Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » lun. mars 16, 2020 9:56 am

Première lecture
David reçoit l’onction comme roi d’Israël (1 S 16, 1b.6-7.10-13a)

Lecture du premier livre de Samuel

En ces jours-là,
le Seigneur dit à Samuel :
« Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars !
Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem,
car j’ai vu parmi ses fils mon roi. »
Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab,
il se dit :
« Sûrement, c’est lui le messie,
lui qui recevra l’onction du Seigneur ! »
Mais le Seigneur dit à Samuel :
« Ne considère pas son apparence ni sa haute taille,
car je l’ai écarté.
Dieu ne regarde pas comme les hommes :
les hommes regardent l’apparence,
mais le Seigneur regarde le cœur. »
Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils,
et Samuel lui dit :
« Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »
Alors Samuel dit à Jessé :
« N’as-tu pas d’autres garçons ? »
Jessé répondit :
« Il reste encore le plus jeune,
il est en train de garder le troupeau. »
Alors Samuel dit à Jessé :
« Envoie-le chercher :
nous ne nous mettrons pas à table
tant qu’il ne sera pas arrivé. »
Jessé le fit donc venir :
le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau.
Le Seigneur dit alors :
« Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! »
Samuel prit la corne pleine d’huile,
et lui donna l’onction au milieu de ses frères.
L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là.



Psaume
(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.


Deuxième lecture
« Relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera » (Ep 5, 8-14)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
autrefois, vous étiez ténèbres ;
maintenant, dans le Seigneur, vous êtes lumière ;
conduisez-vous comme des enfants de lumière
– or la lumière
a pour fruit tout ce qui est bonté, justice et vérité –
et sachez reconnaître
ce qui est capable de plaire au Seigneur.
Ne prenez aucune part aux activités des ténèbres,
elles ne produisent rien de bon ;
démasquez-les plutôt.
Ce que ces gens-là font en cachette,
on a honte même d’en parler.
Mais tout ce qui est démasqué
est rendu manifeste par la lumière,
et tout ce qui devient manifeste est lumière.
C’est pourquoi l’on dit :
Réveille-toi, ô toi qui dors,
relève-toi d’entre les morts,
et le Christ t’illuminera.


Évangile
« Il s’en alla et se lava ; quand il revint, il voyait » (Jn 9, 1-41)



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
en sortant du Temple,
Jésus vit sur son passage
un homme aveugle de naissance.
Ses disciples l’interrogèrent :
« Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents,
pour qu’il soit né aveugle ? »
Jésus répondit :
« Ni lui, ni ses parents n’ont péché.
Mais c’était pour que les œuvres de Dieu
se manifestent en lui.
Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé,
tant qu’il fait jour ;
la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler.
Aussi longtemps que je suis dans le monde,
je suis la lumière du monde. »
Cela dit, il cracha à terre
et, avec la salive, il fit de la boue ;
puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle,
et lui dit :
« Va te laver à la piscine de Siloé »
– ce nom se traduit : Envoyé.
L’aveugle y alla donc, et il se lava ;
quand il revint, il voyait.

Ses voisins, et ceux qui l’avaient observé auparavant
– car il était mendiant –
dirent alors :
« N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »
Les uns disaient :
« C’est lui. »
Les autres disaient :
« Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. »
Mais lui disait :
« C’est bien moi. »
Et on lui demandait :
« Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts ? »
Il répondit :
« L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue,
il me l’a appliquée sur les yeux et il m’a dit :
‘Va à Siloé et lave-toi.’
J’y suis donc allé et je me suis lavé ;
alors, j’ai vu. »
Ils lui dirent :
« Et lui, où est-il ? »
Il répondit :
« Je ne sais pas. »

On l’amène aux pharisiens, lui, l’ancien aveugle.
Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue
et lui avait ouvert les yeux.
À leur tour, les pharisiens lui demandaient comment il pouvait voir.
Il leur répondit :
« Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé,
et je vois. »
Parmi les pharisiens, certains disaient :
« Cet homme-là n’est pas de Dieu,
puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. »
D’autres disaient :
« Comment un homme pécheur
peut-il accomplir des signes pareils ? »
Ainsi donc ils étaient divisés.
Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle :
« Et toi, que dis-tu de lui,
puisqu’il t’a ouvert les yeux ? »
Il dit :
« C’est un prophète. »
Or, les Juifs ne voulaient pas croire
que cet homme avait été aveugle
et que maintenant il pouvait voir.
C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents
et leur demandèrent :
« Cet homme est bien votre fils,
et vous dites qu’il est né aveugle ?
Comment se fait-il qu’à présent il voie ? »
Les parents répondirent :
« Nous savons bien que c’est notre fils,
et qu’il est né aveugle.
Mais comment peut-il voir maintenant,
nous ne le savons pas ;
et qui lui a ouvert les yeux,
nous ne le savons pas non plus.
Interrogez-le,
il est assez grand pour s’expliquer. »
Ses parents parlaient ainsi
parce qu’ils avaient peur des Juifs.
En effet, ceux-ci s’étaient déjà mis d’accord
pour exclure de leurs assemblées
tous ceux qui déclareraient publiquement que Jésus est le Christ.
Voilà pourquoi les parents avaient dit :
« Il est assez grand, interrogez-le ! »

