Partage d'évangile du 15 mars 2020

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par hélios » lun. mars 09, 2020 9:41 am

Première lecture
« Donne-nous de l’eau à boire » (Ex 17, 3-7)

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,
dans le désert, le peuple, manquant d’eau,
souffrit de la soif.
Il récrimina contre Moïse et dit :
« Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ?
Était-ce pour nous faire mourir de soif
avec nos fils et nos troupeaux ? »
Moïse cria vers le Seigneur :
« Que vais-je faire de ce peuple ?
Encore un peu, et ils me lapideront ! »
Le Seigneur dit à Moïse :
« Passe devant le peuple,
emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël,
prends en main le bâton avec lequel tu as frappé le Nil,
et va !
Moi, je serai là, devant toi,
sur le rocher du mont Horeb.
Tu frapperas le rocher,
il en sortira de l’eau,
et le peuple boira ! »
Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël.

Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Épreuve)
et Mériba (c’est-à-dire : Querelle),
parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur,
et parce qu’ils l’avaient mis à l’épreuve, en disant :
« Le Seigneur est-il au milieu de nous,
oui ou non ? »


Psaume
(Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9)

R/ Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur ! (cf. Ps 94, 8a.7d)

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit. »


Deuxième lecture
« L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5, 1-2.5-8)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
nous qui sommes devenus justes par la foi,
nous voici en paix avec Dieu
par notre Seigneur Jésus Christ,
lui qui nous a donné, par la foi,
l’accès à cette grâce
dans laquelle nous sommes établis ;
et nous mettons notre fierté
dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu.
Et l’espérance ne déçoit pas,
puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs
par l’Esprit Saint qui nous a été donné.
Alors que nous n’étions encore capables de rien,
le Christ, au temps fixé par Dieu,
est mort pour les impies que nous étions.
Accepter de mourir pour un homme juste,
c’est déjà difficile ;
peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir pour un homme de bien.
Or, la preuve que Dieu nous aime,
c’est que le Christ est mort pour nous,
alors que nous étions encore pécheurs.


Évangile
« Une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jn 4, 5-42)


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar,
près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.
Là se trouvait le puits de Jacob.
Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source.
C’était la sixième heure, environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau.
Jésus lui dit :
« Donne-moi à boire. »
– En effet, ses disciples étaient partis à la ville
pour acheter des provisions.
La Samaritaine lui dit :
« Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire,
à moi, une Samaritaine ? »
– En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.
Jésus lui répondit :
« Si tu savais le don de Dieu
et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’,
c’est toi qui lui aurais demandé,
et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit :
« Seigneur, tu n’as rien pour puiser,
et le puits est profond.
D’où as-tu donc cette eau vive ?
Serais-tu plus grand que notre père Jacob
qui nous a donné ce puits,
et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit :
« Quiconque boit de cette eau
aura de nouveau soif ;
mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai
n’aura plus jamais soif ;
et l’eau que je lui donnerai
deviendra en lui une source d’eau
jaillissant pour la vie éternelle. »
La femme lui dit :
« Seigneur, donne-moi de cette eau,
que je n’aie plus soif,
et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
Jésus lui dit :
« Va, appelle ton mari, et reviens. »
La femme répliqua :
« Je n’ai pas de mari. »
Jésus reprit :
« Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari :
des maris, tu en a eu cinq,
et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ;
là, tu dis vrai. »
La femme lui dit :
« Seigneur, je vois que tu es un prophète !...
Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là,
et vous, les Juifs, vous dites
que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit :
« Femme, crois-moi :
l’heure vient
où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem
pour adorer le Père.
Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ;
nous, nous adorons ce que nous connaissons,
car le salut vient des Juifs.
Mais l’heure vient – et c’est maintenant –
où les vrais adorateurs
adoreront le Père en esprit et vérité :
tels sont les adorateurs que recherche le Père.
Dieu est esprit,
et ceux qui l’adorent,
c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit :
« Je sais qu’il vient, le Messie,
celui qu’on appelle Christ.
Quand il viendra,
c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit :
« Je le suis,
moi qui te parle. »
À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ;
ils étaient surpris de le voir parler avec une femme.
Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? »
ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »

La femme, laissant là sa cruche,
revint à la ville et dit aux gens :
« Venez voir un homme
qui m’a dit tout ce que j’ai fait.
Ne serait-il pas le Christ ? »
Ils sortirent de la ville,
et ils se dirigeaient vers lui.

