Le chemin

St-Jacques de Compostelle, chemins de St-Michel, St-Martin, St-Gilles, Tro Breiz, Rome, Jérusalem… Quand et comment choisir son chemin, l'hébergement. Conseils pratiques, adresses utiles…

Modérateur : Françoise T.

Répondre
Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Le chemin

Message par Jean Gauci » mer. avr. 10, 2019 11:13 am

Un chemin sans destination est un vrai chemin.
Tous les chemins mènent à Rome mais Rome est déjà au début du chemin car Rome est la ville intérieure et intime qui révèle les trésors enfouis dans une vie, dans une mémoire ou un rêve.
Le départ dispose déjà à la méditation, à la recherche, au vide nécessaire au jaillissement surgi sous les premiers pas. Marcher, c’est partir à l’aventure mais à l’aventure née de l’exploration de soi. Le cœur s’apaise et se libère des pesanteurs, le regard se laisse guider, l’esprit s’évade sans carte ni boussole. Le temps s’exonère des obligations et des sanctions. Nul n’est plus libre que le marcheur. Qu’importe si le pas est lent, le cœur s’allège, l’esprit déroule des images dans un désordre heureux. On ne suit pas une idée, ce sont les idées qui s’invitent, s’enchainent, s’échappent et reviennent, sans préséance, les futiles et les graves, les souvenirs et idées pour plus tard.
Parfois, une idée s’impose et ouvre la porte à la réflexion.
Le tapis de la méditation se déroule sur une litanie de pensées qui se nouent les unes aux autres et Dieu sait ou ne sait-il pas vers quels infinis elles pourraient aboutir ?... si un caillou curieux, un bourgeon précoce ou la fuite d’un lapin ne venait rompre la chaine.
Alors, on lève les yeux. Une barre minérale de rochers gris coupe l’horizon, tandis que derrière, côté rivages, des îles et des caps trouent et égratignent le bleu marine de la Méditerranée. Un instant, les pas et le bâton se sont tus pour laisser entrer le silence... Sans l’impertinence d’un merle bavard, on entendrait battre son cœur. Depuis quand les oreilles n’ont-elles plus entendu un silence total ? Depuis aussi longtemps que les yeux ne se sont plus perdus dans le noir absolu d’une nuit sans étoiles et sans lune.
Les infinis du monde se conjuguent ; la mer, le ciel, le silence, les horizons superposés des crêtes lointaines des collines d’où coulent les nuances de mille bleus.
Un pierre plate, un gobelet de thé chaud et le chien qui renifle les traces d’un renard, une solitude si dense, si belle que le vent se fait caresse et que la trace d’un avion dans le ciel s’apothéose.
Etrange sensation d’un vide qui comble, d’une solitude qui enveloppe de bien être. Un temps fugace on se trouve dans la peau d’un ermite et l’imperméable devient bure...
Des marcheurs ont éclaté en sanglots à la vue de Compostelle.
Pleuraient-ils d’avoir rejoint Saint Jacques ou d’avoir laissé sur leur chemin, le paradis de leurs méditations et les cathédrales végétales de leur conversion à l’indicible beauté du monde et aux profondeurs révélées de leur intimité ?

Flor
Messages : 165
Inscription : mer. oct. 10, 2012 8:57 am

Re: Le chemin

Message par Flor » ven. avr. 12, 2019 7:18 pm

Le chemin
Après une telle description...on s'arrête un peu pour respirer ,pour admirer ,pour écouter le silence .....

Allons !...bâton ,sac à dos ,godillots ......On part à Santiago ?

Jean Gauci
Messages : 456
Inscription : dim. sept. 22, 2013 9:55 am

Re: Le chemin

Message par Jean Gauci » jeu. avr. 18, 2019 12:06 pm

Attendez moi, Flor, j'arrive...

Répondre