Pour la seconde fois,
les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle,
et ils lui dirent :
« Rends gloire à Dieu !
Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »
Il répondit :
« Est-ce un pécheur ?
Je n’en sais rien.
Mais il y a une chose que je sais :
j’étais aveugle, et à présent je vois. »
Ils lui dirent alors :
« Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »
Il leur répondit :
« Je vous l’ai déjà dit,
et vous n’avez pas écouté.
Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ?
Serait-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses disciples ? »
Ils se mirent à l’injurier :
« C’est toi qui es son disciple ;
nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples.
Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ;
mais celui-là, nous ne savons pas d’où il est. »
L’homme leur répondit :
« Voilà bien ce qui est étonnant !
Vous ne savez pas d’où il est,
et pourtant il m’a ouvert les yeux.
Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs,
mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce.
Jamais encore on n’avait entendu dire
que quelqu’un ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance.
Si lui n’était pas de Dieu,
il ne pourrait rien faire. »
Ils répliquèrent :
« Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance,
et tu nous fais la leçon ? »
Et ils le jetèrent dehors.

Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors.
Il le retrouva et lui dit :
« Crois-tu au Fils de l’homme ? »
Il répondit :
« Et qui est-il, Seigneur,
pour que je croie en lui ? »
Jésus lui dit :
« Tu le vois,
et c’est lui qui te parle. »
Il dit :
« Je crois, Seigneur ! »
Et il se prosterna devant lui.

Jésus dit alors :
« Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement :
que ceux qui ne voient pas
puissent voir,
et que ceux qui voient
deviennent aveugles. »
Parmi les pharisiens, ceux qui étaient avec lui
entendirent ces paroles et lui dirent :
« Serions-nous aveugles, nous aussi ? »
Jésus leur répondit :
« Si vous étiez aveugles,
vous n’auriez pas de péché ;
mais du moment que vous dites : ‘Nous voyons !’,
votre péché demeure. »



AELF

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » lun. mars 16, 2020 4:48 pm

David reçoit l’onction comme roi d’Israël (1 S 16, 1b.6-7.10-13a)

Lecture du premier livre de Samuel



Avec cet épisode, nous sommes devant un moment essentiel de l'histoire d'Israël.......

Après la conquête de la Terre Promise par les Hébreux, ils se donnent un roi, "oint par le Seigneur" .

Ce moment , la fondation de la royauté" va marquer pour toujours l'histoire de ce peuple.

Ce texte, extrait du Livre de Samuel, indique que c'est Dieu qui choisit le roi au sein de la famille de Jessé.

Mais comment ?


Le livre de Samuel répond de la manière la plus catégorique :
Dieu ne regarde pas comme les hommes :
les hommes regardent l’apparence,
mais le Seigneur regarde le cœur. »
L'apparence, c'est surtout l'apparence "physique". Le Seigneur, lui, regarde le "coeur". Sans doute cette notion de "coeur" mériterait une définition. On la trouvera définie tout au long des gestes et comportements de David même s'ils ne sont pas sans tâches. C'est en face des événements de la vie que se révèlent les qualités de "coeur".

David reçoit l'onction avec de l'huile.......comme au baptême. L'onction se fait avec les mains et l'huile.

Jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 17, 2020 9:46 am

David reçoit l’onction comme roi d’Israël (1 S 16, 1b.6-7.10-13a)

Lecture du premier livre de Samuel


Un ajout au commentaire d'hier.

Le nom de Jessé est très important. Il est le père de David, premier roi d'Israël et il est originaire de Bethléem.

Si vous vous reportez aux premiers versets de l'évangile de Matthieu, lus au mois de décembre, les noms de Jessé et David figurent dans la généalogie de... Jésus.

Les textes de l'Ancien Testament qui sont donnés à lire pendant cette période précédant la Passion et la Résurrection sont autant de jalons importants de l'histoire du peuple d'Israël. Après Moïse, la semaine dernière, Jessé et David cette semaine.

La période de Carême est une invitation à revenir aussi sur notre propre histoire avec ses hauts et ses bas....


Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par Jean Gauci » mer. mars 18, 2020 10:16 am

Dans la lettre aux Éphésiens, Paul parle de lumière; Dans l'Evangile, tout tourne autour de l'aveugle à qui le Christ a rendu la vue et l'accès à la lumière.
La lumière, c'est la vérité. Ce n'est pas seulement pour accomplir un acte de charité que le Christ guérit l'aveugle né, c'est pour illustrer son message : éclairer le monde et lui annoncer la vérité.
Mais qu'est-ce que la vérité ? Sujet de réflexion et de méditation difficile à commenter. Peut-être est-il plus facile de dire ce qu'est le mensonge et l'erreur. Prendre quelque chose pour ce qu'elle n'est pas. Dire le contraire de sa pensée. Aller à contre sens du bien, du vrai, du beau. Bafouer les règles de la vie.
Le Christ nous dit : " Je suis la Vérité et la Vie" toute la vérité n'est pas accessible à notre petite cervelle. Les philosophes qui passent leur vie à disserter sur la vérité arrivent à des conclusions totalement différentes. En fait, tous les hommes sont des aveugles qui cherchent la vérité, qui s'en approchent parfois mais ne la trouvent jamais par eux mêmes.
Alors les aveugles que nous sommes avons besoin d'être guéris de notre cécité. Nos efforts honnêtes et sincères peuvent nous permettre de nous en approcher. Seule la foi nous ouvre les portes de la vérité et de la vie.

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par Flor » mer. mars 18, 2020 2:57 pm

"Je suis la LUMIERE du monde "
" Je suis la VERITE" ( La Vérité VRAIE , comme disait un gamin !)

Il y a ceux qui "possèdent" la Vérité! Ceux qui débitent leur "savants commentaires " et s'éblouissent eux mêmes ... mais nous étourdissent !!

Il y a ces faux prophètes qui guident les autres avec " leur lumière " ... mais qui s'avèrent , hélas , de fieffés pervers !!

JESUS ,toi seul, tu es la LUMIERE et la VERITE !
Toi , seul, tu peux nous guérir "de notre cécité" !

Et , sur nos chemins , nous rencontrons , parfois, des hommes , des femmes, qui ne possèdent pas la LUMIERE , mais sont de petites lucioles de DIEU !
par leur attention, leur bienveillance , leur main tendue aux autres .....

Nous en avons de beaux témoignages en ces jours difficiles !!

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » jeu. mars 19, 2020 10:16 am

Jésus guérit un aveugle de naissance. Jean 9 1-41


Le texte de l'évangile de Jean du dimanche 22 mars est très long mais très riche. C'est une très belle page de littérature.

Pour le comprendre, il me semble important de le mettre dans son contexte.

Si vous le pouvez, lisez les chapitres 7 et 8 de l'évangile de Jean.

J'en fais ici un très bref résumé: Jésus est à Jérusalem pour la fête juive des Tentes ( la fin du cycle annuel des récoltes ). Là il est en butte aux pharisiens de plus en plus combatifs contre sa personne. En fait, Jésus et les pharisiens ne parlent pas la même langue. On dirait aujourd'hui ils ne sont pas sur les ondes. Juste avant le miracle de l'aveugle de naissance, Jésus a été obligé de sortir du temple, chassé à coups de pierre.

C'est dans ce contexte, que commence ce chapitre 9:
En ce temps-là,
en sortant du Temple,
Jésus vit sur son passage
un homme aveugle de naissance.
Dans ce texte, le miracle de l'aveugle de naissance apparaît comme un "signe" que Jésus va accomplir pour témoigner qu'il est le Fils de Dieu. Jean parle de "signes" et non de " miracles ".

Le mieux est donc de lire ce texte de manière continue même si dans le fil du texte, il y a des phrases difficiles à comprendre. Avoir, tout d'abord une idée globale du texte.

hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » jeu. mars 19, 2020 4:17 pm

Le récit du miracle de l'aveugle de naissance est tout à fait extraordinaire.

Cet homme n'a jamais vu, il ne voit donc pas Jésus et ses disciples et donc il ne demande rien contrairement à d'autres accablés par un handicap. C'est Jésus qui lui donne la vue gratuitement.

Mais auparavant, il y a cette question des disciples :
« Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents,
pour qu’il soit né aveugle ? »
La cécité apparaît en ce temps là comme la conséquence d'un péché. L'expression finalement étonnante :" Mais qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu ?" Sous entendu, quel péché, quelle faute ai-je commise ? Cette conception a traversé les siècles et jusque dans les années de mon enfance elle avait cours.

Jésus "casse" cette conception: "Eh bien non il n'a rien fait au bon Dieu ni lui ni ses parents ". La preuve, moi, je lui redonne la vue.

