Le métis de Dieu

Christianisme, judaïsme, islam, bouddhisme...

Modérateur : Françoise T.

Répondre
levergero01
Messages : 0
Inscription : ven. déc. 25, 2015 11:05 am

Le métis de Dieu

Message par levergero01 » dim. févr. 07, 2016 5:40 pm

Vendredi soir, sur ARTE, un excellent téléfilm sur le parcours de Jean-Marie Lustiger de confession juive et converti à l'âge de 14 ans contre l'avis de ses parents et au grand dam de son père qui ne le lui a jamais pardonné.

Nommé en 1969 curé de la paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal dans le 16ème arr. de Paris (où mes deux filles firent leur communion solennelle lorsqu'il y était car nous habitions Auteuil à cette époque) avec Jean Vingt-Trois comme vicaire, il fut nommé très vite par Jean-Paul II évêque d'Orléans, puis archevêque de Paris, puis cardinal. Ils étaient très proches tous les deux et se tutoyaient.

Le jour de sa dernière messe dans cette église, trois prêtres tradis en soutane de la mouvance lefebvriste firent irruption, très agressifs, l'insultèrent et l'injurièrent. Ils en furent chassés manu militari par les paroissiens outrés et le curé furieux...

Il a toujours persévéré à se déclarer publiquement juif comme le Christ malgré sa foi chrétienne ce qui lui provoqua pas mal d'ennemis dans ces deux religions.

Le film montre son mauvais caractère et son autoritarisme légendaires ainsi que son addiction à la cigarette dont il mourut d'ailleurs d'un cancer à la gorge et aux poumons.

Son grand désaccord avec Jean-Paul II vint de l'installation en 1985 d'un couvent de carmélites polonaises dans les murs d'Auschwitch où sa mère mourut gazée. Il voulait -comme tous les juifs- qu'elles s'en aillent de cet endroit emblématique pour ceux-ci alors que le pape voulait laisser faire...Finalement elles partirent après une longue crise.

Mg Lustiger a été, je crois, un grand évêque et un grand cardinal. Le pape plaisantait parfois en lui disant "tu te rends compte si tu étais élu pape, toi le juif assumé !"

Oui, c'est un excellent téléfilm .

andrevii
Messages : 848
Inscription : ven. mai 21, 2010 10:58 am
Localisation : Wasquehal (France)
Contact :

Re: Le métis de Dieu

Message par andrevii » lun. févr. 08, 2016 12:31 pm

Bonjour

J'ai regardé ce téléfilm et je n'ai pas été enthousiasmé sans que je sois réellement capable d'en exprimer la raison. Je n'ai pas trop aimé ce copinage de potache avec le Pape ainsi que quelques scènes et attitudes qui à mon avis manquaient un peu de dignité.

Mais le fait que Mgr Lustiger affirme et assume ses origines juives ne me choque pas du tout.

Je l'ai rencontré une fois, en 1984 je crois. Je n'ai pas conservé un souvenir impérissable de son homélie. C'est comme ça.

Mais grand respect à lui et paix à son âme.

André.
>

hugues
Messages : 134
Inscription : dim. janv. 25, 2009 6:23 am
Localisation : BURLINGTON, Canada

Re: Le métis de Dieu

Message par hugues » lun. févr. 08, 2016 2:03 pm

j'étais trop jeune pour dire que je l'ai connu.
Mais effectivement, pour moi, Lustiger restera dans ma mémoire comme l'Eveque Juif ce qui n'est pas anodin.
J'ai toujours considéré cela comme une belle liberté de la part de l'Eglise de nommer un juif au plus haut poste du pays et je suis surpris de lire que les tradis aient vu cela d'un mauvais oeil car il me semble qu'ils insistent fortement sur la conversion des juifs au catholicisme, aussi je m'attendais davantage à des applaudissements ?

