, 26-27)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse,
car nous ne savons pas prier comme il faut.
L’Esprit lui-même intercède pour nous
par des gémissements inexprimables.
Et Dieu, qui scrute les cœurs,
connaît les intentions de l’Esprit
puisque c’est selon Dieu
que l’Esprit intercède pour les fidèles.


Évangile
« Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson » (Mt 13, 24-43)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus proposa cette parabole à la foule :
« Le royaume des Cieux est comparable
à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
Or, pendant que les gens dormaient,
son ennemi survint ;
il sema de l’ivraie au milieu du blé
et s’en alla.
Quand la tige poussa et produisit l’épi,
alors l’ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire :
‘Seigneur, n’est-ce pas du bon grain
que tu as semé dans ton champ ?
D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?’
Il leur dit :
‘C’est un ennemi qui a fait cela.’
Les serviteurs lui disent :
‘Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?’
Il répond :
‘Non, en enlevant l’ivraie,
vous risquez d’arracher le blé en même temps.
Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ;
et, au temps de la moisson,
je dirai aux moissonneurs :
Enlevez d’abord l’ivraie,
liez-la en bottes pour la brûler ;
quant au blé, ramassez-le
pour le rentrer dans mon grenier.’ »

Il leur proposa une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable
à une graine de moutarde qu’un homme a prise
et qu’il a semée dans son champ.
C’est la plus petite de toutes les semences,
mais, quand elle a poussé,
elle dépasse les autres plantes potagères
et devient un arbre,
si bien que les oiseaux du ciel viennent
et font leurs nids dans ses branches. »
Il leur dit une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable
au levain qu’une femme a pris
et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine,
jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »

Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles,
et il ne leur disait rien sans parabole,
accomplissant ainsi la parole du prophète :
J’ouvrirai la bouche pour des paraboles,
je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde.
Alors, laissant les foules, il vint à la maison.
Ses disciples s’approchèrent et lui dirent :
« Explique-nous clairement
la parabole de l’ivraie dans le champ. »
Il leur répondit :
« Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ;
le champ, c’est le monde ;
le bon grain, ce sont les fils du Royaume ;
l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais.
L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ;
la moisson, c’est la fin du monde ;
les moissonneurs, ce sont les anges.
De même que l’on enlève l’ivraie
pour la jeter au feu,
ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
Le Fils de l’homme enverra ses anges,
et ils enlèveront de son Royaume
toutes les causes de chute
et ceux qui font le mal ;
ils les jetteront dans la fournaise :
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Alors les justes resplendiront comme le soleil
dans le royaume de leur Père.

Celui qui a des oreilles,
qu’il entende ! »

© AELF


hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Message par hélios » ven. juil. 17, 2020 8:44 am

Nous sommes revenus depuis quelques dimanches à l'évangile de Matthieu et à l'utilisation par Jésus des paraboles pour parler aux foules. Trois sont évoquées mais une seule fera l'objet d'une exégèse, celle qui concerne le "bon grain et l'ivraie".

Dans un premier temps, c'est Jésus qui raconte la parabole aux foules.

Dans un deuxième temps, c'est Matthieu qui "décrypte" comme on le dirait aujourd'hui la parabole pour le milieu juif auquel il appartient.

Le semeur sème le blé, "le bon grain" dans son champ. Le diable vient semer la mauvaise herbe, "l'ivraie" dans le même champ. Faut-il éradiquer l'ivraie tout de suite au risque de détruire aussi le bon grain ?

On est quand même frappé par le radicalisme de cette présentation.

Ivraie et bon grain vont se développer " en parallèle" comme si ces deux mondes pouvaient se développer sans se détruire.

Après tout, si l'ivraie n'étouffe pas le bon grain, le semeur a tout à fait raison de le laisser se développer..........C'est au moment de la moisson , que le semeur pourra mettre "à part" le bon grain puis l'ivraie qu'il détruira.

Mais qu'est-ce que c'est ce temps de la moisson ?

L'évangéliste Matthieu dit que la "moisson" représente "la fin du monde".
la moisson, c’est la fin du monde ;
les moissonneurs, ce sont les anges.
De même que l’on enlève l’ivraie
pour la jeter au feu,
ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
Cette notion de "fin du monde ", de "Jugement final" sont propres, je pense, à la conception du Judaïsme. Or, comme nous l'avons dit, Matthieu s'adresse à un milieu juif. Il est donc naturel qu'il fasse référence à cette notion.

Mais est-elle bien chrétienne ?