Ce handicap n'est pas un châtiment de Dieu, une punition. Et voilà un signe : "Il voit désormais " après ce cataplasme de salive de Jésus et de boue sur les yeux. Curieux mélange de l'une des choses les plus intimes d'une personne, la salive et la terre. Parfois, Jésus ne fait rien mais dit seulement une parole et le "signe" s'accomplit. Là Jésus compose une "mixture" miraculeuse. En apparence, comme une composition magique. En fait, rien d'extraordinaire : ce qu'il y a d'intime en Jésus et ce qu'il a à portée de main, la chose la plus commune qui soit.

Arrivé à ce stade, ce texte pose de nombreuses questions de sens :
« Ni lui, ni ses parents n’ont péché.
Mais c’était pour que les œuvres de Dieu
se manifestent en lui.
Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé,
tant qu’il fait jour ;
la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler.
Comment comprendre cette phrase curieuse : alors, pourrait-on dire "pour que les oeuvres de Dieu se manifestent en cet homme, il fallait qu'il soit aveugle "? Quelle terrible conception ?

Je m'arrête là maintenant pour faire une pause peut-être utile avant de continuer cette très belle page de Jean.

Les lecteurs maintenant pourraient apporter leur pierre.


jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » ven. mars 20, 2020 10:13 am

Voici l'aveugle de naissance et, après l'intervention de Jésus, il voit.

Cet homme va traverser alors une période digne d'un roman de Kafka:

finalement, personne ne "reconnait" le "signe" que Jésus a fait. Les pharisiens notamment.

L'aveugle de naissance est le seul qui sait qu'il ne voyait pas et que maintenant il voit. Les dialogues entre ce brave homme, les passants qui l'avaient vu avant qu'ils ne guérissent, les pharisiens sont savoureux.

Lui, l'aveugle-né, n'est pas dans la foi, pour l'instant il ne fait que constater qu'il voit et que celui qui l'a guéri " était de Dieu" sinon il n'aurait pas pu faire ce "signe".

Quand, finalement, il est jeté dehors par les pharisiens qui ne veulent pas entendre son discours, il rencontre Jésus. C'est à ce moment-là qu'il croit.

Le chapitre concernant la guérison de l'aveugle-né se termine par un dialogue de Jésus avec les pharisiens. Ce dialogue demande à lui seul une explication qu'il serait sans doute bon de trouver ensemble.

hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du dimanche 22 mars 2020

Message par hélios » sam. mars 21, 2020 10:35 am

Je me rends bien compte de l'abime qui existe entre nos commentaires de cette semaine et la profondeur de ce chapitre de l'Evangile de Jean qui est l'un des plus importants de l'ensemble de cet Evangile.

J'avais pensé qu'en ces temps de coronavirus, nous reviendrions à la lecture de la Bible.

Si, en temps normal, il est effectivement difficile de consacrer du temps à cette lecture, je pense notamment aux couples en activité et qui ont des enfants, aujourd'hui, où nous sommes contraints de rester à la maison, qu'est-ce qui peut empêcher les chrétiens de toutes origines d'ouvrir leur Bible ? Et de communiquer là-dessus.

Le chapitre 9 de l'Evangile de Jean est un monument. Sous des apparences simples, le récit d'un miracle de Jésus, la guérison de l'aveugle-né, il est très difficile et sa conclusion l'est encore plus.

Est-ce que le souci de la compréhension est contraire à la foi ?


Est-ce que l'étude d'un texte, le souci de sa compréhension contrarie la foi ?

Alors, que dire des travaux et des recherches des " Docteurs de l'Eglise" ?

Je suis très étonné des moyens techniques qu'on met en oeuvre en ces temps d'épidémie pour se donner l'illusion qu'on "fait communauté", mais c'est du virtuel, alors qu'il suffit d'ouvrir la Bible et échanger sur cette Parole.

Malgré les efforts des papes du XX e siècle, la Bible n'est pas le centre de la vie religieuse des catholiques et les protestants semblent parfois suivre ce chemin.

Dans la partie cévenole du Gard, il existe le Musée du désert près de Saint-Jean-du Gard. Le désert n'a rien à voir avec le désert du Sahara ou de l'Atacama. Le désert c'est la période pendant laquelle les protestants cévenols ont été persécutés par les soldats de Louis XIV. Le culte était interdit et les Bibles cachées.......( y compris derrière les miroirs, on peut en trouver encore dans quelques demeures cévenoles.

Dans l'une des salles du Musées, il y a la très belle reconstitution d'une scène grandeur nature avec des personnages de cire : autour de la grande table familiale, il y a le père de famille qui lit la Bible et tout autour de lui, jeunes, vieux, domestiques.

Oui, en ces temps de coronavirus, est-ce que cette scène autour d'une Bible ( ou du texte du forum de Pèlerin) ne pourrait pas revivre pour rassembler et donner à tous plus de force et de courage pour traverser ces temps difficiles.

jean-Hélios

Répondre