En ce qui concerne ses écrits, de nombreux amis me disent que c'est un grand théologien mais j'ai personellement toujours eu du mal à entrer dans sa prose (sans doute paresse de ma part)

De façon générale j'aime bien la diversité et un ex-immam nommé archeveque de Paris ça me plairait bien ! Un Pape noir ou jaune tout autant !

levergero01
Messages : 0
Inscription : ven. déc. 25, 2015 11:05 am

Re: Le métis de Dieu

Message par levergero01 » lun. févr. 08, 2016 5:47 pm

hugues a écrit :...je suis surpris de lire que les tradis aient vu cela d'un mauvais oeil car il me semble qu'ils insistent fortement sur la conversion des juifs au catholicisme, aussi je m'attendais davantage à des applaudissements ?
Sans doute, mais les tradis exigent que le converti renie sa foi juive et qu'il n'y ait pas "cohabitation".

Or, ce n'était justement pas le cas de Mgr Lustiger qui se disait juif ET chrétien et le répétait volontiers, ce que lui reprochait vertement aussi son propre père juif...

Ce qu'il aurait dû faire c'est de s'impliquer plus fortement dans le dialogue inter-religieux.

Jean-Elie_d'Ignis
Messages : 84
Inscription : lun. sept. 29, 2014 11:14 am

Re: Le métis de Dieu

Message par Jean-Elie_d'Ignis » lun. févr. 08, 2016 7:28 pm

Bonjour,

Toute la bible nous parle d'un peuple élu. Et il était défini dans le cœur de Dieu comme étant le peuple le plus accablé, misérable, pauvre et humilié de toute la Terre. Car la signature de Dieu c'est de faire des miracles avec ce qui est rejeté par l'homme. Il a ainsi décidé d'être le berger d'un peuple rebelle, à la nuque raide, mais aussi pauvre et malmené... Et ces caractéristiques coïncidaient avec le peuple hébreu du temps de pharaon. C'est de ce peuple écrasé que Dieu fera sa gloire.

Et chaque fois que ce peuple se relevait, s'enorgueillait, alors Dieu les quittait et transférait la qualité de "mon peuple" à une autre nation, qui ne le connaissait pas, ni ne le priait, mais qui était plus faible et fragile encore. C'est TOUT le discours des prophètes, ils le répètent sur tous les tons avec des images et des paraboles les plus diverses. Les plus clairs seront ceux qui seront tués. La race "sainte" est celle des victimes et des malheureux, des perdus et des exploités! Voilà le peuple de DIEU!

Or, avec le temps, les hébreux ont imaginé qu'ils étaient élus de par leur "race", leurs "gènes" dira-t-on. Se prétendant purs en raison d'une pureté de leur ancêtre. Et Dieu à chaque fois à envoyé sur ces orgueilleux, des hordes barbares, des famines et des désastres. Et lorsqu'ils remettaient le sac et se couvraient de cendre, alors Dieu les ré-adoptaient, car c'est un esprit brisé qui plait à l’Éternel.

Jean-Baptiste dut ,une fois encore, rétablir la vérité en disant aux juifs qui se prenaient pour des saints que la descendance n'avait aucune valeur : " des pierres que voici, Dieu peut faire des fils à Abraham". Et Jésus rappela encore et encore cette vérité sur l’élection divine", par l'histoire de Naaman le lépreux étranger (syrien) qui fut guéri, où la veuve de Sarepta (chez les paiens) à qui Elie fut envoyé... Ou encore sur la notion de pureté "rien de ce qui rentre en l'homme ne le rend impur" ruinant par là tous les rituels de purification juifs. A Chaque fois, Dieu est le Dieu du peuple broyé et des victimes: "Je ne suis pas venu pour les bien-portants, mais pour les malades" et aucun être "rituellement parfait" n'en fait partie.

C'est la définition du peuple Elu. Celle de la Bible. Rappelée par Saint Paul qui, citant le Christ "allez par les nations et faites des disciples", a étendu le message de salut à l'humanité entière, à tous les pauvres, aveugles, affamés et opprimés de l'Univers ! Les Béatitudes nous le confirment, elles le disent très clairement.

