Dimanche 22 novembre 2020 - Christ Roi

Commentaires des textes du dimanche, oecuménisme, usage du latin, rôle des laïcs...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Dimanche 22 novembre 2020 - Christ Roi

Message par Jean Gauci » lun. nov. 16, 2020 11:52 am

Première lecture

« Toi, mon troupeau, voici que je vais juger entre brebis et brebis » (Ez 34, 11-12.15-17)

Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis,
et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau
quand elles sont dispersées,
ainsi je veillerai sur mes brebis,
et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées
un jour de nuages et de sombres nuées.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau,
et c’est moi qui le ferai reposer,
– oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ;
l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse,
je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
Et toi, mon troupeau
– ainsi parle le Seigneur Dieu –,
voici que je vais juger entre brebis et brebis,
entre les béliers et les boucs.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Deuxième lecture

« Il remettra le pouvoir royal à Dieu le Père, et ainsi, Dieu sera tout en tous » (1 Co 15, 20-26.28)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
le Christ est ressuscité d’entre les morts,
lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
Car, la mort étant venue par un homme,
c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
En effet, de même que tous les hommes
meurent en Adam,
de même c’est dans le Christ
que tous recevront la vie,
mais chacun à son rang :
en premier, le Christ,
et ensuite, lors du retour du Christ,
ceux qui lui appartiennent.
Alors, tout sera achevé,
quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père,
après avoir anéanti, parmi les êtres célestes,
toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.
Car c’est lui qui doit régner
jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.
Et le dernier ennemi qui sera anéanti,
c’est la mort.
Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils,
lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père
qui lui aura tout soumis,
et ainsi, Dieu sera tout en tous.


Évangile

« Il siégera sur son trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres » (Mt 25, 31-46)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu...?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison...
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait
à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,
et les justes, à la vie éternelle. »

©aelf

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Dimanche 22 novembre 2020 - Christ Roi

Message par Jean Gauci » lun. nov. 16, 2020 5:15 pm

Une Eglise de Cannes porte le nom d'église du Christ-Roi. Ce nom me gène parce qu'il ne représente plus grand chose dans l'inconscient collectif de notre époque. Le Christ est Dieu, cela semble suffisant. Le faire roi ne lui ajoute pas une once de gloire !
En revanche, la liste des évocations où le Christ s'identifie aux "plus petits" est impressionnante. et la conclusion:
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’

résume l'essentiel de la pratique religieuse et de la foi chrétienne.

Jésus Christ est tout entier dans le prochain. Il n'est pas de spiritualité, pas de pratique religieuse, pas de sacrement, pas de prière qui soit agréable à Dieu , sans le préalable de l'amour du prochain à commencer par les plus petits.
On peut aller à la messe tous les jours et en ressortir satisfait... On peut croire qu'on a fait le principal et le principal est ailleurs.
" Celui qui dit qu'il aime Dieu et n'aime pas son prochain est un menteur"
"Dieu, premier servi" ( devise de Jeanne d'Arc ) et l'Evangile de ce dimanche ramène à une hiérarchie oubliée :
" Ce que vous avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’"


Alors la Royauté de Dieu ne se manifeste pas par une couronne et un trône... Notre Dieu est un roi en haillons.

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Dimanche 22 novembre 2020 - Christ Roi

Message par Flor » mer. nov. 18, 2020 12:17 am

C'est le "Jugement dernier ? la fin du monde ?"

Matthieu reprend un scénario impressionnant avec le langage du temps : Le Trône, la Gloire, les Anges,
les saints.
Toute l'humanité est rassemblée.... et nous aussi !
C'est le grand soir du jugement ! Les bons d'un côté, les mauvais de l'autre !
La mise en scène est grandiose !

Mais de quoi s'agit-il ce jour là ?
De faim, de soif , de nudité, de prison , d'étranger , de maladie .

I ls'agit de la Vie , de la vie quotidienne, de l'homme méprisé, ignoré, rejeté, crucifié.

Notre rencontre de Dieu est dans cet homme !
Et cette rencontre se fait tous les jours, si nous savons discerner Dieu dans le tout petit.
Le jugement est quotidien.
Ce n'est pas d'être chrétien qui sauve, c'est l'acte d' Amour désintéressé.

Qu'ai-je fait ? Que n'ai-je pas fait ?

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Dimanche 22 novembre 2020 - Christ Roi

Message par Jean Gauci » mer. nov. 18, 2020 10:22 am

Qu'ai-je fait ? Que n'ai-je pas fait ?

Nous avons été élevés dans un climat de culpabilité permanente. " Pauvres pécheurs" . Nous nous sommes agenouillés chaque semaine sur le bois dur des confessionnaux pour avouer des péchés, toujours les mêmes, au risque d'en inventer parfois, pour remplir la confession. Il y avait dans cette démarche quelque chose de narcissique qui donnait plus d'importance au "moi" qu'à ceux que cet évangile présente comme les préférés de Dieu :"j’avais faim, j’avais soif, j’étais un étranger, j’étais nu, j’étais malade et en prison, "
Aujourd'hui, nos eucharisties nous manquent mais l'autre eucharistie, celle de l'amour des autres, des pauvres ( dont c'était le dimanche) n'a pas suscité notre faim au point de nous inviter au geste de communion qui aurait comblé "leur" faim.
Dieu est souvent là où nous ne le cherchons pas.

Répondre