Entre-temps, les disciples l’appelaient :
« Rabbi, viens manger. »
Mais il répondit :
« Pour moi, j’ai de quoi manger :
c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »
Les disciples se disaient entre eux :
« Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
Jésus leur dit :
« Ma nourriture,
c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé
et d’accomplir son œuvre.
Ne dites-vous pas :
‘Encore quatre mois et ce sera la moisson’ ?
Et moi, je vous dis :
Levez les yeux
et regardez les champs déjà dorés pour la moisson.
Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire :
il récolte du fruit pour la vie éternelle,
si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.
Il est bien vrai, le dicton :
‘L’un sème, l’autre moissonne.’
Je vous ai envoyés moissonner
ce qui ne vous a coûté aucun effort ;
d’autres ont fait l’effort,
et vous en avez bénéficié. »

Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus,
à cause de la parole de la femme
qui rendait ce témoignage :
« Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »
Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui,
ils l’invitèrent à demeurer chez eux.
Il y demeura deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire
à cause de sa parole à lui,
et ils disaient à la femme :
« Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit
que nous croyons :
nous-mêmes, nous l’avons entendu,
et nous savons que c’est vraiment lui
le Sauveur du monde. »


© AELF

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par hélios » lun. mars 09, 2020 6:50 pm

Donne-nous de l'eau à boire

Fantastique page du Premier Testament.

Rien n'est vraiment nouveau sous le soleil !
En ces jours-là,
dans le désert, le peuple, manquant d’eau,
souffrit de la soif.
Il récrimina contre Moïse et dit :
« Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ?
Était-ce pour nous faire mourir de soif
Le peuple qui se lève contre ses dirigeants......Moïse est-il fautif s'il n'y a pas d'eau ? Fallait-il rester esclaves dans le pays d'Egypte ?

Extraordinaire dialogue entre Moïse et Dieu. Moïse parle à Dieu comme s'il était familier. Demande très simple. Réponse de Dieu et mise en avant des Anciens. Moïse ne doit pas rester seul en butte au peuple prompt à se soulever.

L'eau sort du rocher de la montagne........et le peuple ne mourra pas de soif....

Dans le Premier Testament, Dieu parle et dialogue avec l'homme de manière simple à partir des besoins des hommes. L'homme tel qu'il est s'adresse à son Dieu.

C'est le ressort de la prière sans de grandes phrases compliquées mais avec des demandes simples.

A la fin d'une journée, ça fait du bien de lire cette page de l'Exode !

Jean-Hélios

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 10, 2020 10:44 am

« L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5, 1-2.5-8)



L'extrait de l'épître de Paul est célèbre entre tous mais très difficile.

Il a été mis en avant par Luther au moment de la Réforme au XVI e siècle.

Il s'agit de la doctrine de la "justification par la foi ".

Ce qui compte devant Dieu ce ne sont pas nos "actes " mais notre foi.

Seule la foi compte.


Le lien avec le Livre de l'Exode est évident. Moïse, dans le désert, s'adresse directement à Dieu pour lui demander de l'aider devant la révolte du peuple qui gronde. C'est un acte de foi.

Voilà l'un des liens que je perçois avec le premier texte.

Hélios-Jean

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par Jean Gauci » mar. mars 10, 2020 11:17 am

Vous allez m'accuser, cher Jean Hélios, d'écrire mon commentaire dans mon coin sans répondre au vôtre.
J'ai lu votre texte qui est documenté et bien écrit mais qui ne m'inspire pas particulièrement. Moïse, l'eau qui sort de la montagne, intéressant sans doute, mais qu'est-ce que cela dit de la soif des chrétiens d'aujourd'hui ?
Le partage d'Evangile c'est peut-être aussi mettre dans un forum des idées, des ressentis, des "soifs" qui ne sont pas de même nature.