Ainsi, l'élection divine tombe sur ceux qui sont opprimés. Le peuple de Dieu aujourd'hui, n'est pas celui qui est armé de bombes jusqu'aux dents ou qui affame les autres... Il ne s'agit pas d'un transfert "génétique", d'une sainteté par chromosome. RIEN à voir. Tout change, rien n'est acquis... La promesse repose sur la tête des humbles, comme la paix sur ceux qui aiment leur prochain.

Ainsi, le chrétien ou toute personne qui se trouve en situation d'être sujet des béatitudes, EST le peuple élu; Sujet de l'Amour infini et miséricordieux de Dieu, terre fertile où coulera le lait et le miel de la grâce ! C'est cette boue pécheresse mais écrasée et confiante dans le secours divin qui est le véritable peuple élu. Et Dieu l'emmène avec Lui au désert et le nourrit miraculeusement et les rochers donnent de l'eau et l’aridité se transforme en une Terre de paix, de justice et d'Amour. Et Dieu nous nettoie, panse nos plaies, monte la garde et sèche nos larmes... (relire à ce sujet le bouleversant et sublime chapitre 16 d'Ezechiel) lire ici sur l'Aelf

Le magnificat le dit : "Il renvoie les puissants de leurs trônes et les riches les mains vides"... Les forts ne peuvent prétendre être "peuple de Dieu".

Avatar de l’utilisateur
mister be
Messages : 50
Inscription : mar. oct. 15, 2013 5:53 pm

Re: Le métis de Dieu

Message par mister be » mar. févr. 09, 2016 11:11 pm

Permets-moi de réagir un peu....
Ce qui m'a heurté dans cette affaire de carmel, c'est que l'Eglise s'occupe plus de politique que de spiritualité et au nom d'une ouverture vers l'Est, approfondir le fossé qui existait entre le peuple Juif et Chrétien n'était pas de bon augure car oui, les Juifs ont eu l'impression que Rome faisait encore de la récupération de martyrs "Tu nous voles nos morts", dira Lustiger!

Avoir le cul entre deux chaises, je connais!
rejeté par les Juifs pour avoir embrassé une autre religion et du coup, à leurs yeux, perdre sa judaïté et, de l'autre côté, ne pas être considéré comme chrétien pour ne pas avoir consommé la fracture d'avec la loi, ça pose le problème de l'identité religieuse
Alors qu'il faut se réjouir pleinement de voir de plus en plus de Juifs reconnaître en Jésus leur Messie. C'est l'un des signes de la fin des temps.

Quant à la théologie de l'élection, elle est définie par un choix fortuit d' un peuple, ou des individus parmi ce peuple.
Le verset qui le mieux témoigne de cette élection se trouve dans Dt 7,6 à 8:

«6Car tu es un peuple consacré [saint] au Seigneur ton Dieu; c’est toi que le Seigneur ton Dieu a choisi [c’est nous qui soulignons] pour devenir le peuple qui est sa part personnelle parmi tous les peuples qui sont sur la surface de la terre. 7Si le Seigneur s’est attaché à vous et s’il vous a choisis, ce n’est pas que vous soyez le plus nombreux de tous les peuples, car vous êtes le moindre de tous les peuples. 8Mais si le Seigneur, d’une main forte, vous a fait sortir et vous a rachetés de la maison de servitude, de la main du Pharaon, roi d’Egypte, c’est que le Seigneur vous aime et tient le serment fait à vos pères.» (Dt 7.6-8)

Il y a trois choses majeures qui ressortent de ces versets.
Premièrement, l’élection ne dépend pas des qualités intrinsèques du peuple élu. Ce choix ne se base pas sur des critères normaux humainement parlant, tels le nombre ou la puissance de ce peuple ou parce qu'il est le plus accablé, misérable, pauvre et humilié de toute la Terre.
Certes il est le plus accablé,le plus misérable, pauvre de toute la terre à cause de cette élection!