J'attends de savoir avec impatience comment les prêtres ou pasteurs vont nous aider à y voir clair.

Ce qui est certain, c'est que cette fin du monde où les "bons" seront appelés auprès de Dieu et les méchants envoyés au feu de l'enfer a inspiré les sculpteurs du Moyen-Age. Je pense au superbe tympan de l'église de Sainte Foy de Conques........

Ma question est donc la suivante : comment comprendre cette parabole aujourd'hui ? Christ n'est-il pas venu pour nous sauver TOUS ?

L'ivraie fait partie de la "biodiversité" et rien ne dit dans cet évangile qu'elle n'est pas utile au développement du "bon grain" ?

Pardonnez-moi mes amis d'avoir plus de questions que de réponses... Mais justement l'intérêt de cette rubrique c'est d'avoir plus de questions et de doute que de certitudes. C'est l'échange qui devrait nous permettre de "faire église", communauté de foi....puisqu'il est question, par ailleurs des "églises qui se vident".

Jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Message par hélios » lun. juil. 20, 2020 8:32 am

Pendant le week-end, j'ai eu le temps d'écouter diverses interventions sur l'évangile de Matthieu.

Je vous en fait part:

-Tout d'abord, parfois, le découpage du texte à lire n'est pas le même:

Ainsi, hier, dimanche, lors de la messe télévisée sur Antenne 2, n'a été lue que la parabole. Non lue, la partie où Jésus, à la demande de ses disciples, donne une interprétation de cette parabole. En outre, celui qui sème l'ivraie ( zizanie en grec) est appelé "le Diable" dans la traduction que vous avez lue sur ce forum et "ennemi" dans plusieurs autres traductions.

Or, ennemi et Diable, ce n'est quand même pas la même chose.

Je vais vous dire le fond de ma pensée : j'ai l'impression que l'Eglise, dans la lecture qu'elle fait aujourd'hui, "évacue" la notion de "Jugement dernier" où les bons sont dans la lumière et les mauvais jetés au feu. Cette interprétation-là n'est pas très "tendance"

Il y aurait donc intérêt à lire d'un peu plus près cette notion de "Jugement dernier". Est-ce, comme je l'ai écrit sur le forum une conception présente dans le Judaïsme ou bien le christianisme la reprend-il à son compte ?

Y a-t-il un mal absolu, irréparable et un mal "relatif" qui peut-être réparé ?

Voilà la question que je me suis posé au terme de ce week-end après ces lectures ?

Jean-Hélios

Jacqueline A.
Messages : 0
Inscription : ven. mai 29, 2020 10:36 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Message par Jacqueline A. » lun. juil. 20, 2020 10:23 am

Je n'ai pas trop le temps de m'étaler sur le sujet aujourd'hui, mais quelque chose me fait réagir :

"Cette notion de "fin du monde ", de "Jugement final" sont propres, je pense, à la conception du Judaïsme."

Je vous livre une réflexion de Chouraqui qui est expert en la matière :

"Au sujet du shéol, A. Chouraqui (La vie quotidienne des hommes de la Bible, Paris, 1978, p. 213, 214) a fait ce commentaire : “Tous les morts, même ceux qui n’ont pas été enterrés, sont groupés au Shéol : [...] tous, les rois comme les simples mortels, subissent un sort égal et si peu enviable que les morts eux-mêmes ignorent sa gravité. [...] Les morts ne louent pas Elohim. [...] [Le shéol] se situe sous terre [...]. Nulle part il n’est question, chez les Hébreux, d’un Enfer où se régleraient les comptes de cette vie.”

Donc, Jésus est effectivement venu sur terre pour sauver tout le monde, et c'est là le point principal et la nouveauté, ce qui fait de lui le Messie, mais il ne faut pas oublier qu'il laisse la liberté à chacun de nous de choisir. Je me réfère donc au Crédo : " .....est assis à la droite de Dieu d'où il viendra juger les vivants et les morts ....."

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 19 JUILLET 2020

Message par hélios » lun. juil. 20, 2020 3:39 pm

Merci Jacqueline pour votre intervention et votre référence au credo.

Il y a bien un "jugement" de Dieu à la fin des temps.

Les protestants ne récitent pas le credo mais le Notre Père qui ne fait aucune allusion à un "jugement dernier " quelconque.

Cette croyance en la fin du monde et ce jugement existait dans les milieux juifs auxquels Matthieu s'adresse.

Oui, cette parabole du bon grain et de l'ivraie est très très importante.

Hélios

Répondre