En lisant l'Evangile, je me suis arrêté sur le mot " soif"... Cet évangile est l'histoire d'une soif. Je me suis souvenu que le Christ, crucifié, avait crié qu'il avait soif . La soif, l'expression d'un manque de quelque chose nécessaire à la vie. Les anorexiques finissent pas mourir par manque de faim et de soif.
C'est ça qui m'interroge. Où en suis-je de ma soif de vérité et d'amour de Jésus Christ ? Où en sont les chrétiens d'aujourd'hui et nos enfants de la soif de Dieu ? Où en est l'Eglise de la soif des exigences de l'Evangile ? De quelle nature sont les soifs de nos contemporains ? Les préoccupations les plus pressantes des catholiques et de leur clergé concernent-elles la gloire de Dieu ou des "cuisines " plus proches de ces soifs humaines qui font oublier l'essentiel ?

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par Flor » mar. mars 10, 2020 11:45 am

L'Evangile d'aujourd'hui est une histoire extra-ordinaire !!

Un homme , une femme, un puits , une rencontre... comme beaucoup dans l'Ecriture. Mais , ici , tout est "contraire " !
Un homme juif , une femme Samaritaine ! ... deux "ennemis "

En pleine chaleur de midi , Jésus est fatigué, il a soif et s'arrête près du puits.
En pleine chaleur de midi, une femme arrive avec sa cruche pour puiser de l'eau ... De quoi a-t-elle soif , au fond ? D'un peu d'Amour vrai, peut-être ?

La conversation s'engage ...." Donne-moi à boire !"

Après l'étonnement, la confiance ! La femme ouvre sa vie à Jésus ... Mais Jésus a tout compris : " Si tu savais le Don de Dieu ! "
Et la femme , peu à peu découvre le Messie , le CHRIST ! : " Je le suis , moi qui te parle ! "

Bouleversement dans le coeur de la Samaritaine qui laisse, là, sa cruche - son passé ? - et court vers le village annoncer la Nouvelle , comme Madeleine au matin de Pâques !! C'est merveilleux!

La rencontre du Christ est un Évènement qui fait éclater le Passé et ouvre un Avenir nouveau !!

Cet Evangile n'a pas fini de nous parler, de nous émerveiller, de nous convertir !

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par hélios » mar. mars 10, 2020 1:04 pm

Cher Jean Gauci

Je vous remercie chaleureusement d'avoir répondu à ma critique positive : oui, chacun fait son commentaire dans son coin et ça, ça n'a rien d'un partage. Cette remarque ne vous a pas échappé.

Très souvent, je sollicite une réaction fut-elle négative comme vous avez pu le percevoir. Sans que jamais il n'y soit répondu et comme malheureusement nous ne sommes que trois malheureux sur cette rubrique, je vise évidemment les trois en m'y incluant si j'ai failli.

Dans le commentaire des textes, il y a plusieurs "approches". L'une littérale. C'est celle que je fais humblement souvent sans évidemment atteindre la profondeur de ce que vous écrivez. C'est souvent celle qui est nécessaire avant d'aller plus loin. En 7 ans, je n'ai jamais su ce que les personnes qui lisent ce forum souhaitaient d'un "partage" d'évangile.

Dans un deuxième temps, vous avez entièrement raison d'aller plus loin et de savoir ou d'essayer de savoir ce que le texte nous dit de ce mot "soif", mais le risque est, quand même, d'écrire quelque chose qui n'a plus rien à voir avec le texte initial qui est "sacré"...

Je regrette donc d'avoir écrit trop rapidement sur le beau texte de l'Exode et surtout d'avoir écrit des choses qui n'apportaient rien à la compréhension du texte et à son enjeu pour aujourd'hui. Merci de l'avoir écrit à votre manière et j'attends donc votre commentaire personnel et qu'il soit répondu aux questions que vous-même posez.

La lecture de la Bible est un exercice difficile auquel j'essaie très humblement de m'exercer mais malheureusement je constate que le Bon Dieu ne m'aide pas beaucoup......

hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par Jean Gauci » mar. mars 10, 2020 7:04 pm