On peut dire que Deutéronome 7 présente de bonnes raisons pour lesquelles Dieu n’aurait pas dû faire ce choix, car choisir ce peuple allait à l’encontre, à vues humaines, du bon sens.

Deuxièmement, la conséquence ou le résultat de l’élection est la rédemption. Ceux qui sont élus sont également rachetés. La délivrance de cette servitude est clairement la finalité de ce choix divin. Dans ce texte, comme ailleurs dans la Bible, l’élection aboutit au rachat (cf. Es 14.1; Ep 1.4-7). Pourtant, cette œuvre de rédemption des élus n’implique pas automatiquement le salut individuel.

Troisièmement, l’amour pour ce peuple élu précède l’élection elle-même. Si ce peuple est élu, c’est grâce au fait que Dieu l’a d’abord aimé. Le serment, dont il est question, est celui juré par Dieu lui-même au moment de la conclusion de l’alliance. Il s’agit, donc, d’un amour fondé sur l’alliance

Tous les prophètes feront le procès de la conduite de ce peuple élu . Ils dénonceront les abominations du peuple élu et lui rappelleront que ce n’est pas pour commettre de tels péchés que Dieu a mis Israël en place.
Les prophètes rappelleront à Israël sa vocation, ce pourquoi Dieu l’a appelé. Mais Israël préfère se boucher les oreilles, faire taire les prophètes, les tuer pour ne pas entendre les reproches. Les prophètes dénoncent ces fruits infects : l’injustice, la haine, la cupidité, l’idolâtrie, les compromis, l’immoralité, l’orgueil, la rébellion, le mensonge, les yeux hautains, etc.
Et l’on entend dire alors : "Ah ! Voilà donc pourquoi Dieu les a rejetés." Qui a dit qu’Israël était rejeté ? Qui a dit qu’Israël était repoussé à cause de sa mauvaise conduite et parce qu’il n’avait pas accompli sa mission ?
La Parole de Dieu ne dit jamais cela ! L’apôtre Paul écrit : Dieu a-t-il rejeté son peuple ? Loin de là ! " (Romains 11.29).

Dieu reste le même et ne change pas d’avis. Israël est un peuple au milieu des autres peuples. Israël est différent des autres nations, non pas à cause de ses qualités, mais à cause du choix souverain de Dieu.
Au sujet d’Israël, Dieu ne change pas d’avis. En Esaïe 41.9, l’Eternel dit à Israël : « Je te choisis, et ne te rejette point ! »

Tous ceux qui affirment le contraire, en disant que Dieu a rejeté le peuple élu, mentent et trahissent le texte sacré. Malgré la désobéissance du peuple, en dépit de la déception de Dieu, l’Eternel garde son amour pour Israël. L’Eternel dit à son peuple : « Je t’aime d’un amour éternel. » (Jérémie 31.3). “Malgré le mal que tu m'as fais, je t’aime encore !”

L’Eternel aimera toujours Israël, parce qu’il est Dieu et qu’il ne change pas. Israël portera le fruit de sa désobéissance, il connaîtra les épreuves, de terribles souffrances et bien des persécutions, mais il gardera pour toujours l’amour de Dieu. Dieu est fidèle. Il tient ses promesses. Il ne renie pas ses alliances

Pardon si j'ai été long mais c'est important pour ne pas tomber dans la théologie de substitution condamnée par Vatican 2.
Marcher selon l'Esprit de la lettre,c'est suivre un Judaïsme sans messie ou un Christianisme sans racine?
Moi j'ai choisi Juif pour les racines et messianique pour son messie!


http://www.youtube.com/watch?v=z_qsdDzrwfA

levergero78
Messages : 0
Inscription : mar. févr. 09, 2016 10:27 am

Re: Le métis de Dieu

Message par levergero78 » mer. févr. 10, 2016 11:55 am

Intéressant ton développement, Bernard (mister be), mais uel est ton avis sur la dualité qui persistait chez Jean-Marie Lustiger, haut dignitaire catholique et en même temps conservation jusqu'à la fin de sa vie de son appartenance à la foi juive ?

N'y a-t-il quand même pas opposition ?

Son père juif et les cathos tradis n'avaient-ils pas raison de le stigmatiser sur ce fait contradictoire aux yeux des fondamentalistes de chacune de ces deux religions, bien que l'une soit la suite de l'autre ?

Cela lui fut beaucoup reproché et créa une animosité certaine à son égard, d'où ce surnom de "métis" ...

joseph1
Messages : 8
Inscription : jeu. sept. 11, 2014 8:32 am

Re: Le métis de Dieu

Message par joseph1 » mer. févr. 10, 2016 1:38 pm

Mgr Lustiger et les Lumières..

Mgr Lustiger estimait que l’antisémitisme d'Hitler relève de l’antisémitisme des Lumières.
Pour moi les Lumières c 'est la modernité , la mise en avant ( voire la création ) de l 'individu, libre , autonome , n 'ayant plus besoin d 'être dirigé par un Etre supérieur puisque , réuni en société , il est apte à se donner ses lois, sa morale.

Dans cette vision des choses , l Homme concurrence Dieu , voire le rend inutile. Tout le pouvoir provient de l 'Homme rien ne le domine. L 'Homme n 'a plus de "garde fou" et effectivement il devint " fou" . Cela donne le nazisme.

Je partage l 'avis de Mgr Lustiger.


source relative aux dires de Mgr Lustiger :
http://www.persee.fr/doc/assr_0335-5985 ... 302_0000_2
en particulier première page fin colonne de droite, deuxième page début colonne de gauche.

Avatar de l’utilisateur
mister be
Messages : 50
Inscription : mar. oct. 15, 2013 5:53 pm

Re: Le métis de Dieu

Message par mister be » mer. févr. 10, 2016 2:41 pm

Cette dualité, je la vis tous les jours que D.ieu fait donc je la comprends très bien!
Le Juif est un écorché vif et il porte ça dans ses gênes !

Nous insistons beaucoup sur le fait que le Seigneur Jésus était Juif, que Ses apôtres étaient tous Juifs, que tous les rédacteurs du Nouveau Testament étaient Juifs, à l'exception de Luc, et que tous les premiers convertis au Messie étaient des Juifs. l'apôtre Paul lui-même était un Juif orthodoxe strictement pratiquant.
Or,il semble que les Chrétiens ont oublié que Jésus était juif ainsi que tous les fondateurs du Christianisme.

Nous avons le sentiment que l'Eglise chrétienne s'est entièrement coupée de ses racines juives, d'avoir déjudaïsé tous les noms propres et termes bibliques hébreux, d'avoir paganisé les fêtes chrétiennes traditionnelles, et d'avoir adopté une culture gréco-romaine dont les croyants d'origine juive ne veulent pas. Nous reprochons aux Chrétiens d'avoir voulu créer une Eglise presque exclusivement composée de Gentils, dans un contexte d'antisémitisme latent. Le constat est qu'au cours des siècles passés la plupart des Chrétiens n'ont pas manifesté d'amour pour Israël, et ont même compté parmi les pires ennemis des Juifs.
J'ai entendu des amis me dire qu'ils allaient en terre sainte mais pas en Israël ! Comment affirmer aimer Jésus et pas Israël, c'est incompréhensible pour nous.

Vatican 2 avec "Nostra Aetate" est le signe manifeste d’un changement de regard à l’égard des autres religions. Ce changement de regard a pris un relief particulier en ce qui concerne le judaïsme dans la mesure où, entre le christianisme et le judaïsme, il y a un rapport unique, un rapport intrinsèque en raison du patrimoine commun qu’est la Parole de D.ieu, ce que vous appelez, vous chrétiens, le Premier ou l’Ancien Testament, ainsi que des valeurs éthiques communes qui s’enracinent dans cette Parole.