Jean Hélios,

Quand je viens sur ce forum, j'essaie de ne pas tricher. Je n'affirme pas que je suis sans reproche dans ma vie quotidienne mais abordant l'Evangile j'essaie d'être honnête. C'est l'honnêteté qui m'a poussé à vous répondre sans ambages.
Vous êtes dans votre rôle de commentateur de textes parce que vous en avez la capacité et le goût. La lumière vous vient de l'exégèse que vous faites de l'Ancien et du Nouveau Testament. Dans ma jeunesse j'ai passé quelques années à décortiquer l'ancien testament et ce qui m'en reste est assez pauvre et peu susceptible de me donner le goût de m'y replonger. Vous avez une autre approche et c'est bien.
Quand je lis les textes liturgiques du dimanche suivant, je cherche l'idée qui va m'accrocher et, plus précisément, l'enseignement que je peux en tirer, ici et maintenant, pour les chrétiens d'aujourd'hui et pour moi; je cherche à comprendre ou à deviner ce que le Christ attend de chacun de vivant dans le monde actuel. Suis-je fidèle au texte dans tous les cas ? Je ne saurais l'affirmer mais je ne me sens pas plus hors sujet que si j'avais à commenter les péripéties de Moïse dans le désert. Car, au fond, même cette histoire d'eau qui sort du rocher n'aurait aucune signification pour nous si nous n'en faisions pas le rapprochement avec l'enseignement évangélique !
"L'Esprit souffle où il veut". Pour les uns ce sera le mistral et pour d'autres la bise ou la tramontane. Mais qu'importe le vent... L'essentiel, c'est qu'il nous décoiffe! Alors, cher jean, laissons nous décoiffer par le vent de notre choix.. Cordialement.

hélios
Messages : 2945
Inscription : lun. janv. 17, 2011 10:57 pm

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par hélios » mer. mars 11, 2020 11:13 am

Vous savez, jean Gauci, le mistral, je le connais bien et je l'aime car sans lui que serions-nous ?

Donc, moi, je n'ai jamais regretté de me faire décoiffer voire que mon chapeau s'en aille au loin.....

L'image de Moïse qui frappe avec son bâton sur son rocher et en fait jaillir de l'eau, j'aime ! C'est cette image que l'enfant, au catéchisme, va retenir.......Et je suis un grand enfant, toujours.

Mais commençons par enregistrer cette image.

Ensuite, que pensez-vous de cette image ? Qu'est-ce qu'il veut dire celui qui a écrit cela ? mais justement c'est là que dans ce forum il manque le dialogue, l'échange, bref, " le partage ". Il est beaucoup plus facile d'écrire sur l'actualité.

L'Ancien Testament est indépassable, pour moi. Je n'ai qu'un regret c'est de ne pas avoir appris l'hébreu et donc d'être incapable de comprendre le texte. Le lire oui, car une Soeur de Notre-Dame de Sion m'a appris ( à moi et à d'autres) à lire le Cantique des cantiques en hébreu dans les années 90.

Hélios

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par Jean Gauci » jeu. mars 12, 2020 12:49 pm

Bonjour Jean,
Je loue votre persévérance ( j'allais écrire " votre obstination...") à découvrir de fructueux enseignements dans l''A.T. Pourtant je trouve votre argumentation un peu faible. Quelle est la signification de l'image de Moïse frappant le rocher pour en faire jaillir de l'eau ?
C'est cette image que l'enfant, au catéchisme, va retenir.......Et je suis un grand enfant, toujours. écrivez vous.
autrement dit un conte pour enfant. Mais pour ceux qui ne sont plus des enfants ? Ne trouvez vous pas que le dialogue de Jésus avec la samaritaine et l'ambiguïté de la soif et de l'eau vive compris différemment par les deux interlocuteurs , ont une autre portée et posent le problème de fond de la foi ?

Pardonnez moi. J'ai l'esprit taquin, ce matin.

cordialement

Nic
Messages : 280
Inscription : mar. oct. 08, 2013 1:06 pm
Localisation : Aube

Re: Partage d'évangile du 15 mars 2020

Message par Nic » ven. mars 13, 2020 11:47 am

Messieurs les Jean,
je vous invite à lire un roman passionnant en deux tomes: il s'agit de "la bible racontée comme un roman" de Christine Pedotti.
Pour Jean Hélios, ça n'a rien à voir avec une traduction au plus juste de l'hébreu;
Pour Jean Gauci, c'est bon pour les grands enfants.
Un roman, plein d'aventures, de massacres,de guerrse, de trahisons,de haine, d'infidélités mais aussi d'amour , de joie, de peine, de pardon... enfin la vie quoi!
Par contre ça bouleverse un peu les enseignements reçus au caté de notre enfance et je ne sais pas ce que vous pourrez en retenir mais ça se lit comme un roman et j'avais hâte d'arriver à la fin quand je l'ai lu il y a deux ans.

Répondre