Ce changement de regard s’enracine aussi dans un autre rapport bien plus douloureux, celui de l’histoire des relations entre chrétiens et juifs à travers les siècles. Nous sommes passés depuis Vatican II et Nostra Aetate de « l’enseignement du mépris » comme l’évoquait Jules Isaac à un dialogue persévérant et irréversible.

On constate à l'inverse que la tradition rabbinique du Talmud a distillé un enseignement de la haine du Christ et des chrétiens : depuis deux mille ans, l'antichristianisme juif a pris les formes les plus diverses, du blasphème à la lapidation, du bûcher à la révolution.

Et pourtant notre théologie est aussi basée sur la réunification des deux maisons : maison d'Ephraïm (pagano-Chrétiens) et maison de Jacob qui doit devenir maison d'Israël (Judéo-Chrétiens) car si les Juifs ont le code, les Chrétiens ont les clés pour ouvrir les portes du Royaume

Les écrits de Paul aux Galates ne sont pas encore pour aujourd'hui même si l'olivier de la réconciliation a été planté en terre d'alliances par le pape et Shimon Peres

Galates 3
…27vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. 29Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse.
Marcher selon l'Esprit de la lettre,c'est suivre un Judaïsme sans messie ou un Christianisme sans racine?
Moi j'ai choisi Juif pour les racines et messianique pour son messie!


http://www.youtube.com/watch?v=z_qsdDzrwfA

Jean-Elie_d'Ignis
Messages : 84
Inscription : lun. sept. 29, 2014 11:14 am

Re: Le métis de Dieu

Message par Jean-Elie_d'Ignis » ven. févr. 12, 2016 4:51 pm

Bonjour,

Le Christ ne considérait pas les gens en fonction de leur judaïté mais en fonction de leur cœur. Il pouvait dire à des religieux juifs: "votre père c'est le diable" (jean 8,44) et à des centurions Romains : "Je vous le dis, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi !" en Luc 7,1-10. Il est venu visiter son Peuple et son peuple ne l'a pas connu. Il a invité son peuple à ses noces avec Lui, et son peuple ne s'est pas présenté...Son peuple a alors cherché à le tuer... Il a alors ouvert le Temple (déchiré le voile) et fait éclater les tentes d'Israel, à gauche et à droite, pour y faire entrer tous les hommes qui, en LUI, reconnaîtraient l'AMOUR, et la VERITE. il a même plongé dans le Shéol, délivrer ceux qui y avait été jetés, car toutes les oreilles entendrons l'Appel de l'Amour !

Il n'était obligé par aucun contrat envers des "croyances" ou des rites, il était lié par sa VIE à la foi qu'il trouvait chez les hommes. Ce contrat, cette alliance, est une ALLIANCE de FOI comme le rappelle Saint Paul, et Abraham (avec l'épisode des brandons enflammés) et non de chromosomes. De par la foi en Christ, on est pleinement Juif, héritier des promesses. Ce n'est pas la circoncision ni le fait de célébrer une 9eme bougie ou de dîner sous une tente qui nous rend Saint, Fils de Dieu ou Juif, mais c'est d'être pleinement dans la foi d'ABRAHAM, de croire en l'impossible salut, et de se mettre à disposition du Messie, de l'Oint, du Roi. Car les sujets du Roi appartiennent à son Royaume, ceux qui le rejettent campent hors-les-murs, non de la faute du Roi ou des sujets, mais de leur orgueil.

On reprochait à Jésus que ses disciples ne respectaient pas le jeûne, ni les coutumes des anciens, ni les ablutions rituelles, qu'ils touchaient des impurs, bafouaient les interdits sanitaires et moraux de la loi, profanaient le Sabbat et se réunissaient chez les prostituées et les traîtres (collecteurs d'impôts)! Car tout cela était vain comme le criaient les prophètes "je hais vos fêtes et solennités"...

Logique ! La lecture d'aujourd'hui Isaie 58,1-9 nous rappelle ce qui nous rend "visible" à Dieu c'est de partager son pain, délivrer les affligés, briser tous les jougs... "alors, ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la Gloire du seigneur fermera la Marche. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : "Me voici""!! On devient Élu...

Les Juifs, l'Israel de Dieu sont l'Eglise. Car l'Eglise n'a RIEN effacé. Elle a entendu la promesse dans la bouche des prophètes, elle a vu l'esclavage et les rituels complexes à mettre en oeuvre pour ne pas être détruit avant que le Messie ne se manifeste, elle a attendu le Messie, et puis lorsqu'il est venu, elle l'a reconnu ! Oui, Jésus-Christ annoncé par l'Ecriture, Roi d'Israel, Dieu descendu du Ciel, Dieu d'Abraham, de Moise, d'isaac et de Jacob! Jésus-Christ enfin dans notre sang et notre chair ! Elle a compris que les rites désormais étaient inutiles puisque le SALUT était manifesté ! Et que le prêtre parfait était advenu et que nous pouvions par la chair nous unir à son salut, par le ministère de l'Eucharistie (préfigurée par de nombreux passages de l'AT) !

Le peuple Elu de l'Eglise, et Saint Paul en témoigne, a dû souffrir la séparation de ceux qui refusèrent le salut, de par ses propres chefs, préférant la sécurité du rite au coeur palpitant et réel de Dieu qui se manifestait là. Les "rebelles" à Dieu s'enfermèrent dans les rites et les livres en rabâchant prières et psalmodies, fermant le cœur au grand Large et à l'Esprit-Saint qui s'offrait a eux ! et perpétuant tout ce que les prophètes et le Christ avaient condamné (Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites!) !

Logique donc que ces "rebelles" ne reconnaissent pas Dieu lorsqu'il vient en Christ! Est-ce la faute à l'Eglise ?

Dans l'Eglise je suis parfaitement "juif". Car ma religion commence avec la genèse, et mes ancêtres avec ADAM. Je suis fils d'Adam, je ne viens pas d'une autre chair, je suis blessé par le péché, balbutiant comme le Roi David, et criant avec Elie et Saint Pierre : "Éloigne-toi de moi, je ne suis pas meilleur que mes Pères..."; Mes commandements sont un contrat de mariage avec Dieu, je suis épousé dans l'Amour. Je reconnais que Dieu nous a visité, s'est fait chair et homme en Jésus-Christ, "conformément aux écritures JUIVES", je saute et danse comme David, comme Noé, comme les apôtres à la résurrection, comme les Saints de tous les temps qui ont vécus dans l'Amitié de Dieu !

TOUT cela est une parfaite continuité, une même logique, un même peuple, une même foi, un même Amour ! Le Catholique est un Juif qui a continué de croire au Dieu de ses pères après Jésus-Christ; le juif , est un juif qui a arrêté de croire au Dieu de ses pères après Jésus-Christ. Et a donc abandonné la version des septante (que lisait le Christ).

C'est ensuite sous la direction de Johanan Ben Zakkai au premier siècleici, que le Judaisme fut créé. Il écrivit le Talmud pour expliquer comment interpréter convenablement l'Ecriture (car trop christo-centrée à son gout) et modifia la Torah par des ajouts (les takkanots), se substitua à l'autorité du grand-prêtre et du Sanhédrin en fondant une université pour perpétuer sa nouvelle religion . Il s'agit donc d'un dévoiement... d'un changement de religion. C'est le judaïsme d'aujourd'hui qui a inscrit dans ses "constitutions" que Jésus-Christ est un imposteur.

Cette blessure est profonde ! Car nous sommes frères! Et comme Saint-Paul, nous espérons que DIEU fera une brèche dans les carapaces pour que les enfants égarés bénéficient de la grâce qui a fait de nous des croyants en Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme !

Répondre